Dans une ville française sous couvre-feu, une vague de violence laisse les habitants hébétés et en colère

Martin Goujon

Dans une ville française sous couvre-feu, une vague de violence laisse les habitants hébétés et en colère

« Il y a de la peur et de l’anxiété », déclare un conseiller municipal de la ville de Colombes en banlieue, alors que des jours de troubles entraînent des restrictions nocturnes.

COLOMBES, France – Les après-midi de week-end en fin de juillet sont généralement des heures de grande écoute pour les rencontres sociales et les tables de café animées dans les rues piétonnes de Saint-Denis, au cœur de la vie locale à Colombes. Mais ce week-end, les terrasses se sont vidées tôt samedi alors que des bricoleurs clouaient à la hâte des planches de bois sur les vitrines des magasins.

Après que des émeutes ont fait rage dans les rues de cette banlieue parisienne pendant trois nuits consécutives, le maire de Colombes, Patrick Chaimovitch, a décrété un couvre-feu nocturne à partir de samedi soir et prévu pour durer jusqu’à mardi matin. De nombreuses autres municipalités ont pris des mesures similaires.

Colombes est une ville diversifiée de 80 000 habitants, qui abrite à la fois de jeunes professionnels aisés et des communautés multiraciales plus pauvres.

Elle borde Nanterre, où Nahel, 17 ans, a été abattue par la police mardi dernier. Comme dans de nombreuses villes de banlieue de la région parisienne et au-delà, la vague de violence qui a suivi a laissé les habitants pantois.

Debout à côté de Chaimovitch devant un commerçant de proximité samedi, Julien Beaussier, conseiller municipal en charge du logement, a distribué des tracts aux passants pour expliquer les règles du couvre-feu et convaincre les mécontents. Il a dit que la décision n’avait pas été prise à la légère.

« Ça fait trois nuits de suite. A Colombes, ça a commencé mercredi (le lendemain de la mort de l’adolescent). Il y a de l’exaspération dans les communautés locales. … Les gens ne peuvent pas dormir », a déclaré Beaussier, citant des attaques contre la bibliothèque publique, les magasins locaux et les voitures. « Certaines personnes ont été soumises à un couvre-feu de facto et ne peuvent pas quitter leur domicile. La sérénité doit revenir.

Son collègue Aïssa Ben Braham, chargé des travaux et des bâtiments, s’est rendu samedi matin dans l’un des quartiers les plus défavorisés de la ville, abritant de nombreuses tours en béton, pour évaluer les dégâts.

« J’ai vu une douzaine de voitures qui avaient été incendiées dans une seule rue », il a dit. « Les gens ne comprennent pas. Ils ont peur la nuit, il y a de la fumée, des véhicules qui s’enflamment, des enfants qui demandent ce qui se passe… il y a de la peur et de l’anxiété », a-t-il ajouté.

Dans les rues voisines, les feux d’artifice et les sirènes de police ont tenu les gens éveillés la nuit, dans les logements sociaux comme dans les maisons plus chics. Dans certaines rues, des habitants ont mis en place des groupes WhatsApp pour se prévenir d’éventuels émeutiers. Maintenant, ils sont tous sous le couvre-feu imposé de 22 heures à 6 heures du matin pendant encore deux nuits.

Émeutes et pillages

Dans le centre-ville, Amandine, 27 ans (on a changé de nom à sa demande) s’est présentée au magasin de lunettes où elle travaille samedi matin pour trouver sa vitrine brisée par des pillards. « Nous sommes arrivés à 8 heures du matin. Il ne restait plus rien », a-t-elle déclaré.

Quatre personnes ont été arrêtées après s’être promenées dans les rues avec des sacs de courses de marque du magasin. « Certains enfants… je ne veux même pas savoir qui ils sont », a-t-elle déclaré. « Nous sommes fermés pendant au moins deux semaines. Pour les opticiens, juillet est le mois le plus chargé, nous vendons généralement des lunettes de soleil comme des fous.

En sirotant un verre de vin avec elle et son petit ami au caviste local, Jérôme, 54 ans, exprime sa consternation face à la poursuite des violences.

Le maire de Colombes, Patrick Chaimovitch, a décrété un couvre-feu nocturne à partir de samedi soir, et prévu jusqu’à mardi matin | Marion Solletty pour L’Observatoire de l’Europe

« J’ai un garçon de 17 ans et bien sûr s’il était abattu comme ça, je deviendrais fou », a déclaré Jérôme.

« Mais ça n’explique pas tout après ça », a ajouté le petit ami d’Amandine. « Les commerçants en paient le prix. Ils n’ont rien à voir là-dedans. »

Jérôme a déclaré que les émeutes vont à l’encontre de l’histoire et du mode de vie de la ville. « Colombes est une ville où l’on a l’habitude de vivre ensemble en français, noirs, blancs ou bruns. Pourquoi créent-ils des problèmes ? »

L’histoire apparemment heureuse de la diversité de la ville a été sérieusement brisée.

« Le Front national, ou le Rassemblement national comme ils l’appellent de nos jours, ils vont s’en délecter », a déploré un commerçant local qui a refusé de s’exprimer publiquement. «Il n’y a qu’en France que cela peut arriver. Cette autodestruction est folle », a-t-il déclaré.

« J’ai fait détruire mon magasin pendant les Yellow Jackets, j’ai été cambriolé un été avant ça… Maintenant ça », a-t-il dit. « Bien sûr, on comprend le désarroi, que le gamin soit mort pour rien… Est-ce une raison pour faire payer les autres ? Tout le monde ici est dégoûté.

Laisser un commentaire

13 + 16 =