Bruxelles, mon amour ?  Les émeutes en France sont terminées mais la tension n'est pas là

Jean Delaunay

Bruxelles, mon amour ? Les émeutes en France sont terminées mais la tension n’est pas là

Dans cette édition de Bruxelles, mon amour ?, nous discutons des récentes manifestations françaises et demandons si l’Europe fait vraiment tout ce qu’elle peut pour promouvoir l’intégration et l’inclusion.

Cette semaine, nous avons été rejoints par Emmanuel Achiri, expert politique en matière de maintien de l’ordre et de migration au Réseau européen contre le racisme (ENAR), Abir Al-Sahlani, député européen suédois de Renew Europe, et Matteo Albania, directeur des communications chez Must & Partners, un Cabinet de relations publiques basé à Bruxelles.

Ce panel a discuté de l’intégration et de l’inclusion à la lumière des événements récents en France.

L’Albanie a déclaré que l’intégration, dans son ensemble, n’existe pas en Europe. « Il n’y a pas de modèle d’intégration européenne. Il y a un modèle français, il y a un modèle allemand, il y a un modèle espagnol, mais il n’y a pas vraiment de modèle européen. »

Les manifestants français sont rapidement passés à l’action après qu’un adolescent a été abattu lors d’un contrôle de la circulation, à Nanterre, près de Paris. Cependant, ces manifestations ont rapidement dégénéré en pillages, incendies de rue et conduit à des milliers d’arrestations.

Mais le défenseur des droits humains Emmanuel Achiri estime que cette réaction va plus loin que les manifestations d’une semaine.

« C’est systémique. Il ne s’agit pas de Nahel. Il ne s’agit pas d’élever l’enfant correctement. Il s’agit de profilage racial. Et il s’agit de l’État français qui refuse de reconnaître qu’il promeut le racisme au sein de la société », a-t-il déclaré.

Il n’était pas seul dans cette conviction, le député européen Al-Sahlani a déclaré que la France avait besoin d’une réforme pour démarrer correctement le processus d’intégration.

« Si vous ne prenez pas le miroir en tant que société et que vous ne vous regardez pas les yeux ouverts, en pensant aux perspectives, alors vous ne représenterez pas tout le monde et vous ne représenterez alors qu’un certain groupe », a-t-elle déclaré. « C’est ce que la société française doit faire dans son ensemble. Prenez un miroir et regardez bien et invitez tout le monde à participer à la discussion pour améliorer la société.

Les panélistes ont également plongé dans la situation de l’état de droit à travers le bloc et la dépendance au téléphone.

Regarder « Bruxelles, mon amour ? » dans le lecteur ci-dessus pour en savoir plus.

Laisser un commentaire

seize − 8 =