Tourists with an umbrella walk in front of the Parthenon at the ancient Acropolis in central Athens, June 12, 2024.

Jean Delaunay

Athènes envahie : comment la capitale grecque trouve des solutions face à l’afflux de touristes

Alors que le tourisme est en plein essor toute l’année, les ressources locales et les habitants d’Athènes ressentent la pression.

Partout en Europe, les pays prennent des mesures contre le surtourisme et Athènes ne fait pas exception. Les deux dernières années ont montré que la ville a du mal à faire face à l’afflux de visiteurs.

Il y a quelques années, l’objectif était d’avoir des touristes toute l’année. Aujourd’hui, c’est chose faite, mais à quel prix ?

Athènes a accueilli plus de 7 millions de touristes en 2023, et les experts prévoient une augmentation de 20 % cette année, faisant des rues autrefois vides du mois d’août un lointain souvenir.

Si cette poussée stimule l’économie, contribuant au PIB et aux recettes fiscales, elle entraîne également des défis importants, mettant à rude épreuve des infrastructures inadéquates et des ressources locales déjà mises à rude épreuve.

« Nous avons besoin de règles », déclare Katerina Kikilia, professeur de gestion du tourisme à l’Université de l’Attique occidentale. « Les Athéniens sont confrontés quotidiennement à l’impact social et environnemental. La crise du logement est énorme », déclare-t-elle à L’Observatoire de l’Europe.

Kikilia explique que de nombreuses zones d’Athènes et de l’Attique sont désormais dominées par les locations à court terme, les familles et les étudiants étant poussés vers la sortie.

Katerina Kikilia, professeur à l'Université d'Attique de l'Ouest.
Katerina Kikilia, professeur à l’Université d’Attique de l’Ouest.

À titre d’exemple, Kikilia cite Koukaki. « Autrefois un beau quartier, c’est aujourd’hui un centre de locations à court terme, sans familles ni écoliers », dit-elle.

Malgré le développement des infrastructures hôtelières, le reste de la ville est en retard. « Dans les zones urbaines, l’impact socioculturel est important, les touristes remplacent les résidents de longue date et modifient le caractère des quartiers. La question du logement est devenue explosive », a déclaré le médiateur dans un rapport sur le tourisme durable.

Les prix des loyers ont grimpé en flèche, notamment à proximité des stations de métro fréquentées par les touristes. « Tout est une question d’offre et de demande », explique Antonis Markopoulos, cofondateur de la société immobilière Prosperty. « Si vous cherchez des biens immobiliers aujourd’hui, vous en trouverez beaucoup, mais les bons prix sont rares. »

Antonis Markopoulos, co-fondateur de Prosperty
Antonis Markopoulos, co-fondateur de Prosperty

« Il y a un énorme problème d’offre sur le marché locatif, la demande est cinq fois supérieure à l’offre. De nombreux biens rénovés sont commercialisés pour des locations de courte durée ou via des réseaux fermés, sans jamais atteindre le marché général. Beaucoup sont en difficulté. »

Barcelone a récemment pris des mesures contre les locations à court terme et Athènes va faire encore plus, déclare le maire Harris Doukas.

« Chaque visiteur rapporte 0,40 € à la ville, et nous n’avons pas encore vu cet argent », a déclaré Doukas à L’Observatoire de l’Europe. « Nous avons besoin d’un tourisme durable qui n’aggrave pas les inégalités dans la ville. »

Touristes à l'Acropole
Touristes à l’Acropole

Doukas a annoncé une étude sur la capacité touristique pour définir les limites de la ville et recueillir des données sur les locations à court terme et les hôtels.

L’une des mesures proposées consiste à réaffecter la « redevance de résilience » quotidienne de 10 € des hôtels cinq étoiles à la municipalité pour le développement des infrastructures.

«Aucun de ces frais ne sera versé à la municipalité aujourd’hui», a déclaré Doukas.

REGARDEZ le rapport complet dans le lecteur ci-dessus.

Laisser un commentaire

5 × un =