FILE Former National Rally leader Marine Le Pen and current leader Jordan Bardella, Paris, France, 2024

Milos Schmidt

Dernier sondage avant les législatives en France : l’extrême droite en tête

Au moins 289 sièges sont nécessaires pour obtenir une majorité parlementaire, et le Rassemblement national devrait obtenir entre 260 et 295 sièges.

Le dernier sondage suggère que l’extrême droite détient environ 36 pour cent des voix alors que la France se prépare aux élections législatives, dont le premier tour aura lieu dimanche.

Le deuxième tour aura lieu le dimanche 7 juillet suivant.

Si le Rassemblement national gagne, la France aura le premier gouvernement d’extrême droite depuis l’occupation du pays par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais le président Emmanuel Macron affirme qu’il ne démissionnera pas avant la fin de son mandat en 2027.

Un sondage Ifop Fiducial suggère que le Rassemblement national obtiendrait environ 36 %, la coalition du Front populaire composée de centristes, de gauchistes et des Verts environ 28 %, et le parti de centre-droit du président Macron environ 20 %.

Le nombre de sièges remportés est de 289 sur les 577 que compte le Parlement.

Le Rassemblement national devrait obtenir entre 260 et 295 sièges.

La popularité croissante de l’extrême droite semble provenir du sentiment d’insécurité de la population, et comme la politique française est désormais profondément polarisée, il sera difficile pour une coalition de se former au Parlement si aucun parti ne remporte la victoire.

Jordan Bardella, 28 ans, député du Rassemblement national, a délivré un message simple aux électeurs lors d’un récent débat télévisé. « Nos compatriotes ont le sentiment que l’Etat n’applique plus ses lois, que l’Etat est faible avec les forts et fort avec les faibles », a-t-il déclaré.

Le taux de participation devrait être plus élevé cette fois-ci, car les électeurs savent qu’il s’agit peut-être d’une élection historique. Beaucoup sont déterminés à amener l’extrême droite au pouvoir, tandis que d’autres cherchent désespérément à les en empêcher.

Cohabitation

Le président Macron sera probablement contraint de nommer un Premier ministre issu d’un parti rival, car son parti ne montre aucun signe de victoire. Et si le Rassemblement national l’emporte, cela signifie que Bardella sera très probablement le prochain Premier ministre de la France.

Lorsque le président et le premier ministre sont issus de partis différents, le gouvernement français est décrit comme étant en « cohabitation ».

La dernière cohabitation a eu lieu sous le président conservateur Jacques Chirac avec le Premier ministre socialiste Lionel Jospin de 1997 à 2002.

Le Premier ministre est responsable devant le Parlement, dirige le gouvernement et présente les projets de loi.

« En cas de cohabitation, les politiques mises en œuvre sont essentiellement celles du Premier ministre », explique l’historien politique Jean Garrigues.

Le président est affaibli chez lui lors d’une cohabitation, mais détient toujours certains pouvoirs en matière de politique étrangère, d’affaires européennes et de défense car il est chargé de négocier et de ratifier les traités internationaux. Le président est le commandant en chef des forces armées du pays et c’est lui qui détient les codes nucléaires.

« Il est possible que le président empêche ou suspende temporairement la mise en œuvre d’un certain nombre de projets du Premier ministre, puisqu’il a le pouvoir de signer ou non les ordonnances ou les décrets du gouvernement », a ajouté M. Garrigues.

« Pourtant, le Premier ministre a le pouvoir de soumettre ces ordonnances et décrets au vote de l’Assemblée nationale, passant ainsi outre les réticences du président », a-t-il déclaré.

Lors des cohabitations précédentes, la défense et la politique étrangère étaient considérées comme le « domaine réservé » informel du président, qui savait généralement trouver des compromis avec le premier ministre pour permettre à la France de parler d’une seule voix à l’étranger.

Mais aujourd’hui, les positions de l’extrême droite et de la coalition de gauche dans ces domaines diffèrent radicalement de l’approche de Macron et seraient probablement un sujet de tension lors d’une éventuelle cohabitation.

Garrigues a précisé que, selon la Constitution, si « le président est le chef de l’armée, c’est le Premier ministre qui dispose des forces armées ».

« Dans le domaine diplomatique également, le périmètre du président est considérablement restreint », a déclaré Garrigues.

Laisser un commentaire

4 × trois =