Poster from Thessaloniki International Film Festival

Jean Delaunay

Citizen Queer : Thessalonique célèbre le cinéma documentaire LGBTQI+

Le festival du film Citizen Queer de Grèce vise à rendre hommage aux origines de la représentation LGBTQI+ au cinéma, ainsi qu’à ses pionniers. Longtemps cachée dans l’ombre, cette forme d’art est enfin en train de briller sous les projecteurs, écrit Elise Morton.

« C’est une grosse affaire, ça me met les larmes aux yeux. »

Ce sont les mots de Maria Katsikadakou, plus connue sous le nom de Maria Cyber, à propos de l’édition de cette année du Festival international du documentaire de Thessalonique (TIDF).

Reconnue comme l’une des premières militantes lesbiennes de la scène LGBTQI+ grecque, elle a été conseillère pour la vaste (et opportune) célébration du cinéma documentaire LGBTQI+ du festival 2024, intitulée Citizen Queer.

Dire qu’elle est enthousiasmée serait un euphémisme. « Je me sens extrêmement heureuse, enthousiaste et excitée d’en faire partie », déclare Katsikadakou à propos de son rôle de consultante dans le « grand hommage » au documentaire queer, qui présente plus de 25 films, ainsi qu’un riche programme. d’événements basés sur des débats.

Elle raconte à L’Observatoire de l’Europe Culture son expérience en tant que fondatrice et directrice du Outview Queer Film Festival – le plus grand festival de films queer de Grèce – aux prises avec des fonds et des sponsors limités ; avoir une « immense institution » comme le Festival international du documentaire de Thessalonique qui soutient la communauté LGBTQI+, explique-t-elle, est « précieux et inestimable ».

Maria Katsikadakou, mieux connue sous le nom de Maria Cyber, a été l'une des premières militantes des droits LGBTIQ en Grèce.
Maria Katsikadakou, mieux connue sous le nom de Maria Cyber, a été l’une des premières militantes des droits LGBTIQ en Grèce.

Promouvoir les pionniers

Du 7 au 17 mars 2024, le festival voit Thessalonique, la deuxième ville de Grèce, attirer des cinéastes et des passionnés de documentaires du monde entier.

Sous la direction de Katsikadakou – en collaboration avec Rico Johnson-Sinclair, fondateur du festival CineQ basé au Royaume-Uni et praticien de l’inclusion pour des festivals comme la Berlinale et Cannes ; et l’écrivain, commissaire et artiste visuel néerlandais Simon(e) van Saarloos – le festival a sélectionné une sélection de titres révolutionnaires à projeter.

« Les films de l’hommage à Citizen Queer dévoilent les origines de la représentation LGBTQI+ dans l’art et le cinéma, rendent hommage aux pionniers du mouvement et aux combats courageux dans les moments difficiles », explique le directeur de TIDF Orestis Andreadakis, « (ils) explorent le monde en constante évolution. thématiques de l’identité LGBTQI+, nous faire découvrir des figures légendaires de la communauté, remettre en question le regard du statu quo sur les LGBTQI+ qui n’a malheureusement pas encore disparu.

Texas Tomboy joue dans l'exploration de Monika Treut des mondes et des pensées de plusieurs personnes transgenres.
Texas Tomboy joue dans l’exploration de Monika Treut des mondes et des pensées de plusieurs personnes transgenres.

Au programme des projections figurent le classique culte de 1979 Race d’Ep (Le siècle de l’homosexualité), qui retrace les racines de la libération des homosexuels jusqu’au milieu du XIXe siècle, et le pionnier Gendernauts (1996) de Monika Treut, l’un des premiers films à approfondir sur le thème de la transition de genre.

Les films grecs ont également une forte audience, avec des moments forts tels que Betty (1979) de Dimitris Stavrakas, qui raconte une journée dans la vie de la militante queer transgenre Betty Vakalidou, et AKOE/AMFI : L’histoire d’une révolution (2023), retraçant l’héritage du premier mouvement LGBT grec et de son magazine.

Pour queer et country

Dans le cadre d’un hommage plus large au cinéaste, TIDF présente Tilos Weddings (2022) de Panayotis Evangelidis, qui se concentre sur les premiers mariages gays et lesbiens organisés en Grèce en 2008, qui ont ensuite été déclarés invalides par les tribunaux.

Le film d’Evangelidis, et plus largement Citizen Queer, n’a jamais été aussi d’actualité : la Grèce a légalisé le mariage civil entre personnes de même sexe le mois dernier, le premier pays chrétien orthodoxe à le faire, et ce malgré l’opposition significative de l’influente Église orthodoxe grecque.

« Je suis toujours heureux lorsqu’un de mes films est projeté dans un festival, encore moins lorsqu’il contient une demande sociale à laquelle on a désormais largement répondu », a déclaré Evangelidis à L’Observatoire de l’Europe Culture.

« La légalisation du mariage homosexuel est un jalon dans l’histoire du pays », estime Andreadakis, qui estime que cette décision marque le début d’un nouveau chapitre pour le cinéma queer. « On peut affirmer sans risque de se tromper que de nouvelles perspectives s’offrent au cinéma queer en Grèce, en ce qui concerne le public et l’interaction globale avec la société dans son ensemble », réfléchit-il.

La raison de l’actualité de Citizen Queer est double ; Outre la récente légalisation du mariage homosexuel (ainsi que l’adoption par les couples de même sexe), 2024 marque l’arrivée de l’EuroPride à Thessalonique. Du 21 au 29 juin 2024, l’événement international paneuropéen LGBTQI+ captivera la ville, bien sûr avec un défilé animé, mais aussi avec des concerts, des visites à pied, des foires, des projections de films et des représentations théâtrales, ainsi qu’un espace de discussion sur les thèmes marquants. questions lors d’une conférence de trois jours sur les droits de l’homme.

Ce sera une « célébration de la tolérance, de l’acceptation, de l’amour et de la diversité, qui laissera sa marque en Grèce », décrit Andreadakis. Pour Katsikadakou, Citizen Queer consiste en partie à « préparer le terrain pour cette immense fête ».

Ce qui rend ces événements particulièrement marquants, estiment Andreadakis et Katsikadakou, c’est leur caractère inclusif, leur large attrait et leur capacité à intégrer la culture queer dans la vie quotidienne et dans le tissu même de Thessalonique. « Citizen Queer est éducatif pour ceux qui ne connaissent pas (la culture queer) (et offre) des moments nostalgiques à ceux qui savent », dit Katsikadakou. « Ce grand événement accepté par tout le monde – connu simplement sous le nom de ‘le festival’, telle est sa prééminence – vient maintenant soutenir activement le grand objectif gagnant LGBTQ : l’EuroPride 2024 à Thessalonique.

« L’hommage à Citizen Queer et l’EuroPride 2024 vont bien au-delà du cadre d’événements ciblés », reconnaît Andreadakis. « Ils font partie de notre vie quotidienne, de notre monde qui continue d’avancer même à petits pas. »

Pour le directeur du festival, l’enjeu ne se limite pas à des projections de films intéressantes et à des défilés colorés : « En réalité, toutes ces actions sont des maillons interconnectés d’une chaîne de changement », dit-il.

Le 26e Festival international du documentaire de Thessalonique se poursuit jusqu’au 17 mars 2024.

Laisser un commentaire

13 + 5 =