Arrêtez de combattre les guerres culturelles, met en garde les conservateurs Penny Mordaunt

Martin Goujon

Arrêtez de combattre les guerres culturelles, met en garde les conservateurs Penny Mordaunt

Le chef des Communes demande instamment de se concentrer sur la réduction des impôts plutôt que sur les combats d’identité.

LONDRES – Les conservateurs britanniques en difficulté devraient passer moins de temps à combattre les guerres culturelles, a déclaré l’ancien – et peut-être futur – candidat à la direction des conservateurs, Penny Mordaunt.

Mordaunt – qui est devenue l’une des figures les plus visibles des conservateurs depuis qu’elle a joué un rôle clé dans le couronnement du roi Charles III – a lancé l’avertissement à ses collègues dans un discours de groupe de réflexion en l’honneur de feu le Premier ministre britannique Margaret Thatcher.

La chef de la Chambre des communes a déclaré aux participants à l’événement du Center for Policy Studies de lundi qu’elle avait averti l’actuel Premier ministre Rishi Sunak: «Votre équipe est la nation, et nous devons recadrer notre histoire en ces termes – et c’est pourquoi les guerres culturelles et tous les cela n’aide pas, car nous sommes là pour tout le monde.

Mordaunt a déclaré qu’elle était « sans vergogne » quant à la nécessité pour les conservateurs de « parler de construire plus et de taxer moins – et de ne pas parler de guerres culturelles, car cela ne fait pas avancer le pays ».

Tout le monde chez les conservateurs n’est pas d’accord avec la position de Mordaunt. La secrétaire aux affaires et au commerce, Kemi Badenoch, s’est opposée à la «politique identitaire», tandis que la secrétaire à l’intérieur, Suella Braverman, a pris pour cible «les wokerati lisant des gardiens et mangeant du tofu».

Badenoch et Mordaunt sont probablement des prétendants à toute course à la direction des conservateurs après les prochaines élections, que les conservateurs sont actuellement sur le point de perdre face au parti travailliste de l’opposition. Selon le sondage de L’Observatoire de l’Europe sur l’agrégateur de sondages, le parti travailliste a actuellement une avance moyenne de 16 points sur le parti au pouvoir.

Mais Mordaunt a affirmé que l’électorat n’avait pas encore « scellé l’accord » avec le parti travailliste, dirigé par le chef Keir Starmer.

« Je pense qu’il y a tout pour jouer et je pense que ce cinquième mandat historique est à notre portée », a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire

16 − 7 =