French right-wing Les Republicains (LR) leader Eric Ciotti at the National Assembly in Paris, Tuesday, April 28, 2020.

Jean Delaunay

Dernières nouvelles. Eric Ciotti expulsé du parti conservateur français après avoir tenté de s’allier avec l’extrême droite

La France doit organiser des élections législatives anticipées les 30 juin et 7 juillet.

Éric Ciotti, leader des Républicains (LR), a été exclu mercredi « à l’unanimité » du parti de droite traditionnel qu’il dirige depuis un an et demi en raison de sa volonté de s’allier avec l’extrême droite à l’approche d’élections législatives anticipées.

« Nous venons de voter à l’unanimité l’exclusion d’Éric Ciotti de notre famille politique. Il n’est plus membre des Républicains », a indiqué le parti dans un communiqué publié sur X, anciennement Twitter.

L’annonce faite mardi par Ciotti de sa volonté de former une alliance avec le Rassemblement national (RN), d’extrême droite, avait suscité un tollé au sein du parti.

Mais Ciotti, 58 ans, a contesté le vote et ses résultats, arguant qu' »aucune des décisions prises lors de cette réunion n’a de conséquences juridiques. Elles peuvent avoir des conséquences pénales ».

« Je suis et resterai le président de notre parti politique, élu par nos adhérents », a-t-il ajouté sur X.

Plus tôt dans la journée, l’ancien leader avait fermé le siège du parti à Paris, expliquant que la réunion visant à l’expulser allait à l’encontre des règles de son parti.

« Je dois garantir la sécurité du personnel. Par ailleurs, aucune réunion n’a jamais été prévue au siège cet après-midi », a-t-il soutenu sur les réseaux sociaux.

L’annonce de Ciotti a également suscité l’indignation d’autres partis politiques. Plus tôt mercredi, le président français Macron n’a pas mâché ses mots sur la question, déclarant que Ciotti « devra clarifier » sa décision après avoir conclu un « pacte avec le diable ».

Laisser un commentaire

5 × 2 =