Avertissement sur la désinformation en ligne avant les élections espagnoles

Jean Delaunay

Avertissement sur la désinformation en ligne avant les élections espagnoles

Les chercheurs ont critiqué ce qu’ils considèrent comme une approche incohérente adoptée par les entreprises de médias sociaux alors que les allégations trompeuses concernant les bulletins de vote par correspondance et la fraude électorale se propagent.

Quelques jours avant la tenue d’élections cruciales en Espagne, des allégations trompeuses sur les bulletins de vote par correspondance et la fraude électorale se répandent sur les réseaux sociaux.

Les allégations, amplifiées par les partisans du Parti populaire de centre-droit et du Parti Vox d’extrême droite, présentent des similitudes frappantes avec les affirmations sans fondement diffusées par le président de l’époque, Donald Trump, avant sa défaite aux élections américaines de 2020.

Les élections générales de dimanche pourraient faire basculer l’Espagne en faveur de la droite populiste, alors que le Parti populaire cherche à ravir le pouvoir au Parti socialiste ouvrier espagnol et à son partenaire de coalition d’extrême gauche, Unidas Podemos.

Le Premier ministre Pedro Sánchez a convoqué des élections anticipées après que sa coalition de gauche ait perdu gros aux élections locales et régionales de cette année. La plupart des sondages favorisent le Parti populaire, mais il aura probablement besoin du soutien du Vox pour former une majorité au pouvoir.

Ces dernières semaines, des vidéos démystifiées prétendant montrer des agents électoraux bourrant les urnes ont largement circulé sur Facebook et Twitter. Facebook a qualifié les vidéos de fausses tandis que Twitter n’a pris aucune mesure.

D’autres vidéos diffusées sur Facebook et TikTok allèguent que le parti de Sanchez volera l’élection pour empêcher une défaite.

L’utilisation des bulletins de vote par correspondance est au centre des théories du complot électoral, certains électeurs d’extrême droite suggérant que le bureau de poste serait utilisé pour lancer l’élection à Sanchez.

C’est un récit qu’Alberto Feijoo, le chef du Parti populaire, a contribué à amplifier. Lors d’un rassemblement la semaine dernière, il a exhorté les postiers espagnols à rester indépendants.

« Je demande aux facteurs en Espagne de travailler au maximum, matin, midi et soir », a déclaré Feijóo lors d’un meeting de campagne à Murcie mercredi. « Quels que soient vos patrons, je vous exhorte à distribuer tous les bulletins de vote par correspondance à temps. »

Feijoo a déclaré plus tard qu’il n’essayait pas de suggérer que le service postal tenterait de voler l’élection, mais faisait plutôt référence aux défis liés au traitement d’autant de bulletins de vote par correspondance.

Théories du complot et contenu extrémiste

Les chercheurs en médias sociaux de l’organisation à but non lucratif Reset, qui étudie la manière dont les médias sociaux affectent les démocraties du monde entier, ont identifié de nombreux exemples de diffusion d’informations erronées liées aux élections sur Twitter, Facebook, YouTube et TikTok.

Alors que les types spécifiques de contenu varient selon la plate-forme – la haine anti-musulmane est particulièrement répandue sur Twitter, par exemple – le déni électoral a été trouvé partout où les chercheurs ont regardé.

Certains des récits diffusant de la désinformation sur les élections espagnoles ont une portée énorme et croissante. Les analystes de Reset ont identifié 88 comptes de médias sociaux qui ont diffusé à plusieurs reprises du contenu extrémiste en Espagne et qui comptent plus de 14 millions d’abonnés, dont environ un million de récents. Les messages signalés par Reset pour contenir des théories de haine ou de complot électoral ont été vus près de 100 millions de fois depuis janvier.

« Les récits de fraude électorale qui sapent la confiance dans les processus démocratiques – et qui ont également dominé les élections régionales en Espagne – se propagent sur toutes les plateformes », ont conclu les chercheurs de Reset.

En ce qui concerne l’identification et la suppression des fausses allégations, le rapport de Reset a reproché aux plates-formes technologiques leur incohérence, notant que les théories du complot ou les allégations trompeuses concernant l’élection peuvent être étiquetées ou supprimées d’une plate-forme et laissées seules sur une autre.

Laisser un commentaire

2 × cinq =