Chef de Frontex: suspendre l'activité en Grèce affecterait "la capacité à sauver des vies"

Jean Delaunay

Chef de Frontex: suspendre l’activité en Grèce affecterait « la capacité à sauver des vies »

Le retrait de Frontex de Grèce, comme l’a suggéré le responsable des droits fondamentaux de l’agence à la suite de l’un des naufrages les plus meurtriers d’Europe, pourrait restreindre « notre capacité à sauver des vies », a déclaré jeudi le chef de l’agence.

Hans Leijtens, directeur exécutif de l’agence européenne des frontières extérieures, a déclaré à la commission de la justice du Parlement européen qu’une décision de suspendre l’activité en Grèce « affecte notre capacité à sauver des vies » et « doit être équilibrée ».

Ses commentaires interviennent deux semaines après que Jonas Grimheden, le propre responsable des droits fondamentaux de Frontex, qui veille au respect du droit européen et international, a appelé à une suspension des activités de l’agence en Grèce.

L’article 46 du règlement de Frontex pourrait lui permettre de suspendre ou de mettre fin à ses activités dans un pays s’il y a eu « des violations des droits fondamentaux ou des obligations de protection internationale qui sont graves ou susceptibles de persister ».

Actuellement, 518 officiers permanents du corps et membres du personnel de Frontex travaillent en Grèce continentale et dans les îles, selon l’agence.

Leijtens a confirmé jeudi qu’un avion Frontex avait repéré et surveillé le navire surpeuplé à la mi-juin, fournissant des informations en temps réel aux autorités grecques et italiennes.

« Nous avons proposé à deux reprises de déployer un de nos drones (…) nous n’avons reçu aucune réponse. »

« En effet, nous avons proposé de l’aide mais il n’y a pas eu de réponse des autorités grecques entre-temps », a-t-il ajouté.

La réponse des autorités grecques au naufrage, l’une des tragédies les plus meurtrières de ce type qui a fait 80 morts confirmés et des centaines de disparus, fait l’objet d’un examen de plus en plus minutieux. Ils sont accusés d’être restés sans rien faire pendant des heures avant que le bateau ne chavire dans l’espoir qu’il poursuive son voyage vers l’Italie.

Il y a de plus en plus d’appels à une enquête indépendante pour rendre justice aux victimes. Frontex a lancé un rapport d’incident grave (SIR) pour identifier les violations potentielles des droits de l’homme, mais le rapport ne constitue pas une enquête formelle.

Athènes a ouvert une enquête menée par le procureur général, mais les députés ont émis jeudi des doutes sur l’indépendance du procureur grec.

La Grèce est accusée d’avoir violé à plusieurs reprises le droit européen et international en mer et d’avoir procédé à des refoulements de migrants illégaux aussi récemment qu’en avril.

Un rapport de l’Office antifraude de l’UE, l’OLAF, divulgué à la fin de l’année dernière détaille plusieurs cas de refoulements par les autorités grecques en mer Égée entre 2020 et 2021, Frontex étant accusée d’avoir dissimulé les événements.

Pourtant, les enquêtes précédentes menées par les autorités grecques sur de telles accusations avaient innocenté les agences gouvernementales de tout acte répréhensible.

Lorsqu’on lui a demandé si la Commission européenne pouvait faciliter une enquête indépendante et transparente, la commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré que « les États membres sont responsables de ce type d’enquêtes (…) nous devons faire confiance au système judiciaire des États membres ».

« Il y a un besoin urgent d’une enquête approfondie, transparente et efficace, et je conviens que c’est important pour de nombreuses raisons, notamment pour la réputation grecque », a-t-elle ajouté.

En réponse, la députée européenne Renew Europe Sophie in ‘t Veld a remis en question le bilan du procureur grec dans les affaires historiques de refoulement de migrants.

« Il est très naïf de dire que les autorités grecques vont s’en occuper et nous pouvons leur faire confiance », a-t-elle déclaré.

Le commissaire Johansson a également déclaré que la Commission européenne surveille l’indépendance des systèmes judiciaires des États membres, concédant que le système grec est parfois un « processus lent » et « doit s’accélérer ».

Elle a également souligné que le problème nécessitait de multiples solutions, y compris une collaboration étroite avec les pays d’origine et les pays de transit pour s’attaquer au problème fondamental du trafic de personnes.

La Commission européenne a conclu des accords avec plusieurs pays d’Afrique du Nord, dont la Tunisie, l’Égypte, la Libye et le Maroc, pour réduire la migration irrégulière vers le territoire de l’UE.

Laisser un commentaire

14 − 4 =