Album anniversaries: Three records to celebrate in June 2024

Jean Delaunay

Anniversaires d’albums : Trois disques à célébrer en juin 2024

De la pop coquette aux remix électro en passant par les déclarations brutes, trois artistes britanniques abordent l’amour dans toutes ses permutations – sensuelles, déchirantes et mélancoliques. Voici notre sélection des trois albums célébrant un anniversaire majeur ce mois-ci.

Chaque mois de 2024, L’Observatoire de l’Europe Culture fait un voyage dans le passé et sélectionne un trio d’albums célébrant une étape majeure.

Ce sont les trois disques que vous devriez choisir de (re)découvrir alors qu’ils fêteront respectivement leurs 10, 20 et 30 ans en juin prochain.

Avoir 10 ans en 2024 : animaux de verre – ZABA

(Date de sortie : 9 juin 2014)

Animaux en verre - ZABA
Animaux en verre – ZABA

Le groupe de rock indépendant britannique Glass Animals a une année chargée devant lui. Avant de sortir leur quatrième album studio, intitulé « I Love You So F***king Much » (merci les gars, je ne savais pas que vous vous en souciiez), en juillet, leur premier LP « ZABA » fêtera ses 10 ans ce mois-ci.

Dirigé par l’auteur-compositeur, chanteur et guitariste Dave Bayley, ce quatuor a explosé sur la scène en 2014 avec le single « Gooey », qui a été largement diffusé et a fini par propulser l’album au statut de platine certifié aux États-Unis. Ils ont continué à faire le tour en jouant les premières parties de Metronomy et St. Vincent, montrant qu’ils avaient les atouts pour commander une scène avec leur pop spatiale et sensuelle.

Pour beaucoup, ils sont surtout connus pour leur single à succès « Heat Waves » de leur troisième album « Dreamland », qui est devenu viral sur TikTok. Et même si aucune ombre ne doit être jetée ici, leur premier album reste le plus dynamique et le plus cohérent de leur discographie à ce jour.

Il y a un vertige psychédélique qui décèle chacun des morceaux de « ZABA », une sensation qui s’accentue à l’écoute de l’album dans son ensemble. Les timbres de la jungle ; les percussions tropicales ; l’utilisation judicieuse de lignes de basse hip-hop et de funk décalé qui complètent des mélodies envoûtantes… Tout cela sonne comme un vrai bordel, mais finit par être très spécial. Le concept global – si vous pouvez l’appeler ainsi – vient du livre préféré de Bayley lorsqu’il était enfant, « La jungle Zabajaba » de William Steig, qui suit un jeune garçon alors qu’il traverse une jungle onirique dans laquelle il rencontre d’étranges créatures.

C’est une excellente lecture, si vous n’en avez pas eu le plaisir.

De cette ambiance unificatrice, avec des couches supplémentaires de sex-appeal, viennent des morceaux comme « Black Mambo » et sa douceur R’n’B ; la sensualité débordante de « Gooey » ; le shimmy électro tropical de « Pools » – le tout accompagné de la voix haletante et chuchotée de Bayley. C’est le genre de disque doux et sombre et ludique qui en fait une écoute parfaite lors d’une chaude soirée d’été où la raison se fond progressivement dans le désir.

C’est un étourdissement sensuel qui a duré 10 ans.

Il fêtera également ses 10 ans en juin : le premier album (et éponyme) du groupe de hip-hop expérimental Clipping. Le troisième LP de First Aid Kit, « Stay Gold », un ensemble sophistiqué de chansons du groupe indie folk suédois.

Avoir 20 ans en 2024 : PJ Harvey – Uh Huh Her

(Date de sortie : 8 juin 2004)

PJ Harvey - Uh Huh Elle
PJ Harvey – Uh Huh Elle

PJ Harvey est l’une des plus grandes de tous les temps, une interprète qui n’a pas peur de se réinventer à chaque nouvel album. Chansons d’amour en lambeaux ; expérimentation avec l’électronique; airs folkloriques; pop de chambre; des récits de voyage dans un journal examinant les conséquences d’un conflit… On ne s’ennuie jamais avec Polly.

Son album de 2004 qui fête ses 20 ans ce mois-ci n’est généralement pas très bien classé par rapport à « Rid of Me », « To Bring You My Love », « Is This Desire? » ou « Histoires de la ville, histoires de la mer ». Pourtant, « Uh Huh Her » fait partie de ces joyaux cachés d’une discographie caméléon qui se bonifie avec l’âge.

