Après Vilnius, l'OTAN devrait donner à l'Ukraine tout ce qu'elle veut, y compris des F35

Jean Delaunay

Après Vilnius, l’OTAN devrait donner à l’Ukraine tout ce qu’elle veut, y compris des F35

Si l’Occident veut sérieusement honorer les mérites de l’Ukraine pour la sécurité européenne face à l’agression russe, Kiev doit recevoir une aide à la sécurité complète à l’avenir, écrit Oliver Rolofs.

Lorsque j’ai demandé à l’ancien président estonien Toomas Hendrik Ilves sur scène à la conférence de Munich sur la cybersécurité l’année dernière quelles leçons l’Allemagne pourrait tirer de la guerre de la Russie contre l’Ukraine pour éviter de futures erreurs, sa réponse a été claire : la prochaine fois, mieux vaut écouter les Européens de l’Est.

Mais cette fois, lors du récent sommet de l’OTAN à Vilnius, valait-il mieux écouter une fois de plus l’Allemagne et les États-Unis ?

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président américain Joe Biden ont rejeté l’ambitieux objectif de l’Ukraine d’après-guerre de devenir le 33e membre de l’alliance, du moins pour le moment.

Ce qui ressemble à une décision pragmatique et désamorçante pour certains est une décision négligente pour ceux qui veulent une dissuasion maximale contre Moscou tout en honorant les mérites de l’Ukraine pour la sécurité européenne.

C’est une décision qui peut donner au Russe Vladimir Poutine de fausses incitations à poursuivre la guerre, à empêcher les ambitions de l’OTAN de Kiev et même à définir un nouvel objectif de guerre, comme on peut le voir maintenant avec le refus de Moscou de prolonger l’accord sur les céréales – ou en pratique, le Kremlin déclaration de facto de guerre de la faim contre le monde.

La volonté de doter l’Ukraine d’armes se poursuit

Peut-être, cependant, les mesures et le soutien convenus à Vilnius s’avéreront-ils la voie médiane la plus sage en termes de politique de sécurité, même si une invitation à postuler à l’adhésion n’implique pas encore une décision d’approbation.

Néanmoins, il ouvre de nouvelles marges de manœuvre dans les deux sens. D’une part, nous avons la possibilité d’une diplomatie dans laquelle la Russie refuse encore actuellement de s’engager, mais d’autre part également la possibilité de tracer de nouvelles lignes rouges pour Moscou.

Pendant ce temps, l’Occident sera désormais jugé sur sa volonté de fournir à l’Ukraine des armes, des ressources financières et un savoir-faire pour parvenir à une décision rapide.

AP Photo/Yves Hermann
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy rencontre le chancelier allemand Olaf Scholz lors du sommet de l’OTAN à Vilnius, juillet 2023

Entre autres choses, il y a le Conseil OTAN-Ukraine récemment convenu, un programme pluriannuel visant à rendre les forces armées ukrainiennes interopérables à l’avenir avec les troupes de l’OTAN, ainsi qu’un soutien sécuritaire garanti des pays du G7 ou, sous une forme affaiblie, la garantie de sécurité pour l’Ukraine basée sur le modèle israélien.

La garantie américaine à Israël, qui est maintenant en place depuis cinq décennies, s’est avérée être un levier puissant pour l’État israélien pour défendre sa souveraineté dans un voisinage troublé.

Avantage militaire qualitatif pour l’Ukraine ?

Si l’Occident est sérieux, l’Ukraine doit recevoir une aide de sécurité globale à l’avenir.

Et si les pays du G7 soutiennent Kiev dans la même mesure que Washington l’a fait avec Israël depuis les années 1970, l’Ukraine ne pourrait que bénéficier d’une aide financière, militaire, technologique et de politique étrangère massive.

Mais cela doit se faire sans tarder afin de provoquer un revirement à court terme pour l’Ukraine sur le champ de bataille, qui est aussi un combat pour la liberté de l’Europe.

La formule est claire : plus l’Ukraine conquiert de territoire avant l’hiver, et plus elle peut protéger efficacement son territoire reconquis contre de nouvelles attaques, meilleure sera généralement la position de négociation de Kiev.

Et l’aide militaire à l’Ukraine ne doit pas seulement être quantitative.

L’Occident pourrait construire l’une des armées les plus modernes et les plus puissantes du monde en Ukraine pour empêcher la Russie – déjà un agresseur – de menacer davantage la sécurité de l’Europe à l’avenir.

Photo AP/Gregor Fischer
Un soldat ukrainien se tient devant un véhicule de combat d’infanterie Marder dans la zone d’entraînement des forces allemandes de la Bundeswehr à Munster, février 2023

C’est aussi ce que le modèle israélien enseigne. L’Ukraine, comme Israël, mérite les armes les plus modernes et les plus puissantes, y compris le F-35 de fabrication américaine, l’avion de chasse le plus avancé au monde.

