D'autres otages libérés alors que la trêve entre Israël et le Hamas entre dans son dernier jour

Jean Delaunay

D’autres otages libérés alors que la trêve entre Israël et le Hamas entre dans son dernier jour

Pour chaque otage pris en Israël par le Hamas, trois prisonniers palestiniens sont libérés.

D’autres otages détenus à Gaza ont été libérés mardi en échange de 30 prisonniers palestiniens après la prolongation de 48 heures de la trêve entre le Hamas et l’armée israélienne.

Plusieurs otages israéliens ont été remis au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Rafah, près de la frontière égyptienne, selon l’AFP.

Les douze otages libérés, dix Israéliens et deux Thaïlandais selon Israël et le Qatar, seront « conduits vers des hôpitaux israéliens où ils retrouveront leurs familles », a indiqué l’armée israélienne, qui a confirmé leur arrivée en Israël via l’Egypte.

En échange, 30 prisonniers palestiniens, tous des femmes et des jeunes de moins de 19 ans, ont été libérés, ont annoncé les autorités pénitentiaires israéliennes.

Entrée en vigueur vendredi, la trêve entre Israël et le Hamas a été prolongée jusqu’à jeudi matin.

Au total, 20 otages israéliens et 60 prisonniers palestiniens devraient être libérés pendant la prolongation, a détaillé le Qatar, qui a mené la médiation entre les deux parties.

Chaque jour depuis le 24 novembre, le Hamas libère une dizaine de femmes et d’enfants kidnappés lors de son attaque sanglante du 7 octobre contre le sud d’Israël.

Les Israéliens ont libéré trois fois plus de prisonniers palestiniens – la plupart des garçons et des adolescents accusés de jets de pierres ou de troubles à l’ordre public.

Grâce à la médiation également de l’Egypte et des Etats-Unis, l’accord a déjà permis la libération de 60 otages israéliens et de 180 Palestiniens emprisonnés en Israël.

Vingt et un otages étrangers, pour la plupart des Thaïlandais vivant en Israël, ont été libérés hors du cadre de cet accord.

Les autorités israéliennes estiment qu’environ 240 personnes ont été kidnappées et emmenées à Gaza le 7 octobre, lors de l’attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien.

Dans ce qui a été l’attaque la plus meurtrière de l’histoire d’Israël, les violences ont coûté la vie à 1 200 personnes en Israël, en grande majorité des civils.

En représailles, Israël a promis d’« anéantir » le Hamas et a commencé à bombarder sans relâche Gaza, lançant une offensive terrestre le 27 octobre.

Selon les autorités palestiniennes, 14 854 personnes, dont 6 150 de moins de 18 ans, ont été tuées dans les frappes israéliennes.

Laisser un commentaire

13 + 17 =