Juste après son meilleur album (« Stories… »), « Uh Huh Her » allait toujours avoir du mal. Moins commercial que son prédécesseur, son sixième LP semble plus brut, comme un retour à l’époque DIY des deux premiers albums de Polly. Rien d’étonnant puisque ce disque marquait la première fois qu’elle produisait seule un projet.

Les guitares sont comme des griffes partout, et des chansons comme « Who The Fuck ? », « The Letter » et « Cat on the Wall » ont une sensation plus terre-à-terre, ce qui rend l’album moins raffiné. Mais c’est intentionnel. C’est un disque plus brut et plus épuré, mais qui ne lésine pas sur les moments d’une véritable beauté, comme les incantations feutrées de « The Slow Drug » ou le magnifique « No Child of Mine ».

Quant à la finale de l’album – « The Desperate Kingdom of Love », suivi d’un enregistrement d’une minute de sons de mouettes dans le titre approprié « Seagulls » et le superbe plus proche « The Darker Days of Me & Him » ​​- il révèle « Uh Huh Her ». ‘ pour être le revers des ‘Histoires…’ lorsqu’il s’agit d’aborder l’amour. « Stories… » parlait de l’euphorie d’un nouvel amour ; « Uh Huh Her » est le comedown, cet épisode où tout ne semble pas si rose et où une rupture semble possible. Elle a préfiguré cette prise de conscience avec le deuxième morceau « Shame », dans lequel elle chante : « Shame is the shadow of love ». Donc tout le monde était prévenu.

Après avoir côtoyé le courant dominant, ce coup de maître sous-estimé se délecte de sa rugosité chaleureuse, une autre sortie stellaire d’un véritable innovateur. Choisissez de réévaluer.

Ils fêteront également leurs 20 ans en juin : le premier album de The Killer, le merveilleux (bien que surjoué) « Hot Fuss » ; le premier album négligé de Hope of the States – « The Lost Riots » ; La Saint-Valentin des Beastie Boys après le 11 septembre à New York « To The 5 Boroughs » ; et « Tyrannosaurus Hives » de The Hives, qui, même s’il n’est pas aussi fort que ses prédécesseurs, reste très amusant.

Avoir 30 ans en 2024 : Tout sauf la fille – Amplified Heart

(Date de sortie : 13 juin 1994)

Tout sauf la fille - Coeur amplifié
Tout sauf la fille – Coeur amplifié

Le duo britannique Everything But The Girl, composé de la chanteuse et compositrice Tracey Thirn et du guitariste et claviériste Ben Watt, a touché à différents styles musicaux : jazz, pop, bossa nova… Ils ont connu un succès modéré dans les années 80 mais au moment où « The Language of Life » et « Worldwide » sont sortis au début des années 90, personne n’y prêtait vraiment attention.

Ils ne savaient pas que le succès grand public était imminent avec la sortie de leur septième album studio « Amplified Heart » en 1994.

L’album embrassait un son folk rock et percussif, et cela leur a valu beaucoup de diffusion et de reconnaissance, notamment grâce au remix dance de Todd Terry de la chanson « Missing » – l’un de leurs plus grands morceaux. L’original au tempo le plus lent est un briseur de cœur, une chanson d’amour contagieuse sur quelqu’un qui disparaît sans laisser de trace et sur ceux qui restent face aux retombées émotionnelles. Le remix ajoute une note étrangement poignante, car les rythmes du club s’adaptent parfaitement à la voix triste de Thorne, donnant au morceau à succès un côté doux-amer.

Le remix marquerait un changement de rythme pour le duo, qui a également écrit les paroles et la musique de deux morceaux du deuxième album de Massive Attack – « Protection » et « Better Things » – également en 1994. Ils ont adopté un son plus électronique qui pouvait être entendu. sur les albums suivants, « Walking Wounded » et « Temperamental ».

Au-delà de « Missing », « Amplified Heart » explore différentes facettes de l’amour turbulent – ​​avec des moments forts comme le trio d’ouverture « Rollercoaster », « Troubled Mind » et « I Don’t Understand Anything ». La seconde moitié de l’album est rachetée par « Missing » mais devient parfois un peu écoeurante. Pourtant, les mélodies de l’album sont sobres et instantanément accrocheuses, au point qu’elles donnent l’impression d’être avec vous depuis toujours.

Everything But The Girl est revenu l’année dernière après une interruption prolongée de 24 ans avec l’excellent « Fuse », et j’espère qu’ils n’attendront pas trop longtemps pour en sortir davantage. En attendant, vous feriez bien de revisiter « Amplified Heart » à l’occasion de son 30e anniversaire.

Cliquez ici pour les entrées précédentes des anniversaires d’albums.

Bonne écoute et au mois prochain.

Laisser un commentaire

treize − 5 =