Anti-Brexit protester Steve Bray demonstrates on the edge of Parliament Square across the street from the Houses of Parliament, in London, Wednesday, Dec. 8, 2021.

Milos Schmidt

Brexit : voici combien cela a coûté aux Britanniques

Le maire de Londres, Sadiq Khan, appelle le gouvernement britannique à « construire de toute urgence des relations plus étroites avec l’UE » après qu’un nouveau rapport révèle combien l’économie britannique perd après avoir quitté l’UE.

La sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne a coûté jusqu’à présent à son économie quelque 140 milliards de livres sterling (162,87 milliards d’euros), avec une production économique inférieure de 6 % à celle si le Royaume-Uni était resté dans l’UE, selon un rapport de Cambridge Econometrics.

Le rapport a été commandé pour la mairie par le maire de Londres, Sadiq Khan, membre du parti travailliste d’opposition qui a voté contre le Brexit en 2016.

Dans un discours prononcé jeudi soir devant les dirigeants politiques et économiques de Londres, Khan a appelé le gouvernement britannique à « construire de toute urgence une relation plus étroite avec l’UE » pour endiguer le déclin.

« Il est désormais évident que le Brexit ne fonctionne pas », a déclaré Khan au public de Mansion House jeudi soir. « La version dure du Brexit à laquelle nous avons abouti entraîne notre économie vers le bas et fait grimper le coût de la vie. »

Quel est le coût du Brexit pour les Britanniques ?

L’économie de Londres est en baisse d’un peu plus de 30 milliards de livres sterling (35 milliards d’euros) en raison du divorce avec l’UE, selon le rapport.

Le Britannique moyen était dans une situation pire de près de 2 000 £ en 2023, tandis que le Londonien moyen était dans une situation pire de près de 3 400 £ l’année dernière à cause du Brexit, a indiqué le site Internet de la mairie, citant l’étude.

L’hôtel de ville est le siège du gouvernement du maire et de l’assemblée élue de Londres.

Les calculs du rapport montrent également qu’il y a désormais 1,8 million d’emplois de moins au Royaume-Uni à la suite du Brexit, dont près de 300 000 de moins dans la seule capitale.

Les chiffres du rapport sont basés sur les calculs de la valeur ajoutée brute (VAB), l’augmentation de la valeur de l’économie due à la production de biens et de services.

Pour faire leurs projections, les économistes de Cambridge Econometrics ont utilisé les données des prévisions économiques de mars 2023 de l’Office for Budget Responsibility (OBR).

L’OBR a depuis publié une mise à jour des perspectives économiques et budgétaires (EFO) pour les cinq années jusqu’en 2028-29 en novembre 2023.

Qu’est-ce qui se profile à l’horizon pour le Royaume-Uni sans des liens plus solides avec l’UE ?

L’étude indique que le coût global de la sortie de l’UE va augmenter jusqu’à 311 milliards de livres sterling (361,8 milliards d’euros) d’ici 2035, car la production, les investissements, les exportations, les importations, l’emploi et la productivité du Royaume-Uni devraient tous être inférieurs à ce qu’ils seraient si le Royaume-Uni était resté dans l’UE.

La production devrait être inférieure de 10,1 % au Royaume-Uni et de 7,5 % à Londres d’ici 2035, avec près de trois millions d’emplois en moins après le Brexit d’ici 2035, dont environ 500 000 dans la capitale.

Les investissements au Royaume-Uni d’ici 2035 devraient être inférieurs de plus de 32 % à ce qu’ils auraient été autrement, laissant également leur marque sur l’économie de Londres. Cela est dû aux nouvelles barrières commerciales qui réduisent le désir et la capacité des entreprises européennes de commercer avec le Royaume-Uni, tandis que les coûts d’importation augmentent.

Le Brexit devrait réduire de 5 % le volume des exportations et de 16 % du volume des importations d’ici 2035, ce qui permettrait à terme de rendre le commerce net positif.

La productivité de Londres devrait rester similaire à ce qu’elle aurait été si le Royaume-Uni était resté dans l’UE, mais la production et l’emploi de la capitale continueront à connaître des difficultés en raison des effets à long terme du Brexit, estime l’étude.

Par conséquent, l’écart de productivité entre Londres et le reste du Royaume-Uni devrait encore se creuser.

L’étude de Cambridge Econometrics fait également référence à un autre rapport de l’Institut national de recherche économique et sociale (NIESR) sur l’impact du Brexit. Ce rapport estime qu’il faudra 15 ans pour que les impacts du Brexit sur le commerce et la productivité se matérialisent pleinement dans l’économie britannique.

Laisser un commentaire

3 × trois =