Crise énergétique en Europe : les prix du gaz naturel ont-ils atteint un sommet ?

Jean Delaunay

Crise énergétique en Europe : les prix du gaz naturel ont-ils atteint un sommet ?

La crise énergétique en Europe continue d’avoir un impact sur les consommateurs alors que les marchés volatils du pétrole et du gaz restent sous la pression des conflits actuels et de la faiblesse de l’économie mondiale.

Même si le prix du pétrole brut a connu certaines fluctuations, ce sont ces derniers temps les prix du gaz naturel qui ont absorbé l’essentiel de l’impact du conflit au Moyen-Orient.

Les prix du gaz naturel étaient 15 % plus élevés en octobre. À un moment donné, ils ont augmenté de 40 % pour atteindre un sommet de huit mois. Et étant donné que le conflit géopolitique se déroule dans un contexte de ralentissement économique, il est impératif de se demander quelle sera la direction que prendront les marchés du gaz à l’avenir, notamment en Europe. ?

En cas de guerre totale, comme l’estime Bloomberg Economics, nous pouvons voir l’économie mondiale sombrer dans une récession, effaçant 1 000 milliards de dollars et les prix du pétrole avoisinant les 150 dollars. Naturellement, cela entraînerait également une montée en flèche des marchés du gaz. En fait, même plus.

Cependant, l’analyse suivante suppose que la guerre est limitée ou qu’il n’y a pas d’escalade supplémentaire. De plus, les stocks de gaz restent intacts.

Les conditions hivernales pourraient modifier la trajectoire des prix du gaz

Premièrement, si l’on regarde les stocks européens de gaz, ils sont remplis à 96 %. Les stocks européens sont supérieurs de +172 térawattheures (TWh) à la moyenne saisonnière sur dix ans. Si l’on regarde l’histoire, le retrait le plus important a été de -782 TWh, et étant donné qu’un autre retrait important n’est pas attendu, les perspectives pour l’Europe en termes de disponibilité de gaz restent positives.

Cela peut en effet changer en fonction de la météo hivernale en Europe. À court terme, l’Europe devrait connaître des températures « plus chaudes que la moyenne » jusqu’en novembre. En raison de la prolongation du phénomène El Niño jusqu’en février 2024, il pourrait entraîner des changements climatiques majeurs.

De plus, il est possible que 2024 soit l’année la plus chaude jamais enregistrée. Cependant, il est difficile d’évaluer avec précision l’impact d’El Niño sur la météo en Europe, à l’exception d’une chose : il peut déplacer le climat vers l’un ou l’autre des extrêmes.

L’économie de la zone euro pourrait ralentir la demande de gaz naturel

Une autre raison pour laquelle les prix du gaz pourraient ne pas rester longtemps en territoire haussier est le ralentissement de l’économie mondiale, et en particulier de l’économie de la zone euro.

Le récent indice PMI manufacturier de la zone euro du HCOB est ressorti à 43 (un plus bas de trois mois). L’indice composite des directeurs d’achat (PMI) composite de la zone euro de S&P Global HCOB, établi par S&P Global et reconnu comme un indicateur fiable du bien-être économique, est tombé à 46,5 en octobre, contre 47,2 en septembre, marquant son point le plus bas depuis novembre 2020. .

En Allemagne, la plus grande économie d’Europe, l’activité commerciale s’est contractée pour le quatrième mois consécutif, les secteurs manufacturier et tertiaire affichant une baisse selon les derniers chiffres PMI.

La France, la deuxième économie de la zone euro, a également signalé une contraction de son activité commerciale en octobre, bien qu’avec une légère amélioration par rapport au plus bas de près de trois ans de septembre.

De l’autre côté de la Manche, le Royaume-Uni, qui n’est plus membre de l’UE, a connu ce mois-ci une baisse de l’activité économique, sonnant l’alarme sur une potentielle récession à l’approche de la prochaine décision de la Banque d’Angleterre sur les taux d’intérêt.

Cela peut également être corroboré par le fait que les importations européennes de gaz naturel liquéfié (GNL) ont enregistré une baisse significative de la demande de gaz dans divers secteurs en Allemagne. Au premier semestre, la consommation industrielle de gaz a diminué de 54 TWh, sans aucun signe de reprise.

La consommation résidentielle a également diminué de 37 TWh, et la consommation de gaz du secteur électrique a baissé de 4,4 TWh. Au total, cela représente une diminution de 9,8 milliards de mètres cubes, soit une baisse de 13 % de la consommation de gaz de l’Allemagne pour l’ensemble de l’année 2022 sur une période de six mois seulement.

Perspectives des prix du gaz en Europe pour le reste de 2023

Si cette tendance se poursuit, le plus grand marché gazier d’Europe devrait se contracter de plus d’un quart d’ici la fin de l’année. Une tendance similaire est observée chez d’autres grands consommateurs de gaz européens comme l’Italie, les Pays-Bas et la France.

Les hedge funds ont vendu l’équivalent de 125 milliards de pieds cubes de contrats à terme sur le gaz la semaine dernière et, au moment de la rédaction de cet article, les prix du gaz naturel ont encore baissé de 3 % à la suite d’un ralentissement de la demande.

Cependant, à l’avenir, on peut s’attendre à une légère hausse de la consommation, comme l’indique la hausse de 1 % en octobre (la première augmentation sur un an depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine). En tant que tel, le marché restera sujet aux chocs d’offre, ou plutôt à une menace perçue de tels chocs.

De plus, les marchés européens de l’énergie sont sur le point de connaître de fortes fluctuations dans les prochains jours, alors que l’incertitude géopolitique maintient les observateurs, les traders et les analystes sur leurs gardes.

Cependant, ces indicateurs constituent une preuve utile pour établir que si le conflit actuel reste limité ou ne s’intensifie pas davantage, les marchés du gaz suivront une tendance similaire à celle des marchés pétroliers, les hedge funds et les gestionnaires de fonds restant nets. les vendeurs ont vendu l’équivalent de 57 millions de barils au cours de la semaine se terminant le 7 novembre – une correction est attendue.

Ce que cela signifie pour les Européens

Pour le consommateur moyen et le ménage, cela signifie davantage d’incertitude. À mesure que les marchés deviennent sujets aux fluctuations et à la volatilité, cela a un impact sur les budgets des consommateurs, car la planification passe par la fenêtre.

De plus, si les prix de l’énergie continuent de rester haussiers, alors l’inflation, qui semble enfin diminuer, deviendra persistante, ce qui aura un impact négatif sur le pouvoir d’achat, ce qui pourra ensuite exercer une pression à la baisse sur le secteur de la vente au détail, déjà dans le marasme. Selon Eurostat, les ventes au détail ont diminué de 2,9 % sur une base annuelle.

Une couverture stratégique et une planification minutieuse sont conseillées à ceux qui possèdent et dirigent des entreprises. Cela deviendra cahoteux à l’avenir.

Laisser un commentaire

quinze − 5 =