Bruxelles, mon amour ?  Les capitales européennes jonglent entre intérêts nationaux et objectifs climatiques

Jean Delaunay

Bruxelles, mon amour ? Les capitales européennes jonglent entre intérêts nationaux et objectifs climatiques

Dans cette édition de Bruxelles, mon amour ?, nous discutons des rumeurs selon lesquelles le secteur financier resterait à l’écart des réglementations en matière de durabilité des entreprises et examinons les propositions de l’UE pour lutter contre la maltraitance des enfants en ligne.

Nos invités cette semaine étaient Elizabeth Kuiper, directrice associée du European Policy Centre, Michiel Hoogeveen, député européen néerlandais du groupe Conservateurs et Réformistes européens et Isabelle Schömann, secrétaire générale adjointe de la Confédération européenne des syndicats.

À l’approche des élections européennes, Bruxelles est occupée ces derniers temps avec les ambassadeurs de l’UE qui réfléchissent à diverses propositions de la Commission européenne dans le but de les conclure avant les élections du Parlement européen de l’année prochaine. Une directive en discussion cette semaine, connue sous le nom de « Directive sur le devoir de diligence en matière de développement durable des entreprises », vise à tenir les grandes entreprises responsables de leur protection des droits de l’homme en matière de travail et de leur impact sur l’environnement.

Les ONG saluent la perspective de règles européennes en matière de responsabilité des entreprises et affirment qu’il s’agit d’une mesure nécessaire face à l’aggravation de la crise climatique.

« Nous n’avons pas d’autre choix que d’en faire une réalité », a déclaré Elizabeth Kuiper. « Les entreprises n’ont pas le choix car nous constatons déjà que le changement climatique a un impact sur leurs activités. »

Les entreprises et les entrepreneurs craignent toutefois que cette législation ne nuise à la compétitivité mondiale de l’Europe. Ayant une formation dans le secteur bancaire, l’eurodéputé néerlandais Michiel Hoogeveen, du groupe Conservateurs et Réformistes européens, a exprimé sa crainte que ces mesures n’imposent un fardeau excessif à l’économie européenne.

« Les entreprises doivent se conformer à ces règles et réglementations », a déclaré Hoogeveen. « Ils doivent faire rapport. Ils doivent embaucher des consultants. Ils doivent embaucher des cabinets d’audit. Ils doivent embaucher des cabinets d’avocats. »

Plusieurs États de l’UE, dont l’Espagne et l’Italie, appellent à l’exclusion du secteur financier de la directive, une décision qui a été rejetée par Isabelle Schömann, secrétaire générale adjointe de la Confédération européenne des syndicats.

« La justice doit faire partie de ce que les entreprises doivent respecter », a déclaré Schömann, « et il n’y a pas d’affaires en dehors de la législation ».

Un autre sujet abordé dans l’édition de cette semaine était la sécurité des enfants sur Internet.

Les députés de la commission des libertés civiles ont voté cette semaine en faveur d’une nouvelle législation destinée à lutter contre la diffusion de matériels pédopornographiques et d’activités de manipulation sur Internet.

La loi a relancé le débat sur l’équilibre entre la régulation d’Internet et la protection du droit à la vie privée de ses utilisateurs.

« Je pense que le Parlement européen a fait un très bon travail ici », a déclaré Hoogeveen. « Il est évidemment très important de lutter contre les contenus pédopornographiques. Mais nous ne voulons pas nous retrouver dans une sphère de surveillance de masse. »

Laisser un commentaire

8 − 5 =