European Commission President Ursula von der Leyen walks to the venue of the EPP Congress in Bucharest, Romania, Wednesday, March 6, 2024.

Jean Delaunay

Dernières nouvelles. Le parti européen de centre-droit ouvre la voie à la réélection de Von der Leyen, malgré certaines objections

Le Parti populaire européen (PPE) a confirmé jeudi Ursula von der Leyen comme sa tête de liste pour les élections européennes de juin, ouvrant ainsi la voie à son deuxième mandat à la tête de la Commission européenne.

« Nous sommes le parti du peuple et nous répondons à ce qui compte pour les gens », a déclaré Mme von der Leyen en sollicitant le soutien du parti PPE lors de son congrès à Bucarest.

« La prospérité. La sécurité. La démocratie. C’est ce qui importe aux gens en ces temps difficiles. »

Sa candidature à la réélection a été approuvée lors d’un vote secret de quelque 800 délégués, législateurs et dirigeants du PPE – parmi lesquels le Premier ministre polonais Donald Tusk et le Taoiseach irlandais Leo Varadkar – alors que le parti se réunissait dans la capitale roumaine pour se préparer à la crise de juin. élection.

Le groupe est confortablement en tête dans les sondages et devrait rester la faction la plus importante du Parlement européen, faisant de von der Leyen un favori pour décrocher le rôle de président de la Commission européenne.

Dans un discours prononcé jeudi, elle a promis la paix, la prospérité et la sécurité aux Européens, s’engageant à continuer à soutenir fermement l’Ukraine, à renforcer la compétitivité économique de l’Europe, à sauvegarder l’État de droit et à réprimer la migration irrégulière.

« C’est nous, Européens, qui décidons qui vient en Europe et dans quelles circonstances », a-t-elle déclaré. Le manifeste de son parti, dévoilé mercredi, comprend un projet controversé visant à externaliser les demandes d’asile vers des pays tiers, sur la base du « modèle rwandais » du Royaume-Uni.

Elle a également rendu un hommage particulier aux agriculteurs européens – qui ont critiqué la bureaucratie bruxelloise lors de manifestations dans les pays de l’UE ces derniers mois – et a déclaré que son parti résisterait à la menace croissante des extrêmes politiques.

S’adressant à L’Observatoire de l’Europe mercredi, le président du PPE, Manfred Weber, a assuré que von der Leyen était une « leader ferme », plusieurs délégués allemands affirmant que ses antécédents montraient qu’elle était la bonne femme pour ce poste.

Mais elle ne suscite pas le même enthousiasme de la part de toutes les délégations nationales au sein de son groupe.

Le président du parti français Les Républicains, Eric Ciotti, a adressé mercredi une lettre aux termes durs à Weber. accusant von der Leyen d’incarner une « dérive technocratique » qui a éloigné l’Union européenne des Européens qu’elle prétend servir. Le parti n’a envoyé aucun haut dirigeant de Paris au congrès du parti à Bucarest.

Elle a également reçu l’épaule froide de deux des trois partis conservateurs slovènes de son groupe, qui ont cité son leadership « faible » et sa crédibilité écologiste diminuée.

Von der Leyen s’est bâti une solide réputation en Europe et au-delà pour avoir été le fer de lance de la réponse du bloc à la pandémie de Covid-19, à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, à la crise énergétique qui a suivi et à l’aggravation de l’urgence climatique. mandat d’un an.

Mais elle est rarement vue sur le terrain à Bruxelles ou dans d’autres capitales de l’UE, et a suscité des critiques pour son isolement au sein du Berlaymont, le siège de la Commission à Bruxelles.

Elle a également suscité la controverse pour avoir récemment renoncé à son soutien auparavant inconditionnel à des législations environnementales ambitieuses et pour sa réticence à dénoncer Israël pour la perte excessive de vies civiles à Gaza.

