Dans les coulisses avec les avocats de l'environnement qui poursuivent le conseil d'administration de Shell en justice

Jean Delaunay

Dans les coulisses avec les avocats de l’environnement qui poursuivent le conseil d’administration de Shell en justice

Les experts derrière l’affaire disent qu’ils avaient l’impression qu’ils n’avaient pas d’autre choix que d’intenter une action en justice.

Le mois dernier, l’organisation de droit de l’environnement ClientEarth a annoncé qu’elle poursuivait Shell en justice. Cela peut ne pas sembler hors de l’ordinaire. Mais ce qui rend cette affaire différente, c’est qu’il y a de vraies personnes au centre de celle-ci. Cette fois, ce n’est pas une société qui est responsable, c’est son conseil d’administration.

ClientEarth affirme que les 11 membres du conseil d’administration ont manqué à leurs obligations légales en n’adoptant pas une stratégie de transition conforme à l’Accord de Paris.

Essentiellement, le conseil d’administration de Shell n’en fait pas assez pour gérer les risques auxquels l’entreprise est confrontée en raison du changement climatique.

« Ce que nous demandons au tribunal, c’est une ordonnance obligeant le conseil d’administration à adopter et à mettre en œuvre une stratégie de gestion du risque climatique conformément à ses obligations en vertu du (Royaume-Uni) Companies Act, conformément à ses obligations en vertu du droit anglais », explique Paul Benson, avocat principal de ClientEarth.

Le passage des combustibles fossiles à des alternatives à faible émission de carbone, ils appellent cela essentiellement une crise existentielle pour l’industrie pétrolière et gazière.

L’autre chose extraordinaire est que l’organisation juridique n’agit pas seule : elle est soutenue par des investisseurs qui détiennent 12 millions d’actions dans le géant des énergies fossiles. ClientEarth, surtout, est l’un de ces investisseurs. Ils sont devenus un Coquille actionnaire en 2016.

« Le passage des combustibles fossiles à des alternatives à faible émission de carbone, ils appellent cela essentiellement une crise existentielle pour le Industrie du pétrole et du gaz», déclare Paul Benson, avocat principal de ClientEarth.

« Le conseil d’administration de Shell a identifié une partie de ce risque. Le problème, c’est qu’il ne le gère pas de manière proportionnée et adéquate, ce qui expose sérieusement l’entreprise.

Que demande exactement ClientEarth ?

« C’est la première fois qu’un conseil d’administration est accusé de ne pas avoir correctement préparé l’entreprise à la transition énergétique », déclare Benson.

Porter cette affaire n’était pas une mince décision. Benson affirme que son équipe a passé des mois à parcourir les documents et possède une expertise significative dans le domaine. De ce travail, est venu ce procès historique.

C’est une sorte d’affaire type pour les tribunaux anglais. Il y a encore de l’espoir que couverture médiatique et la pression des investisseurs pourrait forcer le conseil à agir. Mais Benson dit que c’est maintenant un « vain espoir ».

Il est convaincu que la Haute Cour autorisera ClientEarth à poursuivre le premier procès en son genre.

AP Photo/Kirsty Wigglesworth, Dossier
La Haute Cour de Londres.

Comment est-il arrivé à ClientEarth de poursuivre le conseil d’administration de Shell ?

Benson explique qu’il s’agit d’un « rassemblement d’un certain nombre de préoccupations et de frustrations vraiment sérieuses ». ClientEarth est actionnaire de Shell depuis 2016 et fait partie d’un réseau de investisseurs.

Mais ils ne sont pas les seuls à s’inquiéter pour l’avenir. Benson dit que leur position en tant qu’actionnaires signifie qu’ils ont été au courant de cette préoccupation et de cette frustration quant à la direction du voyage.

Il ajoute que les investisseurs se sont inquiétés de la direction que prend le conseil d’administration et que des plaintes leur ont été adressées à plusieurs reprises au fil des ans. Non seulement cela, mais ces investissements comprennent pension populaire fonds.

Shell nie qu’il y ait des troubles, affirmant que les actionnaires « soutiennent fermement » les progrès qu’elle réalise sur son transition énergétique stratégie avec 80 pour cent de votes en sa faveur lors de la dernière assemblée générale annuelle.

Qu’est-ce qui préoccupe les actionnaires de Shell ?

L’un des problèmes clés pour ClientEarth est un Ordonnance du tribunal néerlandais de 2021 qui oblige Shell à réduire ses émissions de 45 % d’ici la fin de 2030 – un jugement dont la société a fait appel.

