Anora

Jean Delaunay

Bilan Cannes 2024 : « Anora » – La version cinétique de « Pretty Woman » de Sean Baker est fantastique

Le réalisateur de « Tangerine », « The Florida Project » et « Red Rocket » nous propose un brillant voyage en montagnes russes – un conte de fées moderne qui se double d’une tragédie à couper le souffle.

Anorale dernier film de Sean Baker après sa première à Cannes en 2021 Fusée rougeest une explosion rauque – une comédie cinétique loufoque de New York qui partage l’énergie chaotique des frères Safdie. Pierres précieuses non taillées et déguise un cœur plus sombre. C’est un KO.

Même s’il est tentant de terminer la critique ici, avec l’avantage substantiel supplémentaire que Baker fait coexister Take That avec tATu (ne prétendez pas que vous n’êtes pas convaincu par cela maintenant), voici un peu de contexte.

Le personnage principal, une danseuse exotique et parfois escorte qui préfère s’appeler Ani (Mikey Madison), travaille dans un club de strip-tease à Manhattan. Étant d’origine ouzbèke, elle comprend le russe et est chargée de divertir un Moskal un soir. Un oligarque en sueur ? Un voyou menaçant ? Non, une jeune femme de 21 ans avec une tignasse sauvage qui rivalise avec les permanentes les plus folles de Timothée Chalamet. Il s’appelle Ivan (Mark Eydelshteyn) et se comporte comme un adorable bouffon : généreux, maladroit et très, très excitant.

«Je suis toujours heureux», dit-il. Et c’est ce qu’il devrait être. Il passe son temps à organiser des fêtes et à vivre de l’argent de son père.

Leur temps ensemble, après une visite à domicile dans son appartement de luxe, se termine par une proposition : Ivan demande à Ani d’être sa « petite amie excitée pour la semaine », en échange de 15 000 $. Elle est enthousiasmée par l’idée et apprécie sincèrement Ivan, qui la comble de cadeaux, de voyages dans des clubs exclusifs et d’une escapade sauvage à Vegas. C’est là que l’adolescent amoureux propose le mariage. Il ne veut pas retourner en Russie et travailler dans l’entreprise de son père, donc un mariage forcé est son ticket pour obtenir la carte verte de ce cornichon privilégié. Ani accepte joyeusement et emménage avec lui.

«Tu as gagné au loto, salope», dit une de ses amies du club de strip-tease.

Sauf que tout conte de fée a besoin d’un méchant. Dans ce cas, les perturbateurs sont les parents ultra riches d’Ivan, qui ont honte du fait que leur fils épouse une « pute ». Ils ont atteint DEFCON 1 en déclenchant les choses pour que le mariage soit annulé rapidement, à temps pour leur arrivée à New York. Cela implique une équipe hétéroclite se présentant au luxueux pad pour raisonner Ivan. Il fait un coureur hilarant, laissant Ani avec le fixateur arménien Toros (Karren Karagulian) et ses deux comparses Garnick (Vache Towmasyan) et Igor (Compartiment n°6 (C’est Yura Borissov).

L’histoire moderne de Cendrillon se transforme en un film de poursuite sans freins où une Pretty Woman en colère est mise dans le même panier que les Marx Brothers pour localiser Ivan. De Brighton Beach à Coney Island, Ani se retrouve seule à mener une bataille pour une union qui, selon elle, est fondée sur une véritable affection.

Madison, déjà vue dans Il était une fois à Hollywood et Crier, est ici une révélation. Elle possède chaque scène, maîtrisant l’accent de Brooklyn et offrant une performance à plein régime qui devrait la propulser au rang de célébrité. Eydelshteyn est également excellent et parvient à vous convaincre de manière convaincante avec son numéro erratique de Tigrou qui change rapidement pour révéler que le prince charmant est un enfant imbécile et gâté. Son personnage est mis en parallèle avec le « gopnik » taciturne et francophoniquement contesté Igor, à qui Borisov injecte une menace malmenante mais suffisamment de sympathie pour vous faire comprendre qu’il fait aussi un travail – qu’il le veuille ou non.

La aventure folle dans laquelle ils se lancent tous est passionnante sans arrêt, Baker ne perdant jamais de vue sa préoccupation familière pour le travail du sexe, les escrocs et les aspirations contrariées. Son exploration du rêve américain, vu à travers le prisme de l’empathie liée aux divisions de classe et aux droits, conduit à un commentaire léger mais efficace sur le fait que la belle vie est souvent donnée à ceux qui la méritent le moins. Cela culmine dans une scène finale désarmante qui repose sur un moment de connexion douce-amère, qui vous amène à vous demander si ces montagnes russes chaotiques étaient réellement une tragédie cachée à la vue de tous, sur la façon dont ceux que la société choisit de marginaliser seront toujours voués à l’échec.

Et tandis que Anora peut parfois être frustrant par endroits – en particulier avec la performance légèrement décevante de Darya Ekamasova dans le rôle de la mère impitoyable d’Ivan – les visuels vibrants et faisant écho aux années 70 compensent largement les inconvénients, grâce à l’excellent travail du directeur de la photographie Drew Daniels et de ses lentilles anamorphiques.

A-t-il les qualités nécessaires pour remporter un prix cette année, voire la Palme ? C’est une « touche » retentissante de notre part, Sean Baker. Désolé, « touché ».

Anora fait sa première au Festival de Cannes en compétition.

Laisser un commentaire

2 × 4 =