Course à un cheval

Son principal rival, le socialiste Nicolas Schmit, dont le parti arrive en deuxième position dans les sondages, a été décrit comme un « bon soldat envoyé à la guerre » et est pratiquement assuré de perdre la course. Ils s’affronteront dans le cadre du processus des « Spitzenkandidaten », dans lequel les principaux groupes politiques européens présentent un candidat à la tête de la Commission européenne, le puissant bras exécutif du bloc.

Von der Leyen a été choisie de manière inattendue pour ce rôle en 2019 après que le président français Emmanuel Macron l’a choisie comme candidate appropriée, bien qu’elle ne se soit pas présentée comme Spitzenkandidaten. Cette décision jette le doute sur la crédibilité du processus, qui a été maintes fois contourné par les dirigeants européens.

Elle aura besoin du soutien des 27 dirigeants de l’UE et du Parlement européen nouvellement élu pour garantir ce rôle. Plusieurs délégués du PPE ont affirmé que cette procédure ne serait qu’une simple « formalité » et qu’elle accèderait sans contestation au poste le plus élevé.

Ursula von der Leyen s'adresse à la présidente moldave Maia Sandu avant le début du congrès du PPE à Bucarest, en Roumanie, le mercredi 6 mars 2024.
Ursula von der Leyen s’adresse à la présidente moldave Maia Sandu avant le début du congrès du PPE à Bucarest, en Roumanie, le mercredi 6 mars 2024.

Si elle obtient le soutien des dirigeants européens, von der Leyen aurait alors besoin d’une majorité des membres du Parlement européen nouvellement élu pour donner le feu vert à sa nomination. En 2019, elle a réussi ce test avec une très faible marge de seulement neuf voix.

Mais à Bucarest, ses alliés politiques étaient convaincus que cette fois-ci, ce serait différent.

Von der Leyen pourrait s’appuyer sur des membres du parti de droite des Conservateurs et réformateurs européens (ECR), qui devraient remporter des sièges dans la nouvelle formation parlementaire. À droite se trouve également le groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID), qui abrite notamment le Rassemblement national et Alternative pour l’Allemagne de Marine Le Pen.

« Notre Europe pacifique et unie est défiée comme jamais auparavant par les populistes, les nationalistes, les démagogues, qu’il s’agisse de l’extrême droite ou de l’extrême gauche », a déclaré von der Leyen au congrès. « L’objectif est le même : ils veulent piétiner nos valeurs et détruire notre Europe, et nous, le PPE, ne permettrons jamais que cela se produise. »

Alors que le vote de juin approche, von der Leyen doit jongler entre les deux rôles de présidente de la Commission européenne et de candidate principale du PPE, en construisant un pare-feu entre ses deux équipes et ses campagnes afin de se conformer aux règles strictes en matière de campagne politique.

Nous réaliserons une « union de la défense »

Von der Leyen, ancienne ministre allemande de la Défense, a également fait de la défense une priorité clé pour son éventuel futur mandat.

Elle souhaite renforcer la préparation de l’Europe aux conflits grâce à des investissements plus harmonisés dans l’industrie de défense et désigner un nouveau commissaire européen à la défense pour superviser la création d’un « marché unique de la défense ».

« Nous devons dynamiser notre capacité industrielle de défense. L’Europe doit dépenser plus, doit dépenser mieux et doit dépenser davantage en Europe », a-t-elle déclaré.

« Le PPE est le parti qui a défendu une Europe capable de se défendre – et nous serons le parti qui réalisera une Union de la Défense. »

Le manifeste du parti évoque également la perspective d’une dissuasion nucléaire européenne, dévoilée pour la première fois par le président français Emmanuel Macron.

Mais certains au Congrès ont appelé l’Europe à aller plus loin, le ministre italien des Affaires étrangères et vice-président du PPE, Antonio Tajani, affirmant que l’UE devrait envisager de se doter de sa propre armée. « Faire un grand pas en avant », a-t-il déclaré, permettrait au bloc de « jouer un rôle de porteur de paix au Moyen-Orient et en Afrique ».

Laisser un commentaire

16 − onze =