Jean Delaunay

Bruxelles, Mon Amour ? Le projet de loi européenne sur la nature survit à un obstacle majeur à Strasbourg

Dans cette édition de Bruxelles, mon amour ?, nous évoquons le vote très suivi de la loi sur la restauration de la nature, qui œuvrerait à la réhabilitation des écosystèmes endommagés.

Cette semaine, nous avons été rejoints par Mohammed Chahim, eurodéputé néerlandais des socialistes, Silvia Modig, eurodéputée finlandaise de gauche, et Peter Liese, eurodéputé allemand du Parti populaire européen de centre-droit.

La loi sur la restauration de la nature a été proposée il y a plus d’un an et après un bras de fer tendu entre les partis politiques au Parlement européen, elle a finalement été adoptée cette semaine, mais de peu : 336 députés ont voté pour, 300 contre et 13 se sont abstenus.

Silvia Modig a voté pour la loi et a souligné ses émotions mitigées face aux résultats. « Vous ne pouvez pas construire une maison sans en construire les fondations », a-t-elle déclaré. « Je suis très heureux que le rejet (de la loi) ait échoué, et nous avons un texte que nous allons essayer d’améliorer dans les trilogues, mais le texte est devenu beaucoup plus faible. »

Peter Liese, du PPE, a voté contre cette loi et a déclaré qu’elle concernait sa circonscription essentiellement rurale. « Quatre-vingt-dix pour cent de mon peuple, pas seulement les agriculteurs, les maires, les propriétaires forestiers, les gens qui ont de l’hydroélectricité, disent-ils, que faites-vous ici ? Vous savez, 80% de notre nature est dans de mauvaises circonstances. Quand je vais avec des gens de ma circonscription, ils ne voient pas ça », a-t-il dit.

Il a poursuivi en disant que la perception des «mauvaises circonstances» est un problème, appelant la bulle bruxelloise à ne pas comprendre le point de vue de ceux qui vivent dans les paysages ruraux.

Modig n’était pas d’accord avec ce point et a critiqué la campagne du PPE contre la législation. « Savez-vous pourquoi la perception est si différente ? Parce que le PPE a répandu de la désinformation », a-t-elle déclaré.

Mohammed Chahim avait une croyance similaire. « Si vous allez voir les gens et leur dites que c’est une mauvaise loi encore et encore, ils pensent bien sûr que c’est une mauvaise loi », a-t-il déclaré.

« Nous devons écouter les experts », a-t-il ajouté. « Pas les gens qui regardent les prairies et disent à quel point elles sont belles et vertes ».

Liese était d’accord avec ses collègues sur la campagne du PPE. « Pour être honnête, il est vrai que certains des tweets que les gens du PPE ont fait sont exagérés », a-t-il déclaré.

Les panélistes ont également discuté de la loi européenne sur les puces qui aspire à transformer le continent en un centre de fabrication de technologies de pointe et à réduire les dépendances vis-à-vis des pays tiers ainsi que l’impact du tourisme sur l’environnement.

Regarder « Bruxelles, mon amour ? » dans le lecteur ci-dessus pour en savoir plus.

Laisser un commentaire

un × 4 =