Hungarian Prime Minister Viktor Orbán has repeatedly denounced the impasse over frozen EU funds as

Jean Delaunay

Bruxelles débloque 10 milliards d’euros de fonds européens gelés pour la Hongrie malgré les menaces d’Orbán

La Commission européenne a autorisé mercredi le déblocage de 10 milliards d’euros de fonds de cohésion pour la Hongrie, près d’un an après que cet argent ait été gelé en raison de l’incapacité du pays à répondre aux préoccupations persistantes en matière d’État de droit.

Cela signifie que le gouvernement hongrois pourra soumettre des demandes de remboursement allant jusqu’à 10,2 milliards d’euros pour financer des projets de développement dans tout le pays.

« Nous avons reçu suffisamment de garanties pour affirmer que l’indépendance du pouvoir judiciaire sera renforcée en Hongrie », a déclaré Didier Reynders, le commissaire européen à la Justice.

« La décision d’aujourd’hui ne marque cependant pas la fin du processus. Nous continuerons à surveiller attentivement la situation et réagirons très tôt au cas où des retours en arrière se produiraient. »

Le feu vert arrive dans un environnement politique de plus en plus tendu, alors que le Premier ministre Viktor Orbán intensifie sa campagne d’opposition pour empêcher l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Ukraine, bloque un fonds spécial de 50 milliards d’euros destiné à soutenir le budget de ce pays déchiré par la guerre et arrête davantage dispositions d’aide militaire.

Ces trois questions aux enjeux élevés seront discutées plus tard cette semaine lors d’un sommet de deux jours des dirigeants de l’UE. Il faut l’unanimité pour les faire avancer.

La convergence des événements – la libération de l’argent gelé et le veto menaçant d’Orbán – a alimenté les spéculations selon lesquelles Bruxelles se livrerait à des marchandages pour apaiser Budapest, ce que la Commission européenne a vigoureusement nié.

Cette impression s’est encore renforcée mardi lorsque le directeur politique du Premier ministre a ouvertement admis dans une interview qu’une contrepartie était possible.

« Le financement de l’UE par la Hongrie et celui de l’Ukraine sont deux questions distinctes », a déclaré l’assistant à Bloomberg. « Mais si l’UE insiste pour que le financement de l’Ukraine provienne d’un budget européen modifié, alors les deux questions deviennent liées. »

Interrogé sur ces commentaires, un porte-parole de la Commission a insisté sur le fait que la décision était strictement une réponse procédurale à une réforme judiciaire que la Hongrie a adoptée en mai pour renforcer l’indépendance judiciaire et atténuer l’ingérence politique dans les tribunaux.

« Nous avons des responsabilités à assumer. Nous nous en acquittons conformément aux règles qui régissent le budget », a déclaré un porte-parole de la Commission. « Les déclarations qui sont faites par des personnes extérieures à cette institution ne nous engagent en aucune manière, ne nous engagent à rien. »

La refonte a été spécifiquement conçue pour satisfaire aux conditions, ou « super-étapes », que l’exécutif avait imposées pour débloquer les liquidités, notamment des mesures visant à renforcer le Conseil national de la magistrature, un conseil de surveillance autonome, et à réformer le fonctionnement du pouvoir suprême. Tribunal.

Cependant, selon une analyse conjointe d’Amnesty International et du Comité Helsinki hongrois, la réforme ne parvient pas à combler les lacunes soulignées par Bruxelles. « Les solutions adoptées, y compris leur méthode d’adoption, sont improvisées et violent les lois et règlements pertinents, ainsi que les principes de l’État de droit », indique l’analyse.

Dans une lettre communeles quatre principaux groupes du Parlement européen ont exprimé un point de vue tout aussi sceptique, demandant à la Commission d’attendre au moins la fin des élections au Conseil national de la magistrature le 10 janvier avant de publier une évaluation positive.

« Il est du devoir de la Commission de continuer à vérifier qu’aucune des réformes n’est annulée ou affaiblie par la suite par un décret du jour au lendemain ou par une législation contradictoire », ont déclaré mercredi les dirigeants du PPE, du S&D, de Renew Europe et des Verts.

Liquidités gelées

Au total, la Hongrie doit respecter 27 « super jalons », ainsi que quatre « conditions horizontales favorables », qui, dans certains cas, se chevauchent, pour accéder à plus de 30 milliards d’euros de fonds de cohésion et de relance gelés depuis décembre 2022.

La réforme judiciaire ne sert cependant qu’à débloquer jusqu’à 10,2 milliards d’euros du montant total.

Le pays se retrouvera toujours sans plus de 11,5 milliards d’euros de fonds de cohésion. Cela inclut les 6,3 milliards d’euros qui ont été paralysés dans le cadre du « mécanisme de conditionnalité » en raison de préoccupations liées aux marchés publics, aux conflits d’intérêts et à la corruption.

« Malgré des échanges réguliers avec la Hongrie, la Commission considère que la Hongrie n’a pas remédié aux violations des principes de l’État de droit » qui ont déclenché l’activation du mécanisme, a indiqué la Commission.

Le reste de l’argent concerne des domaines thématiques tels que le droit à la liberté académique, la protection de la minorité LGBTQ+ et le droit d’asile.

En outre, la Hongrie ne pourra toujours pas accéder à son plan de relance et de résilience face au COVID-19, d’un montant de 10,4 milliards d’euros sous forme de subventions et de prêts à faible taux d’intérêt. Seuls 920 millions d’euros ont été versés en « préfinancement » pour fournir des liquidités aux projets énergétiques.

« Étant donné que les super-étapes n’ont pas été entièrement respectées, aucune demande de paiement ne peut être versée pour l’instant », a déclaré la Commission à propos du plan de relance.

Dans son entretien avec Bloomberg, le directeur politique d’Orbán a déclaré que la totalité de l’argent – ​​plus de 30 milliards d’euros, dont les 10 milliards d’euros dégelés mercredi – devrait être remis au pays.

Laisser un commentaire

quatre × cinq =