A file image of the installation

Jean Delaunay

Des artistes autochtones remportent les Lions d’or de la Biennale de Venise

Archie Moore a remporté le prix du meilleur pavillon national pour l’Australie et un groupe de quatre femmes maories a reçu le Lion d’or du meilleur participant lors de l’exposition d’art la plus ancienne et la plus prestigieuse au monde.

L’artiste des Premières Nations Archie Moore a remporté le prestigieux Lion d’or de la meilleure participation nationale à la 60e édition de la Biennale de Venise.

C’est la première fois qu’un artiste australien reçoit cet honneur.

L’œuvre de Moore « Kith and Kin » explore ses ancêtres aborigènes australiens et britanniques et s’étend sur 65 000 ans incroyables.

Moore a retracé l’histoire de sa famille pour créer un arbre généalogique, qu’il a soigneusement dessiné à la craie sur les murs noirs du pavillon australien. L’ouvrage examine ainsi l’histoire des Premières Nations australiennes et l’impact de la colonisation.

Dans un discours de reconnaissance de l’artiste, le conservateur Bryan-Wilson a fait l’éloge de l’installation « discrètement puissante » de Moore.

Voir cette publication sur Instagram

Un message partagé par Archie Moore Kith and Kin (@kithandkin_2024)

Prix ​​du meilleur participant

Le Lion d’or du meilleur participant a été décerné au Mataaho Collective, un groupe de femmes maories de Nouvelle-Zélande. Leur travail est décrit comme « une structure lumineuse tissée de sangles qui sillonnent poétiquement l’espace de la galerie ».

Le groupe a écrit sur Instagram qu’il fait référence aux « traditions matrilinéaires du textile avec son berceau en forme d’utérus, l’installation est à la fois une cosmologie et un abri ».

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Mataaho Collective (@mataahocollective)

Autres Lions

Le Lion d’argent décerné à un jeune participant prometteur à l’exposition internationale est allé à l’artiste anglo-nigérian Karimah Ashadu, dont la vidéo Machine Boys et la sculpture en laiton, Wreath, se penchent sur la communauté de jeunes migrants de Lagos qui conduisent des motos-taxis illégales. Il enregistre leur expérience sous-culturelle et leur précarité économique.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Karimah Ashadu (@karimahashadu)

Une mention spéciale a été attribuée à l’artiste visuelle et activiste palestino-américaine Samia Halaby, dont la peinture abstraite de 1969 intitulée Black is Beautiful, est apparue dans la partie Nucleo Storico de l’exposition.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Samia Halaby (@samiahalaby)

La deuxième mention spéciale a été attribuée à l’artiste La Chola Poblete, dont les aquarelles à grande échelle traitent de l’histoire des perspectives trans et autochtones.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par La Chola Poblete (@la.chola)

La conservatrice Elena Crippa a déclaré avoir été reconnue pour son travail qui « résiste à l’exotisme des femmes autochtones ».

La mention spéciale du jury est revenue à la République du Kosovo et à l’installation sculpturale de Doruntina Kastrati, The Echoing Silences of Metal and Skin. L’œuvre s’appuie sur les expériences de 12 femmes qui travaillent dans une usine de délices turcs dans sa ville natale de Prizren et aborde la féminisation du travail industriel et les inégalités sur le lieu de travail.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par The Echoing Silences of Metal and Skin (@kosovopavilion24)

Annoncés plus tôt cette année, les Lions d’or pour l’ensemble de leur carrière ont été décernés à l’artiste brésilienne d’origine italienne Anna Maria Maiolino et à l’artiste turc Nil Yalter, basé à Paris.

Le conservateur Adriano Pedrosa a déclaré qu’il les a choisies parce qu’elles sont « deux femmes artistes extraordinaires et pionnières qui sont également des migrantes et incarnent l’esprit de l’exposition internationale d’art – intitulée « Stranieri Ovunque – Les étrangers partout ».

Organisée tous les deux ans, la Biennale de Venise est souvent considérée comme les Jeux olympiques du monde de l’art.

Laisser un commentaire

un × 2 =