French President Emmanuel Macron, left, speaks with farmers as he visits the International Agriculture Fair on the opening day in Paris, Feb. 24, 2024.

Jean Delaunay

Des agriculteurs français en colère accueillent le président Emmanuel Macron au salon de l’agriculture de Paris

Les agriculteurs de toute l’UE affirment que les réglementations environnementales du bloc, y compris des initiatives telles que le Green Deal, entravent leurs opérations et rendent leurs produits moins compétitifs par rapport aux produits non européens.

Le président français Emmanuel Macron a été accueilli samedi à la Foire agricole annuelle par des agriculteurs en colère appelant à davantage de soutien gouvernemental et à une simplification des réglementations.

Lors de ses entretiens sur place avec les représentants des agriculteurs, Macron a souligné que la résolution de cette crise ne se ferait pas rapidement et a souligné que le salon était un moment crucial pour les agriculteurs, qui ont investi beaucoup d’efforts pour mettre en valeur leurs animaux et leurs produits.

La foire annuelle s’ouvre au lendemain du retour à Paris d’agriculteurs frustrés avec leurs tracteurs pour exiger un soutien gouvernemental accru et une réglementation simplifiée.

La dernière manifestation intervient trois semaines après que les agriculteurs ont levé les barrages routiers autour de Paris et dans tout le pays suite à l’engagement du gouvernement de dépenser 400 millions d’euros pour répondre aux préoccupations concernant les faibles revenus, la réglementation excessive et la concurrence déloyale perçue de l’étranger.

« Sauvons notre agriculture », a déclaré la Coordination rurale, faisant écho à son sentiment sur les réseaux sociaux. Parmi les manifestants, un tracteur arborait une affiche indiquant : « La mort est dans les champs ».

Le convoi a brièvement perturbé la circulation sur l’autoroute A4 à l’est de Paris et sur le périphérique de la ville plus tôt dans la journée.

Les doléances exprimées par les agriculteurs français font partie d’un mouvement plus large à travers l’Europe protestant contre les politiques agricoles de l’UE, les obstacles bureaucratiques et les conditions générales des affaires.

Les agriculteurs affirment que les réglementations environnementales de l’UE, y compris des initiatives comme le Green Deal, qui préconisent des restrictions sur l’utilisation de produits chimiques et les émissions de gaz à effet de serre, entravent leurs opérations et rendent leurs produits moins compétitifs par rapport aux importations en provenance de pays tiers.

Des manifestations similaires se déroulent dans toute la France alors que les agriculteurs intensifient leurs pressions sur le gouvernement pour qu’il respecte ses engagements. Les représentants du gouvernement ont engagé des discussions en cours avec les syndicats d’agriculteurs ces dernières semaines pour rédiger un nouveau projet de loi visant à sauvegarder la « souveraineté agricole » de la France, qui fera l’objet d’un débat parlementaire ce printemps.

Les mesures proposées par le gouvernement comprennent une aide financière importante, des incitations fiscales et un engagement à ne pas interdire en France les pesticides qui restent autorisés ailleurs en Europe. Les agriculteurs français affirment que de telles interdictions les désavantagent injustement.

Laisser un commentaire

1 × 4 =