Au moins 895 000 personnes sont sans abri en Europe alors que des conditions de logement indignes persistent, selon un nouveau rapport

Jean Delaunay

Au moins 895 000 personnes sont sans abri en Europe alors que des conditions de logement indignes persistent, selon un nouveau rapport

Au moins 895 000 personnes en Europe étaient sans abri l’année dernière, selon un nouveau rapport, mettant en lumière une tendance aggravée par la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

L’Allemagne a enregistré 84 500 sans-abri en 2022, tandis que l’Espagne en a enregistré plus de 28 500.

Les résultats ont été compilés par la Fédération européenne des organisations nationales travaillant avec les sans-abri (FEANTSA) et la Fondation Abbé Pierre dans leur nouveau rapport intitulé « Poor Housing in Europe », publié mardi.

L’étude tire la sonnette d’alarme sur la façon dont les conditions de logement insalubres, telles que le surpeuplement, la moisissure, l’humidité, l’exposition à la pollution et un mauvais assainissement, affectent les segments les plus pauvres de la population, exacerbant la pauvreté et perpétuant l’exclusion sociale.

« Chaque nuit en Europe, une population comparable à celle d’une ville comme Marseille ou Turin se retrouve sans abri », affirment les organisations dans un éditorial commun. « Pour inverser la tendance, il faudra des efforts politiques sans précédent et des mesures structurelles audacieuses. »

Le manque de données complètes collectées via une méthodologie commune rend difficile l’obtention d’une image précise du sans-abrisme dans l’Union européenne, préviennent les organisations. Leur estimation de 895 000 personnes sans abri a été obtenue à partir des données mises à disposition par les autorités nationales et locales.

« C’est une augmentation de 30% par rapport à la dernière fois que nous avons fait cette estimation en 2018, et dans les 10 années qui ont précédé, elle avait déjà augmenté de 70%. Il s’agit donc d’un problème structurel qui s’aggrave dans l’Union européenne », « , a déclaré Ruth Owen, directrice adjointe de la FEANTSA, à L’Observatoire de l’Europe dans une interview.

Le rapport donne quelques aperçus de certaines des principales villes d’Europe. Barcelone, en Espagne, a enregistré 1 063 sans-abri en 2022, ce qui représente une augmentation de 19 % en un an seulement. À Paris, la capitale française, 69 % des 2 598 sans-abri vivent dans ces conditions depuis plus d’un an.

Le sans-abrisme ne désigne pas exclusivement les personnes qui ne disposent pas d’un endroit régulier où dormir, mais également celles qui sont contraintes de recourir à un hébergement d’urgence. Un exemple de détérioration des conditions a été observé à Dublin, en Irlande, où 8 376 personnes vivaient dans de tels services publics, soit un taux d’augmentation de 31 % en un an.

La détérioration de la situation sur tout le continent est imputée à la décision de la Russie de tenter une invasion à grande échelle de l’Ukraine et à ses multiples répercussions, notamment des prix record de l’énergie et une inflation toujours élevée.

Les répercussions économiques, explique Owen, ont été ressenties à la fois par les sans-abri et par les services sociaux qui les assistent quotidiennement.

« Le fait que la crise du coût de la vie et que l’inflation se soit concentrée sur des choses essentielles, comme l’énergie et l’alimentation, signifie que les ménages les plus pauvres ont été les plus durement touchés », a déclaré Owen. « En outre, les services œuvrant en faveur des sans-abri ont été très fortement touchés par l’inflation, et notamment par la hausse des prix de l’énergie ».

Les promesses d’une nouvelle plateforme

Le sans-abrisme est un problème qui précède la guerre révisionniste du Kremlin et qui est devenu profondément ancré dans la majorité des pays européens, qui, bien qu’ils soient parmi les plus riches du monde, sont incapables de s’attaquer efficacement au problème.

À l’initiative du gouvernement socialiste portugais, l’Union européenne a créé en juin 2021 la Plateforme européenne de lutte contre le sans-abrisme dans le but d’éradiquer le phénomène d’ici 2030. La plateforme a mis en place un groupe de travail pour mobiliser les fonds fournis par la Commission européenne et le Conseil de l’Europe et soutenir les programmes politiques en faveur de l’inclusion sociale.

Owen estime que la plateforme a contribué à faire du sans-abrisme une priorité de la politique sociale au niveau européen, mais que des résultats concrets doivent encore se concrétiser.

« Nous devons voir l’Union européenne transformer cette nouvelle plateforme, qui constitue une nouvelle étape importante, en un véritable forum de progrès, en travaillant sur des sujets tels que de meilleures données sur le sans-abrisme et en mobilisant des fonds européens pour lutter contre le sans-abrisme », a déclaré Owen.

« Beaucoup de choses peuvent être accomplies en termes d’échanges politiques et d’apprentissage de ce qui fonctionne dans les pays qui ont mieux réussi à lutter contre le sans-abrisme. »

Les choses avancent cependant lentement.

Selon le rapport, seuls trois des 27 États membres de l’UE ont réalisé des progrès tangibles dans la lutte contre le sans-abrisme et ont obtenu une « légère baisse » du nombre de personnes qui dorment dans la rue : la Finlande, le Danemark et l’Autriche.

Ces pays appliquent une stratégie dite « Housing First », qui consiste à fournir un logement dans un premier temps avant de soutenir l’accès aux services de santé et d’éducation.

L’année prochaine, la Plateforme européenne de lutte contre le sans-abrisme, actuellement présidée par l’ancien Premier ministre belge Yves Leterme, devrait lancer une série d’activités dans plusieurs villes d’Europe pour améliorer la qualité de la recherche, notamment un projet pilote de comptage des personnes sans abri basé sur une méthodologie commune.

Eurostat, l’office statistique de l’UE, commencera également à collecter des données.

Laisser un commentaire

dix-huit + un =