Bruxelles dévoile de nouvelles règles pour soutenir les PME et simplifier les règles en matière d'impôt sur les sociétés

Jean Delaunay

Bruxelles dévoile de nouvelles règles pour soutenir les PME et simplifier les règles en matière d’impôt sur les sociétés

La Commission européenne a dévoilé mardi un nouveau plan de relance pour les petites et moyennes entreprises (PME) européennes, ainsi que des règles révisées en matière d’imposition des sociétés dans l’UE.

Le paquet PME, une promesse faite dans le discours sur l’état de l’Union 2022 de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, vise à réduire les formalités administratives et à stimuler la compétitivité des entreprises européennes.

Les nouvelles règles en matière d’imposition des sociétés, autre engagement pris par le président en 2022, simplifieront les déclarations fiscales des grandes multinationales opérant dans l’ensemble de l’UE.

Les PME représentent 99 % des entreprises européennes, emploient environ 100 millions de personnes et génèrent plus de la moitié du PIB européen. Mais des pressions inutiles, notamment des retards de paiement, des taxes complexes et des formalités administratives lourdes, entravent leur potentiel.

Ils ont également été touchés par une inflation élevée et l’incertitude économique résultant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Plus de répit pour les petites entreprises

Les mesures visent à lutter contre les retards de paiement en réduisant le délai de paiement maximum à 30 jours et en supprimant les vides juridiques.

Les entreprises européennes passent environ 74 jours par an à rechercher des retards de paiement, ce qui leur coûte 275 milliards d’euros. Cela a des répercussions sur l’économie dans son ensemble, puisqu’une faillite sur quatre est causée par des retards de paiement.

Les règles de l’UE prévoient que les entreprises disposent actuellement d’un délai de 60 jours pour régler leurs dettes, mais ce délai peut être dépassé si les parties acceptent de le faire. Les entreprises ont droit à des intérêts de retard.

« C’est une triste réalité que seulement 30 % des petites entreprises souffrant de retards de paiement profitent des compensations qui leur sont dues par crainte de représailles », a déclaré Andrew Cave, secrétaire général de l’Alliance européenne des petites entreprises (ESBA).

« Rendre plus strict le délai de 30 jours, supprimer les lacunes juridiques, automatiser les paiements et instaurer un régime d’application plus strict contribuera grandement à remettre le système du côté des petites entreprises », a-t-il ajouté.

Les nouvelles propositions permettraient également aux PME opérant au-delà des frontières d’interagir avec une seule administration fiscale, même si elles possèdent des établissements dans plusieurs pays de l’UE. Cela simplifierait les procédures de déclaration et réduirait le risque de double et de surimposition.

« Les économies et la simplification qui en résulteront encourageront davantage de PME à se développer au-delà des frontières nationales, créant ainsi davantage d’emplois pour les Européens », a déclaré le commissaire européen chargé de l’économie, Paolo Gentiloni.

Cave, de l’ESBA, estime que c’est une solution « gagnant-gagnant » à la fois pour les petites entreprises et pour le marché unique.

La Commission mettra également en œuvre de nouvelles réformes pour soutenir les PME, notamment en nommant un envoyé européen chargé des PME pour défendre les intérêts des petites entreprises.

Nouvelles règles européennes en matière d’impôt sur les sociétés

La Commission européenne a également dévoilé mardi de nouvelles règles fiscales plus simples pour les grandes entreprises transfrontalières dans l’UE.

Les règles dites « BEFIT » s’appliqueront aux groupes d’entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est supérieur à 750 millions d’euros.

Mais les mesures ne vont pas jusqu’à exiger que les entreprises soient imposées là où se trouvent leurs clients, une idée déjà évoquée par l’exécutif du bloc. De telles règles nuiraient aux bénéfices fiscaux des pays de l’UE dotés de régimes fiscaux attractifs, comme l’Irlande ou le Luxembourg, qui bénéficient économiquement de la présence de grandes multinationales.

Mais les ONG ont dénoncé les propositions pour leur manque d’ambition.

«Cette réforme attendue depuis longtemps ne parvient pas à amener les grandes multinationales européennes à payer enfin leur juste part d’impôts. Cela leur donne un laissez-passer gratuit pour continuer à comptabiliser leurs impôts là où ils n’ont que des bureaux vides et à siphonner leurs bénéfices vers les paradis fiscaux de l’UE », a déclaré Chiara Putaturo, experte fiscale européenne chez Oxfam, en réponse à l’annonce.

« La seule consolation est que toutes les entreprises de l’UE devront déclarer leurs bénéfices de la même manière, ce qui obligera les grandes entreprises à s’y conformer », a-t-elle ajouté.

Ursula von der Leyen s’était précédemment engagée en faveur d’un « ensemble unique de règles fiscales pour faire des affaires en Europe », une promesse qu’elle a tenue à la veille du discours sur l’état de l’Union de 2023.

Laisser un commentaire

un × quatre =