Commandement de l'ONU : la Corée du Nord accuse réception de la demande d'informations sur le soldat américain Travis King

Jean Delaunay

Commandement de l’ONU : la Corée du Nord accuse réception de la demande d’informations sur le soldat américain Travis King

La Corée du Nord a répondu à la demande d’informations de la force militaire multinationale sur le soldat américain par une brève déclaration. Travis King a sprinté à travers la frontière lourdement armée avec la Corée du Sud en juillet

Le commandement des Nations unies a annoncé jeudi que Pyongyang avait « répondu » à ses demandes concernant le soldat américain Travis King, qui serait détenu en Corée du Nord après y être entré illégalement le 18 juillet sans donner plus de détails.

Dans un communiqué, l’armée nord-coréenne « a répondu au commandement de l’ONU concernant le soldat King », a déclaré la force multinationale de l’ONU dirigée par les États-Unis, qui veille au respect de l’armistice entre les deux Corées.

« Afin de ne pas entraver les efforts pour le ramener chez lui, nous n’entrerons pas dans les détails pour le moment », a-t-il ajouté.

Cette information intervient dix jours après que le commandement de l’ONU a annoncé le lancement de « discussions avec l’Armée populaire coréenne via le mécanisme de l’accord d’armistice », à propos de l’accord qui a mis fin aux hostilités en 1953 après la guerre de Corée.

King, qui a été enrôlé en 2021, a été emprisonné pendant 47 jours dans un centre de détention sud-coréen à la suite d’une prétendue bagarre ivre dans une boîte de nuit et d’une altercation avec la police locale à Séoul après qu’il aurait donné un coup de pied dans la portière d’une voiture de police.

Il a été libéré de prison le 10 juillet et devait revenir aux États-Unis pour une audience disciplinaire à Fort Bliss au Texas.

Ahn Young-joon/Copyright 2023 L'AP.  Tous les droits sont réservés.
Un écran de télévision montre une image d’archive du soldat américain Travis King lors d’un programme d’information à la gare de Séoul à Séoul, en Corée du Sud, le samedi 22 juillet 2023.

Selon le commandement américain, King s’est échappé le 18 juillet et a traversé la frontière entre la Corée du Sud et la Corée du Nord, lors d’une visite au village intercoréen démilitarisé « volontairement et sans autorisation » et a été placé en garde à vue.

Techniquement parlant, les deux Corées restent en guerre, car le conflit de 1950-53 s’est terminé par un armistice, pas un traité, et la majeure partie de la frontière entre elles est fortifiée.

Située en Corée du Nord, la zone démilitarisée (DMZ) se visite, à condition de s’inscrire plusieurs semaines à l’avance et de fournir un passeport. Il est contrôlé par le Commandement de l’ONU.

Pyongyang a détenu à plusieurs reprises des Américains et les a utilisés à des fins de propagande. King, âgé de 23 ans, serait le premier soldat américain à entrer en Corée du Nord depuis 1982.

Cet incident survient dans un contexte de haute tension entre l’Occident et le président nord-coréen Kim Jong Un, qui a dévoilé fin juillet de nouveaux drones à capacité nucléaire et des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) alors que le ministre russe de la Défense Sergueï Choigou était en visite à Corée du Nord pour les célébrations du Jour de la Victoire.

Certains experts disent que le Nord pourrait essayer d’utiliser King à des fins de propagande ou comme monnaie d’échange pour obtenir des concessions politiques et sécuritaires de Washington, liant peut-être sa libération aux États-Unis réduisant leurs activités militaires avec la Corée du Sud.

Les États-Unis et la Corée du Sud ont élargi leurs exercices militaires combinés et ont convenu d’augmenter le déploiement régional d’actifs stratégiques américains comme des bombardiers, des porte-avions et des sous-marins dans une démonstration de force contre la Corée du Nord, qui a testé environ 100 missiles depuis le début 2022.

Laisser un commentaire

7 + 16 =