Les Amis de la Terre et plus de 17 000 co-demandeurs ont fait valoir avec succès que l’entreprise connaissait les risques d’émissions de carbone depuis des décennies et que ses objectifs climatiques n’allaient pas assez loin.

«Ce jugement, a déclaré le tribunal très explicitement, est ce que nous appelons non suspendu en attendant l’appel. Cela signifie donc qu’ils doivent le faire maintenant. Ils ne peuvent pas simplement faire appel et dire ‘oh peut-être que nous gagnerons l’appel’ », explique Benson.

« Ils doivent le faire maintenant et commencer à se conformer au jugement maintenant. »

Mais il affirme que la réponse à l’ordonnance du tribunal a déclenché la sonnette d’alarme.

Le Conseil a annoncé qu’il réduirait de 50 % les émissions de portée 1 (émissions directes de gaz à effet de serre provenant de sources appartenant à l’entreprise) et de portée 2 (émissions indirectes provenant de l’énergie achetée et utilisée) d’ici 2030.

Les émissions de portée trois, ou les émissions des produits qu’ils vendent et qui sont responsables de 90 % du total de l’entreprise, ne seront pas réduites.

Ce n’est tout simplement pas un modèle de gestion raisonnable ou durable pour une grande multinationale de dire simplement : « Eh bien, je n’aime pas une partie de cette ordonnance du tribunal, donc nous n’allons pas le faire. »

Des évaluations indépendantes ont estimé que les émissions nettes de Shell devraient baisser de seulement 5 % d’ici 2030, ce qui est bien loin de ce que le tribunal a ordonné.

Selon Benson, le conseil d’administration ne pense pas que cet objectif soit compatible avec l’entreprise et ne le fera donc pas.

« Ce n’est tout simplement pas un modèle de gestion raisonnable ou durable pour une grande multinationale de dire simplement : ‘Eh bien, je n’aime pas une partie de cette ordonnance du tribunal, donc nous n’allons pas le faire.' »

Shell: virages de frein à main et actifs échoués

L’année dernière, ClientEarth a envoyé une longue lettre au conseil d’administration exposant ses préoccupations.

Elle estime que plus Shell lui laisse le temps de s’adapter aux changements potentiels de la réglementation, de l’économie, des tendances de consommation et même des évolutions sociétales, moins il est probable qu’elle puisse réagir correctement. Cela augmente les chances d’un « tour de frein à main » dur pour corriger le problème.

Ils n’ont pas reçu de réponse satisfaisante et à ce moment-là, dit Benson, ils ont estimé qu’ils n’avaient pas d’autre choix que d’intenter une action en justice.

« C’est une recette pour des actifs bloqués si vous continuez à investir de l’argent dans de nouveaux grands projets pétroliers et gaziers alors que chaque scénario de transition énergétique de la Agence internationale de l’énergie dit qu’il va y avoir une baisse de la demande.

Les actifs échoués sont ceux qui sont susceptibles de valoir moins que prévu. En termes de pétrole et de gaz, cela signifie ceux qui sont dévalués ou deviennent des passifs à cause de la transition énergétique.

Vous mettez tout cet argent, le capital des actionnaires des gens, l’argent des caisses de retraite des gens, dans ces nouveaux projets énormes. Et ces projets vont très probablement finir comme des actifs bloqués.

Par exemple, il explique qu’il y a des actifs que la société possède ou des projets en cours d’exploration et de développement qui ne commenceront pas à produire pétrole et gaz jusqu’en 2030 ou 2040. Selon Benson, le monde sera très différent à ce moment-là.

«Vous mettez tout cet argent, le capital des actionnaires des gens, l’argent des fonds de pension des gens, dans ces nouveaux projets énormes. Et ces projets vont très probablement finir comme des actifs bloqués.

Shell a déclaré qu’elle n’acceptait pas les allégations de ClientEarth et insiste sur le fait que ses administrateurs se sont conformés à leurs obligations légales, agissant dans le meilleur intérêt de l’entreprise. Il affirme également que ses objectifs climatiques sont alignés sur l’objectif de 1,5 °C de l’Accord de Paris. Le conseil d’administration a déclaré qu’il défendrait sa position.

Il appartient maintenant à la Haute Cour de décider d’accorder ou non à ClientEarth l’autorisation de porter plainte.

Laisser un commentaire

1 + six =