Après les émeutes, Macron doit réparer une France brisée

Martin Goujon

Après les émeutes, Macron doit réparer une France brisée

Résoudre le fossé grandissant entre les jeunes défavorisés et les institutions françaises ne sera pas une tâche facile pour le président.

PARIS – La France reprend lentement son souffle après des jours de troubles urbains à grande échelle, mais un plus grand défi se profile pour le président Emmanuel Macron : comment s’attaquer aux problèmes fondamentaux que les émeutes ont révélés.

Macron a parcouru une ligne mince entre faire preuve d’empathie et envoyer un message de ténacité après qu’un policier a tiré et tué l’adolescente Nahel M. la semaine dernière, entraînant des jours d’émeutes. Il a inondé les rues de policiers dans le but de contenir la violence.

Ce week-end, il y a eu moins d’arrestations que les nuits précédentes et les troubles semblent s’estomper, du moins temporairement.

Mais la série d’incidents a attisé les flammes autour de la brutalité policière et du traitement des minorités raciales dans un rejet plus large et violent des institutions françaises.

Dans la nuit de samedi, des assaillants ont enfoncé une voiture dans la maison du maire de L’Haÿ-les-Roses, une banlieue sud de Paris, blessant la femme du fonctionnaire alors qu’elle tentait de fuir avec ses jeunes enfants.

Ailleurs en France, les violences déclenchées par la mort de l’adolescent ont visé de nombreux symboles de la République française : écoles, commissariats, bibliothèques et autres bâtiments publics.

« Un mouvement sans précédent a frappé des territoires qui n’étaient pas touchés auparavant (par la violence). Des bâtiments publics ont été endommagés, ce qui n’était pas le cas lors de la dernière vague de manifestations en 2005 », a déclaré un responsable du gouvernement français, qui a obtenu l’anonymat pour discuter plus ouvertement de questions sensibles, faisant référence à une flambée de violence. qui a secoué la France banlieues pendant des semaines en 2005.

Au cours des derniers jours, Macron a cherché à trouver un équilibre délicat entre compassion et détermination. Il a décrit la fusillade de Nahel M., 17 ans, alors qu’il fuyait la police la semaine dernière, comme « inexcusable » et « inexplicable ». Mais Macron a qualifié les émeutes de « manipulation inacceptable de la mort d’un adolescent ».

Mardi, il devrait rencontrer les maires de plus de 200 villes touchées par la violence. L’objectif de la réunion est de recueillir des témoignages de première main des responsables locaux, de travailler sur des solutions et de relayer que le gouvernement soutient les responsables locaux.

« Le président veut écouter », a déclaré le responsable français.

Après avoir écourté sa visite à un sommet européen la semaine dernière, Macron a tenté de montrer qu’il était à la tête du pays, convoquant régulièrement des réunions de cabinet de crise et donnant des ordres à son Premier ministre et à ses ministres. Samedi, il a annulé une visite d’Etat prévue de longue date en Allemagne.

En permanence en mode crise

La liste des réunions à l’Elysée est un spectacle familier et un signe que le gouvernement est en mode crise – une fois de plus.

Le président français vient à peine de sortir d’une crise politique profonde sur la réforme des retraites ce printemps et son gouvernement est maintenant confronté à plus de troubles. Le premier mandat de Macron a été tout aussi mouvementé, car il a dû faire face aux manifestations des Yellow Jackets, à la pandémie de COVID-19 et à la menace omniprésente du terrorisme en France.

Macron a accumulé « des situations de crise difficiles et douloureuses » qui ont « perplexe » le monde extérieur, a déclaré Bruno Cautrès, chercheur en sciences politiques à l’institut Sciences Po.

« C’est comme si la France était une cocotte-minute, (chaque crise) révèle des tensions, un conflit de société, des tensions sur le respect dû à nos institutions… Notre pays invoque sans cesse les valeurs républicaines, mais il semble que des pans entiers de la population ne le fassent pas. sentent que cela compte pour eux », a-t-il déclaré.

L’effusion de choc et de colère à la suite de la mort de Nahel M., d’origine nord-africaine, a également contraint de nombreuses personnes en France à s’interroger sur les questions de discrimination, d’intégration et de criminalité dans les banlieues à forte densité d’immigrants autour des villes françaises. .

La pression publique pour examiner de plus près les pratiques policières françaises et les allégations de racisme dans les forces de sécurité au-delà du réexamen des règles d’engagement s’intensifie. En 2017, par exemple, les policiers ont obtenu le droit de tirer dans plusieurs scénarios hypothétiques, y compris lorsqu’un conducteur refuse de s’arrêter et est considéré comme un risque pour la vie.

Au-delà des discriminations présumées de la part de la police, réparer le fossé grandissant entre les jeunes défavorisés des banlieues et les institutions françaises nécessitera probablement plus d’argent pour politiques visant à s’attaquer aux causes profondes et à réduire les inégalités sociales dans des domaines tels que l’éducation et le logement social.

Mais aborder les problèmes dans le banlieues est difficile à un moment où le gouvernement tente de réduire les dépenses. Après avoir résisté aux appels à reculer face aux manifestations pacifiques contre ses réformes phares des retraites, Macron cherchant le chéquier peu de temps après les manifestations de ces derniers jours pourrait être considéré comme une récompense des émeutiers.

La nécessité de réconcilier le pays et d’incarner la loi et l’ordre à un moment où ses marges de manœuvre sont limitées après avoir perdu une majorité parlementaire l’an dernier n’est pas une mince tâche pour Macron.

Il devra garder un œil attentif sur les partis d’opposition alors que la criminalité, l’identité et l’immigration – de longues questions sur lesquelles l’extrême droite a fait campagne – occupent le devant de la scène. Si la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen s’est abstenue d’alimenter une réaction contre les émeutiers, s’en tenant à sa stratégie d’embrasser la politique dominante, son fidèle lieutenant Jordan Bardella a mené la charge contre les « criminels » qui doivent « tout à la République ».

Les troubles récents ont révélé des « fragilités » qui pourraient « encourager un discours populiste », a admis le même responsable gouvernemental.

« (Notre) réponse politique doit être une réponse raisonnable, qui tienne compte de la réalité et du quotidien des Français », a-t-il ajouté. C’est plus facile à dire qu’à faire.

Laisser un commentaire

trois × 1 =