Au moins deux civils tués après des frappes russes dans le nord-ouest de la Syrie

Jean Delaunay

Au moins deux civils tués après des frappes russes dans le nord-ouest de la Syrie

Les membres du groupe de secours des Casques blancs sont intervenus mercredi après que des obus russes ont touché une station de pompage d’eau abandonnée abritant désormais des personnes déplacées dans un territoire contrôlé par les rebelles.

Au moins deux civils ont été tués et cinq autres blessés mardi soir lorsque des frappes aériennes russes ont frappé la région d’Ain Shib, à l’ouest de la ville d’Idlib, dans la région du nord-ouest de la Syrie tenue par les rebelles.

Selon Rami al-Dandal, un volontaire des Casques blancs, un jeune de 18 ans et une personne âgée ont été tués tandis qu’une femme et deux enfants figuraient parmi les blessés.

Les frappes aériennes de mardi sont les dernières d’une série d’attaques russes récentes dans la région.

La région d’Idlib abrite environ trois millions de personnes, dont environ la moitié sont déplacées d’autres régions du pays.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme, un groupe d’observation, a déclaré que les frappes près d’Ain Shib avaient visé « des bases militaires appartenant à Hayat Tahrir al-Sham (HTS) », le groupe islamiste qui contrôle la province ainsi qu’Alep, Hama et Lattaquié. .

HTS serait une ancienne branche d’Al-Qaïda syrienne.

Ces provinces sont les dernières zones contrôlées par les rebelles en Syrie, dévastées par la guerre civile brutale qui a éclaté en 2011. Elle a coûté la vie à au moins 500 000 personnes et a poussé une grande partie de la population syrienne à fuir.

Plus tôt mardi, des frappes aériennes russes visant une base rebelle au nord de la ville d’Idlib ont tué trois membres du HTS, tandis que sept autres combattants et cinq civils ont été blessés, selon l’Observatoire basé en Grande-Bretagne, qui dispose d’un réseau de sources en Syrie.

HTS mène régulièrement des attaques meurtrières contre des soldats et des forces pro-gouvernementales.

La Russie est un allié fidèle du président Bachar al-Assad depuis son intervention dans les combats en 2015. Les frappes aériennes russes auraient joué un rôle important dans le renversement du cours des combats en faveur du régime d’Assad.

Le 25 juin, des frappes aériennes russes ont tué au moins 13 personnes, dont neuf civils, dans la province d’Idlib.

Laisser un commentaire

11 − cinq =