Bilan Venise 2023 : "The Killer" - Le thriller nihiliste de David Fincher fait mouche

Jean Delaunay

Bilan Venise 2023 : « The Killer » – Le thriller nihiliste de David Fincher fait mouche

La dernière fois que David Fincher était au Lido, c’était en 1999 pour « Fight Club » – et la première réaction a été glaciale. « The Killer » suivra-t-il les mêmes traces, jusqu’à devenir un futur classique culte ?

Ah, Michael Fassbender… Comme tu nous as manqué.

Après quatre ans d’absence, l’acteur revient dans la peau d’un tueur à gages anonyme, glacial et méthodique dont le « I. Ne le faites pas. Donner. R. Putain. la vision du monde est sur le point d’être remise en question.

Nous connaissons ses monologues intérieurs sur les réalités du métier d’assassin : l’ennui, l’amoralité, la façon dont le scepticisme est souvent confondu avec le cynisme, les mérites de se déguiser en touriste allemand (« Personne ne veut vraiment interagir avec un touriste allemand » ) et la pierre angulaire de la civilisation : quelques-uns exploitent le plus grand nombre.

Cela semble beaucoup, mais lorsqu’un emploi parisien de haut niveau tourne mal et que notre protagoniste doit faire face aux violentes retombées de son échec, Le tueur devient un riff plutôt simple, complice et bien plus verbeux sur le classique policier de Jean-Pierre Melville de 1967. Le Samouraï. Fini la position de non-connerie et le mantra répété selon lequel il ne faut mener que les batailles pour lesquelles vous êtes payé, au profit d’une nouvelle devise : WWJWBD.

Que ferait John Wilkes Booth ?

Basé sur la bande dessinée française d’Alexis « Matz » Nolent et Luc Jacamon de la fin des années 90, Le tueur est un thriller d’action nihiliste structuré autour de six chapitres et d’un épilogue. Nous passons de Paris à la République dominicaine, de la Nouvelle-Orléans à New York et enfin à Chicago, observant notre assassin anonyme dans un voyage de vengeance le menant à celui qui tire les ficelles du châtiment. Pensez à John Wick sans la motivation du chien et un penchant supplémentaire pour les airs des Smiths.

Le réalisateur David Fincher retrouve certains de ses suspects habituels : Se7en le scribe Andrew Dean Walker, son homme le directeur de la photographie Erik Messerschmidt, ainsi que Trent Reznor et Atticus Ross pour la notation.

Les résultats sont, comme on pouvait s’y attendre, maussades, fluides et précis. Comme nous le dit l’affiche : « L’exécution est tout » ; et lorsqu’il s’agit d’un style exigeant, Fincher est sans précédent.

Il convient de noter en particulier l’humour pince-sans-rire tout au long du scénario de Walker, qui livre quelques répliques formidables (« La Nouvelle-Orléans – mille restaurants, un menu »), ainsi qu’une scène à couper le souffle entre Fassbender et Tilda Swinton, qui ont un lourd fardeau. et sophistiquée (pour la plupart à sens unique) ponctuée d’une blague magistralement livrée. Il y a aussi une séquence de combat où un gag d’arme effronté fait des merveilles.

Cela aide aussi que pas depuis L’ultimatum de Bourne Un Donnybrook violent s’est-il senti si punitif.

Le tueur apparaîtra initialement en chiffres. Il est vrai que cela ne s’écarte pas de beaucoup de pièges conventionnels en ce qui concerne le sous-genre du thriller vengeur et déchaîné. Cependant, cela semble être une décision délibérée de la part de Fincher. L’épilogue en particulier – aussi inutile qu’il puisse paraître – a un effet subvertissant qui nous fait réévaluer ce que nous attendons d’un récit de vengeance.

Ainsi, même si le dernier né de Fincher n’est peut-être pas à la hauteur Zodiaque ou Se7enc’est mortel et s’adapte bien aux côtés La fille au tatouage de dragon – et pourrait, avec le temps, acquérir le même statut culte que Club de combat.

Le tueur projeté en Compétition à la Mostra de Venise. Il sort en octobre dans les cinémas américains et britanniques et arrive sur Netflix le 10 novembre.

Laisser un commentaire

11 + 6 =