Palestinians carry a person killed by Israeli bombardment to their burial in Khan Younis, southern Gaza Strip, Friday, June 21, 2024. (AP Photo /Jehad Alshrafi)

Jean Delaunay

Au moins 39 personnes tuées dans des frappes israéliennes dans le nord de Gaza

Ces décès surviennent un jour après qu’au moins 25 personnes ont été tuées dans des frappes contre des camps de tentes et 50 blessées près de la ville de Rafah, dans le sud du pays.

Au moins 39 personnes ont été tuées samedi par des frappes israéliennes dans le nord de Gaza, alors que les secouristes se précipitaient pour retrouver des survivants sous les décombres, selon les responsables palestiniens et hospitaliers.

Fadel Naem, directeur de l’hôpital al-Ahli de la ville de Gaza, a déclaré aux journalistes que plus de trois douzaines de corps étaient arrivés à l’hôpital.

Israël a déclaré samedi que ses avions de combat avaient frappé deux sites militaires du Hamas dans la région de la ville de Gaza, mais n’a pas donné plus de précisions.

Ces décès surviennent un jour après qu’au moins 25 personnes ont été tuées dans des frappes contre des camps de tentes et 50 blessées près de la ville de Rafah, dans le sud du pays. Israël a déclaré samedi qu’il poursuivait ses opérations dans le centre et le sud de Gaza et avait poursuivi son invasion de Rafah, où plus d’un million de Palestiniens avaient trouvé refuge pour fuir les combats ailleurs.

Une famille palestinienne pleure un être cher tué par les bombardements israéliens, alors qu'elle jette un dernier regard avant ses funérailles à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le vendredi 21 juin.
Une famille palestinienne pleure un être cher tué par les bombardements israéliens, alors qu’elle jette un dernier regard avant ses funérailles à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le vendredi 21 juin.

La plupart ont maintenant fui la ville, mais les Nations Unies affirment qu’aucun endroit à Gaza n’est sûr et que les conditions humanitaires sont désastreuses alors que les familles s’abritent dans des tentes et des appartements exigus sans nourriture, eau ou fournitures médicales adéquates.

Une frappe israélienne distincte samedi dans la vallée de la Bekaa, à l’est du Liban, a tué un membre de la branche militaire d’al-Jamaa al-Islamiya, ou Groupe islamique, une faction musulmane sunnite étroitement alliée au Hamas, selon le groupe. Ce membre est le septième tué par les frappes israéliennes au Liban depuis le début de la guerre.

La guerre entre Israël et le Hamas a éclaté le 7 octobre lorsque les militants du Hamas qui ont pris d’assaut le sud d’Israël ont tué environ 1 200 personnes et pris en otage quelque 250 autres. Israël a répondu en bombardant et en envahissant l’enclave, tuant plus de 37 400 Palestiniens selon le ministère de la Santé de Gaza, qui ne fait pas de distinction entre combattants et civils dans son décompte.

Près de 600 Palestiniens tués en Cisjordanie

Samedi également, l’armée israélienne a déclaré qu’un Israélien avait été mortellement abattu à Qalqilya, une ville du nord de la Cisjordanie, où les forces israéliennes ont abattu deux militants vendredi, la dernière flambée de violence dans le territoire depuis la guerre entre Israël et le Hamas.

Au moins 549 Palestiniens du territoire ont été tués par les tirs israéliens depuis le début de la guerre, selon le ministère palestinien de la Santé, qui suit ces meurtres. Au cours de la même période, les Palestiniens de Cisjordanie ont tué au moins neuf Israéliens, dont cinq soldats, selon les données de l’ONU.

Il est interdit aux ressortissants israéliens d’entrer à Qalqilya et dans d’autres zones de Cisjordanie qui relèvent du contrôle de l’Autorité palestinienne.

La colère grandit dans tout le pays face à la gestion par le gouvernement de la guerre à Gaza et de la crise des otages. Samedi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Tel-Aviv pour réclamer de nouvelles élections et demander au gouvernement de rapatrier les otages.

Laisser un commentaire

12 − 12 =