Top UN court stops short of ordering ceasefire in Gaza and demands Israel contain deaths

Jean Delaunay

Dernières nouvelles. La Cour suprême de l’ONU n’ordonne pas un cessez-le-feu à Gaza et exige qu’Israël limite les morts

L’Afrique du Sud, qui a porté plainte contre Israël, avait demandé au tribunal d’ordonner aux Forces de défense israéliennes de suspendre leurs opérations.

La plus haute juridiction des Nations Unies n’a pas ordonné vendredi un cessez-le-feu à Gaza, mais a exigé qu’Israël s’efforce de contenir les morts et les dégâts dans son offensive militaire dans la petite enclave côtière.

Même si la décision n’a pas répondu aux exigences de l’Afrique du Sud, elle équivaut néanmoins à une réprimande écrasante de la conduite d’Israël en temps de guerre et s’ajoute à la pression internationale croissante pour mettre fin à l’offensive qui a tué plus de 26 000 Palestiniens, décimé de vastes étendues de Gaza et chassé près de 85 pour cent de la population palestinienne. ses 2,3 millions de personnes loin de chez elles.

Dans la décision très attendue prise par un panel de 17 juges, la Cour internationale de Justice a décidé de ne pas rejeter l’affaire – et a ordonné six mesures dites provisoires pour protéger les Palestiniens à Gaza.

De nombreuses mesures ont été approuvées par une écrasante majorité des juges. Un juge israélien a voté en faveur de deux des six.

« La Cour est parfaitement consciente de l’ampleur de la tragédie humaine qui se déroule dans la région et est profondément préoccupée par les pertes de vies humaines et les souffrances humaines qui continuent », a déclaré Joan E. Donoghue, présidente de la Cour.

Les mesures provisoires de la Cour mondiale sont juridiquement contraignantes, mais il n’est pas clair si Israël s’y conformera.

Après cette décision, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rejeté les allégations de génocide, les qualifiant de « scandaleuses » et s’est engagé à poursuivre la guerre.

« Nous continuerons à faire ce qui est nécessaire pour défendre notre pays et défendre notre peuple », a-t-il déclaré.

La décision de vendredi n’est qu’une décision provisoire ; il faudra peut-être des années avant que l’affaire soit examinée dans son intégralité. Israël rejette l’accusation de génocide.

Alors que l’affaire progresse devant le tribunal, l’Afrique du Sud a demandé aux juges « d’extrême urgence » d’imposer des mesures provisoires.

En tête de liste sud-africaine figurait une demande visant à ce que le tribunal ordonne à Israël de « suspendre immédiatement ses opérations militaires à l’intérieur et contre Gaza ». Mais le tribunal a refusé de le faire.

L’Afrique du Sud a également demandé à Israël de prendre des « mesures raisonnables » pour prévenir le génocide et permettre l’accès à une aide désespérément nécessaire.

Le tribunal a jugé qu’Israël devait s’abstenir de tuer des Palestiniens ou de leur causer du tort et qu’il avait un besoin urgent d’apporter une aide de base à la population de Gaza. Il a également statué qu’Israël devait prévenir et punir toute incitation au génocide, entre autres mesures.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad Maliki, a salué « cette commande importante ».

Jeudi, le porte-parole du gouvernement israélien, Eylon Levy, a déclaré qu’Israël s’attendait à ce que le tribunal rejette les « accusations fallacieuses et spécieuses ».

Israël boycotte souvent les tribunaux internationaux et les enquêtes de l’ONU, les qualifiant d’injustes et de partiales. Mais cette fois, elle a pris la rare mesure d’envoyer une équipe juridique de haut niveau – signe du sérieux avec lequel elle considère l’affaire et probablement de la crainte que toute décision de justice ordonnant l’arrêt des opérations ne porte un coup dur à la réputation internationale du pays.

Un responsable israélien a déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’était réuni jeudi avec de hauts responsables juridiques, diplomatiques et sécuritaires en prévision de la décision. Il a déclaré qu’Israël était confiant dans sa cause, mais a discuté de « tous les scénarios ». Le responsable a parlé sous couvert d’anonymat car il discutait de réunions confidentielles.

Israël a lancé son attaque aérienne et terrestre massive contre Gaza après que les militants du Hamas ont pris d’assaut les communautés israéliennes le 7 octobre, tuant quelque 1 200 personnes, principalement des civils, et en enlevant 250 autres.

L’armée israélienne affirme qu’au moins 9 000 des personnes tuées au cours du conflit qui dure depuis près de quatre mois sont des militants du Hamas.

Les responsables de l’ONU ont exprimé leurs craintes qu’un nombre encore plus grand de personnes meurent de maladie, et qu’au moins un quart de la population soit confronté à la famine.

La manière dont les États-Unis, le principal allié d’Israël, répondront à tout ordre sera essentielle, car ils disposent d’un droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU et pourraient ainsi bloquer les mesures visant à forcer Israël à se conformer.

Les États-Unis ont déclaré qu’Israël avait le droit de se défendre, mais ont également évoqué la nécessité pour le pays de protéger les civils à Gaza et d’autoriser davantage d’aide.

L’affaire du génocide porte atteinte à l’identité nationale d’Israël, qui a été fondée en tant qu’État juif après le massacre par les nazis de 6 millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’identité même de l’Afrique du Sud est essentielle pour défendre cette cause. Son parti au pouvoir, l’African National Congress, compare depuis longtemps la politique d’Israël à Gaza et en Cisjordanie à sa propre histoire sous le régime d’apartheid de la minorité blanche, qui a restreint la plupart des Noirs à des « homelands » avant de prendre fin en 1994.

Laisser un commentaire

douze + 3 =