Main stage of the Global Labor Market Conference

Milos Schmidt

Conférence mondiale sur le marché du travail : l’Europe ouvre la voie à la semaine de travail de quatre jours

Andrew Barnes, co-fondateur de 4 Day Week Global, a salué l’Italie comme un leader du mouvement après que Lamborghini a annoncé ce mois-ci sa semaine plus courte pour les travailleurs de la production.

S’exprimant lors de la Conférence mondiale sur le marché du travail (GLMC) à Riyad, en Arabie Saoudite, Barnes a salué la réduction des semaines de travail comme l’avenir du lieu de travail en Europe et au-delà.

« Nous avons réalisé des programmes pilotes en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Espagne, et nous en menons un au Portugal. Il s’agit donc d’un phénomène mondial », dit-il.

« Jusqu’à présent, j’aurais dit que le Royaume-Uni était le plus réceptif. Mais la semaine dernière, l’Italie a pris le dessus avec Lamborghini passant à une semaine de quatre jours. »

La conférence, qui s’est tenue les 13 et 14 décembre, a exploré les solutions aux principaux défis auxquels sont confrontés les marchés du travail aujourd’hui, en évaluant les politiques et programmes de travail visant à pérenniser la main-d’œuvre, les tendances du marché et l’évolution des lois et normes du travail.

Organisée en partenariat avec l’Organisation internationale du travail (OIT) des Nations Unies et la Banque mondiale, la conférence aura lieu chaque année et servira de principale plate-forme internationale permettant aux régulateurs, aux employeurs et à la société civile de promouvoir des solutions innovantes pour le marché du travail mondial.

Ahmad bin Sulaiman Al-Rajhi, ministre des ressources humaines et du développement social de l’Arabie saoudite, a ouvert l’événement inaugural de la Convention internationale du roi Abdulaziz, en présence de plus de 6 000 participants venus de plus de 40 pays.

La cérémonie d’ouverture a ouvert la voie au début de la conférence de deux jours, au cours de laquelle 150 experts ont participé à plus de 40 discours d’ouverture uniques, présentations de panels et séances en petits groupes axés sur les défis actuels et les changements futurs auxquels sont confrontés les marchés du travail.

Les sessions ont couvert huit thèmes clés : les catalyseurs du marché du travail mondial, les énigmes en matière de compétences et de productivité, la transformation du marché du travail, le travail pour tous, l’IA a besoin de personnes ?, la refonte du marché du travail, la bonne façon de (dé)réglementer et l’organisation à l’épreuve du temps. .

Au cours des sessions, les ministres, les décideurs politiques, les dirigeants de l’industrie et les représentants des syndicats ont discuté de la dynamique changeante du marché du travail, Al-Rajhi appelant à des efforts pour garantir que les nouvelles technologies soient mises en œuvre pour éradiquer l’exploitation, éviter des pertes d’emplois généralisées et maximiser la valeur pour l’économie mondiale. .

En plus de raccourcir la semaine de travail, les participants ont discuté du rôle de l’IA dans l’avenir du lieu de travail, Al-Rajhi prédisant que les technologies d’intelligence artificielle créeront 133 millions d’emplois d’ici 2030.

L’évolution de l’IA

Adonis Georgiadis, ministre grec du Travail, était l’un des 20 ministres du Travail du monde entier réunis pour collaborer sur les questions liées au marché du travail.

S’adressant à L’Observatoire de l’Europe, le ministre a décrit l’évolution vers l’IA comme une opportunité et une menace.

« C’est une nouvelle ère. De nombreux changements vont survenir, et je suis convaincu que ce sera un outil énorme pour les entreprises, pour les entreprises et pour les travailleurs, qui leur permettra de faire de nouvelles choses d’une manière beaucoup plus efficace et simple. C’est donc passionnant », dit-il.

« D’un autre côté, c’est un peu effrayant car beaucoup de choses vont changer. Des salariés perdront leur emploi et nous devons être prêts à les sauver afin de leur permettre de retrouver plus facilement les emplois dont le marché aura besoin.»

En Grèce, le chômage s’élève actuellement à 9,6 pour cent, le vieillissement de la population posant un défi à la reprise économique.

« C’est un très gros problème pour nous, pour l’ensemble de l’Union européenne et peut-être pour l’ensemble de l’Occident », déclare Georgiadis.

« La population vieillit rapidement, les taux de natalité diminuent rapidement et peut-être que l’IA nous y aidera, car certains des emplois qui nécessitent aujourd’hui la force humaine n’en auront peut-être pas besoin à l’avenir. »

En plus de combler l’écart de productivité, les experts prédisent que les progrès de l’IA sur le lieu de travail peuvent offrir des opportunités aux travailleurs peu qualifiés – même si la concurrence va en conséquence s’intensifier.

« Nous constatons que l’IA générative augmente la productivité des travailleurs particulièrement peu qualifiés et à faible revenu, et je pense que cela a le potentiel d’uniformiser les règles du jeu », déclare Carl-Benedikt Frey, professeur agrégé d’IA et travaillant à l’Université de Oxford.

« Nous sommes habitués à constater des inégalités croissantes dans le monde en raison des technologies numériques, en particulier les emplois dans le secteur manufacturier sont de plus en plus automatisés. Et il y a maintenant un certain espoir que nous assistions à un renversement partiel.

« Ce que nous avons vu avec Uber, c’est qu’un plus grand nombre de personnes acceptaient de travailler comme chauffeurs de taxi, et non une diminution. Nous avons donc assisté à une augmentation de l’emploi dans les services de taxi, mais en même temps, cela s’est traduit par une réduction des barrières à l’entrée et une plus grande concurrence pour les chauffeurs en poste, qui ont vu leurs salaires baisser d’environ 10 pour cent.»

La rétention des employés

L’avenir du lieu de travail figurait également en bonne place à l’ordre du jour de la conférence, la fidélisation des employés apparaissant comme un facteur clé de réussite.

Sur le marché du travail actuel, les employés recherchent plus que de simples salaires équitables, la flexibilité, l’évolution de carrière et l’épanouissement étant une priorité.

« Une chose que nous savons, c’est que les entreprises autorisant le travail à distance ont un chiffre d’affaires plus faible », explique Frey. « Il me semble que les entreprises qui proposent des modalités de travail flexibles sont plus susceptibles de retenir leurs talents.

« Deuxièmement, je pense que la plupart des employés veulent un employeur qui offre des opportunités de développement de carrière. Il est donc extrêmement important d’utiliser les plateformes en ligne et les technologies numériques pour améliorer les compétences et le développement afin de permettre aux personnes d’évoluer dans l’entreprise.

Selon Abhishek Sharma, associé du secteur public au sein du cabinet de conseil en gestion Oliver Wyman, il existe trois principaux facteurs de satisfaction des employés et, en fin de compte, de rétention.

«C’est ce que nous appelons la motivation extrinsèque, intrinsèque et culturelle», dit-il. « L’extrinsèque est généralement une récompense monétaire, l’intrinsèque consiste à garantir que les employés se sentent épanouis et une adéquation culturelle entre l’employé et l’employeur qui donne la longévité à tous les employés de l’entreprise. »

Laisser un commentaire

quinze − 9 =