Avant-première de la Mostra de Venise 2023 : ce qui se passe et pourquoi nous sommes excités

Jean Delaunay

Avant-première de la Mostra de Venise 2023 : ce qui se passe et pourquoi nous sommes excités

Avec une programmation de films exceptionnelle, la 80e édition de cette année s’annonce comme une édition inoubliable…

La Mostra de Venise, l’un des événements les plus prestigieux de l’industrie cinématographique mondiale, déclarera ouverte sa 80e édition la semaine prochaine – et nous ne pourrions être plus enthousiastes.

Nous serons sur le terrain, sélectionnant autant de films que possible pour vous offrir toute la couverture que votre cœur cinéphile désire.

Même si les grèves actuelles à Hollywood signifient que les stars ne fouleront peut-être pas toutes le tapis rouge cette année, la programmation des films reste incroyablement bonne. Et pour cause, Venise s’est progressivement bâtie une réputation de plateforme vers laquelle les futurs lauréats se rendent pour leurs premières.

En effet, le plus ancien festival de films au monde a livré une sélection impressionnante pour sa 80e édition. Voici ceux qui nous enthousiasment le plus – en les limitant aux titres de compétition, sinon nous serions là toute la journée.

Le tueur

Ré : David Fincher

Netflix
Le tueur

La dernière fois que le célèbre cinéaste David Fincher était à Venise, il présentait le film de 1999 Club de combat. Il revient cette année avec une adaptation de la bande dessinée française d’Alexis Nolent et illustrée par Luc Jacamon. Fincher a travaillé sur Le tueur depuis des années, et c’est l’un des titres les plus attendus de la Mostra de Venise de cette année. Le film – décrit par Fincher comme « un noir brutal, sanglant et élégant » – raconte l’histoire d’un tueur à gages méthodique (Michael Fassbender) qui craque psychologiquement alors qu’il commence à développer sa conscience. Nous y avons tous été. Il se retrouve alors du mauvais côté d’une chasse à l’homme suite à un travail bâclé. Nous n’y sommes pas tous allés. Considérant que Fincher est incapable de faire un mauvais film, Se7en le scénariste Andrew Kevin Walker est en charge de l’adaptation, et nous obtenons une musique originale des collaborateurs réguliers Trent Reznor et Atticus Ross, il y a toutes les raisons d’être très enthousiasmé par ce choix du Concours. Oh, et comme si cela ne suffisait pas, Tilda Swinton est également de la partie. Vendu!

Origine

Ré: Ava Duvernay

J4A - TABLEAU
Origine

La cinéaste nominée aux Oscars Ava Duvernay entre dans l’histoire cette année à la Mostra de Venise en devenant la première femme afro-américaine en compétition. Son dernier long métrage est basé sur le livre non-fictionnel d’Isabel Wilkerson, lauréat du prix Pulitzer, « Caste: The Origins of Our Discontents », et met en vedette Aunjanue Ellis-Taylor (Le roi Richard) et Vera Farmiga (Les défunts, Code source), avec Audra McDonald, Nick Offerman et Connie Nielsen. Origine s’attaque aux inégalités raciales systémiques aux États-Unis et explorera la hiérarchie des systèmes de castes injustes qui ont façonné l’Amérique. Avec Duvernay Quand ils nous voient, 13ème et Selmagageons que ce sera une montre percutante et poignante.

Maestro

Ré : Bradley Cooper

Netflix
Maestro

Bradley Cooper a créé ses débuts en tant que réalisateur, en 2018. Une star est née, à Venise. C’était la plateforme idéale, puisque le film a reçu huit nominations aux Oscars, dont celui du meilleur film et du meilleur acteur pour Cooper. Il revient au Lido avec son deuxième film de réalisateur, dans lequel il incarne le légendaire compositeur Leonard Bernstein, aux côtés de Carey Mulligan dans le rôle de son épouse, actrice et militante Felicia Montealegre. Le film couvrirait 30 ans de la vie de Bernstein et se concentrerait davantage sur la relation avec sa femme (Carey Mulligan) que sur sa propre musique – ou sur sa prothèse de nez, d’ailleurs. Il y a quelques premières récompenses à propos de celui-ci, nous avons donc hâte de voir si Cooper livre la marchandise. Espérons simplement que Rami Malek ne volera pas l’Oscar de Cooper l’année prochaine comme il l’a fait en 2019… Nous sommes toujours en train de guérir.

