The Scheldt River flows through Flanders to its outlet in the North Sea

Milos Schmidt

Comment la Flandre exploite la nature pour prévenir les inondations meurtrières

Les derniers mois ont été un rappel brutal en Europe de la puissance des inondations et des ravages qu’elles peuvent provoquer. Mais la nature, plutôt que l’ingénierie lourde, pourrait-elle résoudre nos problèmes de gestion des inondations ?

L’estuaire de l’Escaut, en Flandre, est depuis longtemps en première ligne des inondations. Son paysage de basse altitude et sa connexion ouverte avec la mer la rendent très vulnérable aux ondes de tempête. Lorsque le niveau de la mer s’élève anormalement en raison de vents violents et d’une faible pression atmosphérique, ce phénomène météorologique peut entraîner d’importantes inondations à marée haute.

« Quand il y a une marée haute combinée à une tempête sur la mer, et si la tempête et le vent soufflent du nord-ouest, cela pousse l’eau dans l’estuaire, nous avons donc besoin de protection », explique Elias Verbanck, un Chef de projet au projet LIFE SPARC.

À marée haute, l'eau pénètre dans le marais salant via ce chenal de marée
À marée haute, l’eau pénètre dans le marais salant via ce chenal de marée

Une solution basée sur la nature

L’élévation du niveau de la mer provoquée par le changement climatique ne fait qu’accroître cette menace d’inondation. Mais plutôt que de construire des barrières plus lourdes, un projet basé sur la nature appelé LIFE SPARC vise à créer plus d’espace pour l’Escaut tout en développant simultanément un écosystème estuaire prospère.

Utilisant un réseau de digues et d’écluses, les zones de contrôle des crues agissent comme un tampon, capturant l’excès d’eau lors d’une onde de tempête avant de le rejeter lentement dans la rivière.

Lors d'une onde de tempête, l'eau s'écoule par-dessus la digue dans la zone de contrôle des crues.
Lors d’une onde de tempête, l’eau s’écoule par-dessus la digue dans la zone de contrôle des crues.

« Lorsqu’une onde de tempête survient et que les niveaux d’eau sont très élevés, l’eau dépassera le remblai et l’eau s’écoulera de la rivière vers la zone d’inondation contrôlée, alimentant la zone en eau, puis alimentant les marais, et puis, lorsqu’il y a une forte tempête. À marée basse, l’eau retourne à la rivière par le système d’écluses », explique Elias.

Mais la protection contre les inondations n’est pas le seul avantage.

« Ces marais côtiers sont très importants pour la nature. Ils sont très rares », explique Elias, ajoutant : « Les marais côtiers d’eau douce sont importants pour les poissons, mais aussi pour les oiseaux ; non seulement pour les habitats et la faune elle-même, mais aussi pour leurs fonctions de régulation. Ils sont très importants pour l’équilibre nutritif de l’Escaut. Ils sont en réalité essentiels. Ils apportent de l’oxygène dans l’eau, ce qui est bien sûr très important pour la vie, et ce marais a également une fonction de séquestration et de stockage du carbone. »

Les vasières et les marais le long de l’Escaut stockent le carbone, filtrent l’eau et introduisent de l’oxygène et des minéraux essentiels dans l’écosystème fluvial.
Les vasières et les marais le long de l’Escaut stockent le carbone, filtrent l’eau et introduisent de l’oxygène et des minéraux essentiels dans l’écosystème fluvial.

Repenser notre rapport à l’eau

La solution fondée sur la nature le long de la vallée de l’Escaut n’est qu’un exemple de la manière dont le changement climatique nous oblige à repenser la protection contre les inondations et notre relation avec l’eau.

L’idée de travailler avec la nature plutôt que contre elle, afin de devenir plus résilients aux inondations et aux sécheresses induites par le climat, était également un thème central lors de la récente Semaine verte à Bruxelles.

« Nous pensions que les solutions techniques résoudraient tout, mais nous constatons maintenant que ce n’est pas le cas, notamment en ce qui concerne le changement climatique. Les solutions fondées sur la nature peuvent nous aider, par exemple, en gardant l’eau sur les toits et dans les jardins, et à plus grande échelle, en donnant de l’espace aux rivières et en retenant l’eau dans le sol », a déclaré John Boon, de la Fédération internationale des architectes paysagistes. en Europe.

Des zones de contrôle des inondations comme celle-ci contribuent à protéger la vallée de l'Escaut en cas d'onde de tempête.
Des zones de contrôle des inondations comme celle-ci contribuent à protéger la vallée de l’Escaut en cas d’onde de tempête.

Faisant écho à ce sentiment, Elias conclut : « Ne rien faire n’était pas une option. Lorsque l’eau n’obtient pas l’espace dont elle a besoin, elle la prend. Et ce serait un désastre. Nous avons donc élaboré un plan. Un plan avec de grandes zones inondables contrôlées, et nous avons décidé de combiner cela avec un nouveau développement naturel.

Laisser un commentaire

3 × 4 =