Il s’agit également d’acquérir un avantage technologique militaire pour se défendre et dissuader efficacement les agresseurs dans le voisinage.

Cette composante de la fraternité américano-israélienne en matière d’armement, appelée « Qualitative Military Edge », ou QME, devrait donc également s’appliquer à l’Ukraine.

La doctrine stipule qu’Israël devrait toujours avoir un avantage militaro-technique sur les autres pays du Moyen-Orient, également en termes de qualité.

Puisque des systèmes d’armes chinois et iraniens sont également utilisés par la Russie contre l’Ukraine, ce serait un argument supplémentaire pour que l’Occident soit sur ses gardes, tant sur le plan sécuritaire que géostratégique.

De cette façon, l’Occident pourrait construire l’une des armées les plus modernes et les plus puissantes du monde en Ukraine pour empêcher la Russie – déjà un agresseur – de menacer davantage la sécurité de l’Europe à l’avenir.

L’Allemagne de l’Ouest comme modèle d’adhésion à l’OTAN

Il ne fait aucun doute que cela devrait être complété par l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, qui d’ici là – et peut-être déjà lors du prochain sommet anniversaire à Washington – sera, espérons-le, considérablement renforcée.

Jusque-là, les stratèges de la sécurité dans les capitales des États membres de l’UE et de l’OTAN devraient travailler sur des options viables qui offrent à l’Ukraine une perspective réaliste d’intégration beaucoup plus étroite dans les structures de sécurité euro-atlantiques.

Un modèle d’adhésion possible pourrait être l’exemple de l’Allemagne alors divisée au début de la guerre froide : l’Allemagne de l’Ouest a rejoint l’OTAN en 1955, avec seulement cette partie du pays sous la protection de l’alliance, qui était également contrôlée par le gouvernement fédéral librement élu.

Mindaugas Kulbis/Copyright 2023 L'AP.  Tous les droits sont réservés.
Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, prend la parole lors d’une conférence de presse lors d’un sommet de l’OTAN à Vilnius, juillet 2023

Pour la zone occupée par les Soviétiques, la perspective restait qu’elle pourrait un jour rejoindre si l’équilibre des forces y changeait.

Dans le même temps, impliquer l’OTAN dans une lutte pour libérer ces parties du pays était hors de question.

Ainsi a commencé le stationnement d’environ 1 million de soldats de divers États membres de l’OTAN le long du rideau de fer dans la partie occidentale de l’Allemagne comme mesure de protection militaire jusqu’à la fin de la guerre froide.

Appliquées à l’Ukraine, les parties libres du pays contrôlées par Kiev pourraient être admises à l’OTAN, y compris le stationnement de puissantes unités de l’OTAN dans la zone frontalière avec l’Ukraine.

Ce faisant, l’OTAN n’entrerait pas en guerre contre la Russie tout en excluant la défense des territoires occupés par la Russie, qui ne peut rejoindre l’alliance que dans la mesure où l’Ukraine peut les libérer.

N’oublions pas non plus la candidature de Kiev à l’UE

Un autre signal important serait de lancer maintenant le processus de négociation pour l’adhésion à l’UE, qui n’a pas encore commencé, et que l’Ukraine a demandé en avril 2022 dans le cadre d’une procédure d’adhésion accélérée.

Ouvrir immédiatement le plus crucial des 35 chapitres de négociation serait un geste majeur de Bruxelles.

AP Photo/Olivier Matthys
Des manifestants brandissent des pancartes et des drapeaux de l’UE et de l’Ukraine lors d’une manifestation de soutien à l’Ukraine en dehors d’un sommet de l’UE à Bruxelles, juin 2022

Outre le 23e chapitre sur la réforme judiciaire et les droits fondamentaux et le 24e chapitre sur la justice, la liberté et la sécurité — qui peut être ouvert en premier et clos en dernier — le 31e chapitre de négociation sur la politique étrangère, de sécurité et de défense devrait également être avancé afin pour parvenir à une intégration sécuritaire rapide avec l’Occident dans cette zone.

Dans ce contexte, à l’avenir, les représentants du gouvernement ukrainien devraient pouvoir participer régulièrement aux réunions conjointes des ministres des affaires étrangères et de la défense de l’UE, ainsi qu’au niveau des ambassadeurs.

Ce serait également un signal clair de la force européenne vis-à-vis de Moscou et un élément important pour la réorganisation de la sécurité européenne vers le Kremlin – ainsi que pour la réorganisation de l’architecture de sécurité européenne en général.

Laisser un commentaire

4 × 2 =