El Condé

D: Pablo Larraín

Netflix
El Condé

Jackie et Spencer a vu le réalisateur chilien Pablo Larraín explorer l’histoire. Il revient à Venise avec l’histoire en tête, mais d’une manière différente. El Condé est une œuvre gothique de fiction révisionniste historique qui imagine le dictateur chilien Augusto Pinochet comme un vampire de 250 ans qui continue de sucer le sang – littéralement et métaphoriquement. S’attaquant au traumatisme persistant de la dictature, le film de Larraín – tourné dans un magnifique noir et blanc par le directeur de la photographie vétéran de Todd Haynes, Ed Lachman – semble mélanger un réalisme magique avec une prémisse dingue qui promet beaucoup. Comme il avait déjà exploré la tyrannie persistante du dictateur dans le superbe film de 2012 (et nominé aux Oscars) Non, El Condé on dirait que cela pourrait être un événement à surveiller lors de la cérémonie du Lion d’Or.

Pauvres choses

Ré: Yorgos Lanthimos

Photos de projecteur
Pauvres choses

Maître grec de tout ce qui est surréaliste et humoristique, le dernier film de Yorgos Lanthimos – son premier depuis sa première à Venise en 2018 Le favori – se joue comme un « Frankenstein » échangé entre les sexes. On y voit Emma Stone incarner une femme ramenée à la vie par un savant fou (Willem Dafoe). Elle s’enfuit avec Mark Ruffalo (qui ne le ferait pas ?) et devient de plus en plus consciente de son humanité… et de ses appétits sexuels voraces. Les bandes-annonces de celui-ci semblent indiquer quelque chose d’un peu plus courant pour Lanthimos, mais ce ne serait pas la première fois que le marketing sous-vendrait un film. En espérant qu’il offrira des sensations surréalistes et idiosyncratiques. Et un peu d’hémoglobine. Ce serait bien.

houx

D : Fien Troch

Unifrance
houx

Cette année, le festival a livré la marchandise en matière de films d’horreur ou proches de l’horreur. Pauvres choses et ses tendances gothiques; El Condé et sa version du genre vampire… Et puis il y a houx. Le réalisateur belge Fien Troch (Maison) revient au Lido avec un film sur une jeune fille de 15 ans avec un cadeau/une malédiction. La titulaire Holly peut faire en sorte que les autres se sentent en paix lorsqu’ils sont en sa présence. Il n’y a rien de mal à ça… Sauf quand les gens commencent à essayer de l’exploiter. Il explorerait le thème de l’inconfort à l’adolescence et, selon le directeur du festival Alberto Barbera, il s’agit « d’une histoire d’amour qui joue avec les tropes du genre horreur ». Injectez ceci dans nos globes oculaires maintenant.

Le mal n’existe pas

D : Ryûsuke Hamaguchi

Festival du Film de Venise
Le mal n’existe pas

Quelle année le maestro japonais Ryûsuke Hamaguchi a vécu en 2021, avec le doublé de l’acteur oscarisé Conduire ma voiture et le moins vu mais tout aussi brillant Roue de la Fortune et de la Fantaisie. Cette année, il a surpris tout le monde avec l’annonce de son nouveau film, Le mal n’existe pas. Il est sorti de nulle part et est entré directement dans la sélection du concours de Venise. Nous ne nous plaignons pas. Situé dans une petite ville du Japon, nous suivrons comment une grande entreprise de Tokyo envisage de construire un immense refuge de glamping, sans trop de considération pour les habitants qui seront contraints de voir une structure peu respectueuse de l’environnement s’emparer de leurs maisons. Cela ressemble à un conte socialement conscient qui semble être le tremplin parfait pour Hamaguchi pour raconter une autre histoire humaine magnifiquement dévastatrice.

