Comment les Britanniques ont voté : graphiques et cartes

Martin Goujon

Comment les Britanniques ont voté : graphiques et cartes

Le parti travailliste britannique célèbre une victoire écrasante.

Le parti de Keir Starmer détient 411 sièges, sans compter celui du président de la Chambre des communes, et une large majorité à la Chambre des communes. Son décompte comprend un certain nombre de circonscriptions du « mur rouge » que le parti a perdues face aux conservateurs lors des élections précédentes de 2019, et des sièges que le Parti national écossais avait dominés pendant près d’une décennie.

Mais un examen plus approfondi des chiffres suggère que les stratèges du Parti travailliste ne devraient pas se reposer sur leurs lauriers.

Le parti Reform UK de Nigel Farage a remporté cinq sièges, mais s’est classé deuxième dans plus de 100 autres circonscriptions. En termes de part de voix, il est désormais le troisième parti du Royaume-Uni.

Ces mêmes pourcentages de voix donnent au parti travailliste un tableau bien plus faible que ne le suggère le nombre de sièges qu’il a remportés. Le parti a enregistré une hausse de 200 sièges, mais sa part de voix n’a progressé que d’un pouce.

Résultats des élections législatives au Royaume-Uni

365 places
ESCROQUER

203 places
LABORATOIRE

48 places
SNP

LD

DUP

SF

PC

SDLP

APNI

VERT

Parti conservateur

Le parti travailliste

Parti national écossais

Démocrates libéraux

Parti unioniste démocratique

Sinn fein

Plaid Cymru

Parti social-démocrate et travailliste

Parti de l’Alliance d’Irlande du Nord

Parti vert

650 / 650 sièges attribués
Taux de participation : 67,3%

412 places
LABORATOIRE

121 places
ESCROQUER

71 places
LD

SNP

SF

INDIANA

DUP

CONCERNANT

VERT

PC

SDLP

APNI

AUTRE

UUP

NON DÉCLARÉ

Le parti travailliste

Parti conservateur

Démocrates libéraux

Parti national écossais

Sinn fein

Indépendant

Parti unioniste démocratique

Réforme du Royaume-Uni

Parti vert

Plaid Cymru

Parti social-démocrate et travailliste

Parti de l’Alliance d’Irlande du Nord

Autres parties

Parti unioniste d’Ulster

Résultats non déclarés

649 / 650 sièges attribués

Les conservateurs ont perdu 250 sièges, leur part de voix ayant chuté de plus de 40 % en 2019 à moins de 25 % aujourd’hui.

Mais tant le Parti travailliste que les Libéraux-démocrates ont enregistré des gains de sièges importants, même s’ils n’ont pratiquement pas progressé en termes de parts de voix.

Le système électoral britannique au scrutin majoritaire à un tour signifie que le parti travailliste occupera environ 60 % de la Chambre des communes, avec moins de 35 % des voix. Ce pourcentage est inférieur à celui obtenu par l’ancien chef du parti, Jeremy Corbyn, en 2017, lorsqu’il a perdu face aux conservateurs de Theresa May.

Pendant ce temps, le parti Réformiste britannique de Nigel Farage a remporté cinq sièges, mais a recueilli plus de 14 % des voix, ce qui en fait le troisième parti le plus important en termes de part de voix, devant les Libéraux-démocrates.

La victoire attendue du Parti travailliste, bien qu’elle constitue un revirement extraordinaire pour un parti qui ne semblait pas éligible il y a quelques années à peine, ne semble pas avoir enthousiasmé les électeurs.

Avec un taux de participation estimé à 60 %, aucune élection au cours des 20 dernières années n’a attiré moins d’électeurs aux urnes.

« Malgré tout, le parti travailliste a fait d’énormes progrès dans les circonscriptions indécises du Royaume-Uni.

Ces circonscriptions ont été détenues par les conservateurs jusqu’en 1997, avant de passer aux travaillistes, puis de nouveau aux conservateurs à partir de 2010.

La plupart d’entre eux ont désormais de nouveau rallié le parti travailliste.

La défaite du Parti travailliste en 2019 a été ponctuée par l’effondrement du « mur rouge », alors que des bastions s’étendant des Midlands au nord de l’Angleterre ont élu un député conservateur, souvent pour la première fois.

Mais le contrôle des conservateurs sur ces circonscriptions s’est avéré de courte durée…

Les conservateurs ont connu des élections terribles en 2024, mais le Parti national écossais aussi.

Le SNP détient une solide emprise sur le pouvoir en Écosse depuis 2015, année où il a remporté presque tous les sièges écossais, dont la plupart étaient auparavant occupés par le Parti travailliste.

Mais le vote de jeudi a mis un terme à cette série de victoires. Le parti a perdu environ 80 % des sièges qu’il détenait en 2019, la plupart étant allés au Parti travailliste.

Ces élections ont radicalement changé la carte électorale du Royaume-Uni : une mer de rouge rappelant celle de 1997 a mis le parti conservateur en difficulté ; quelques points bleu clair et une part de voix significative marquent l’entrée de Reform UK dans la politique traditionnelle du pays, et les Lib Dems peuvent profiter d’un retour de l’obscurité relative avec plus de 70 députés, leur nombre le plus élevé jamais enregistré. Pendant ce temps, les résultats scandaleusement médiocres du SNP marquent la fin d’une époque au nord de la frontière.

Laisser un commentaire

trois × quatre =