La Bête

Ré: Bertrand Bonello

Arte France Cinéma ;  Les Films du Bélier
Le Bête

Le film de science-fiction de Betrand Bonello nous plonge dans un futur proche où les émotions sont devenues une menace. Gabrielle (Léa Seydoux) décide finalement de s’en débarrasser, grâce à une machine qui va la plonger dans ses vies passées et la débarrasser de tous sentiments forts. Elle rencontre alors Louis (George MacKay), et leur relation va compliquer les choses. Librement inspiré du roman d’Henry James de 1903 « La Bête dans la jungle », ce projet ambitieux semble incroyablement séduisant, surtout s’il explore la complexité (et la beauté) inhérente aux liens émotionnels. Inscrivez-nous.

Ferrari

Ré : Michael Mann

Néon
Ferrari

C’est le premier film de Michael Mann depuis plus de huit ans. Et huit ans, c’est long – surtout après le niveau intermédiaire Chapeau noir. Les attentes sont donc élevées pour Ferrari, un biopic mettant en vedette Adam Driver dans le rôle d’Enzo Ferrari, le pilote de course italien devenu entrepreneur automobile, et Penelope Cruz dans le rôle de son épouse, Laura. Le reste du casting comprend Shailene Woodley, Jack O’Connell et Patrick Dempsey. Considéré comme un travail d’amour pour Mann, qui a tenté de faire Ferrari depuis 2000 (avec Christian Bale puis Hugh Jackman à l’origine), le film retracera la vie du magnat de l’automobile. Et compte tenu de l’aptitude du pilote au nom approprié à affronter des célébrités italiennes célèbres – après son tour en 2021 Maison Gucci comme Maurizio Gucci – nous attendons beaucoup de ce biopic (espérons-le) intense.

Priscille

Ré: Sofia Coppola

A24
Priscille

Arrivé après celui de l’année dernière Elvisl’opus maximaliste de Baz Luhrmann qui a remporté 288,7 millions de dollars au box-office et a présenté à une toute nouvelle génération le roi du rock’n’roll, adapté du livre de Priscilla Presley de 1985 « Elvis and Me », Priscille vise à raconter une autre facette de l’histoire du Roi. La réalisatrice Sofia Coppola (Suicides vierges, Perdu dans la traduction) suivra la veuve du roi Priscilla Presley (Cailee Spaeny – Soulèvement du Pacifique, Mauvais moments à l’El Royale) et sa vie avec Elvis (Jacob Elordi – Euphoria). Coppola a décrit le film comme «Marie-Antoinette in Graceland » et les premières images promettent une pièce d’époque avec une certaine authenticité – d’autant plus que Priscilla Presley est productrice du film. On croise les doigts pour que cela puisse faire pour Priscilla ce que Pablo Larraín peut faire Jackie fait pour Jackie Kennedy.

Hors Compétition, d’autres titres que nous avons hâte de voir incluent Daaaaaali !, au son démentiel de Quentin Dupieux ; le film d’action expérimental Aggro Dr1ft d’Harmony Korine ; celui du frère Ross Arc-en-ciel essence (qui, s’il est aussi brillant que celui de 2020 Nez sanglant, poches vides devrait être un point culminant); le documentariste chevronné Fredrick Wiseman’s Menus-Plaisirs Les Troisgros, une excursion dans les coulisses du monde du vénérable restaurant français ; et Le maréchal de la cour de la mutinerie de Cainele dernier film de feu William Friedkin – sorti la même année que le 50e anniversaire de L’Exorciste.

La Mostra de Venise a lieu du 30 août au 9 septembre. Restez connectés sur L’Observatoire de l’Europe Culture pour des critiques et des articles quotidiens pour ne rien manquer de ce qui se passe cette année au Lido.

Laisser un commentaire

trois × deux =