Bastien

Alerte ! Les marchés internationaux s’effondrent : quel impact sur votre portefeuille ?

Les marchés mondiaux des actions et des obligations ont reculé mercredi, les investisseurs réduisant leurs attentes de baisses rapides des taux d’intérêt en zone euro, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Ce repli mondial fait suite au signal donné par la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, que les coûts d’emprunt baisseraient plutôt en été qu’au printemps. Il a également suivi la première augmentation de l’inflation au Royaume-Uni depuis 10 mois.

Lagarde a déclaré que les attentes du marché concernant une baisse des taux de la BCE ce printemps ne « contribuaient pas » à la lutte contre l’inflation.

Le Stoxx Europe 600 a clôturé 1,2 % plus bas, sa pire journée depuis fin octobre. Le FTSE 100 de Londres a terminé en baisse de 1,5 %, sa séance la plus faible depuis mi-août.

Les pertes se sont également répercutées sur les États-Unis alors que de solides données de ventes au détail ont jeté un doute supplémentaire sur la perspective de baisses de taux précoces par la Réserve fédérale. Les données ont montré que les dépenses en décembre ont augmenté au rythme le plus rapide depuis septembre.

Le S&P 500 et le Nasdaq Composite ont tous deux chuté de 0,6 % à New York, leur pire journée en deux semaines.

Les marchés obligataires ont également été touchés par une vente massive, les rendements des obligations britanniques à deux ans, sensibles aux taux d’intérêt, augmentant de 0,22 point de pourcentage à 4,35 %. Le rendement des obligations à deux ans aux États-Unis a augmenté de 0,13 point de pourcentage à 4,35 %.

En Grande-Bretagne, la hausse inattendue de l’inflation à 4 % a incité les traders à réduire leurs paris sur des baisses de taux de la Banque d’Angleterre.

L’indice de référence paneuropéen Stoxx 600 a clôturé 1,2 % plus bas, dans sa pire séance depuis fin octobre. Le FTSE 100 de Londres a chuté de 1,5 %, marquant sa plus mauvaise performance depuis mi-août.

« Cela semble maintenant que les espoirs de baisses de taux précoces de la part des banques centrales mondiales étaient un peu optimistes », a déclaré Charles Hepworth, directeur des investissements chez GAM Investments.

Dans l’attente de la prochaine réunion de la BCE le 25 janvier, Lagarde a déclaré qu’elle était de plus en plus confiante que l’inflation dans la zone euro chuterait durablement à l’objectif de 2 % de la banque centrale à moyen terme. La croissance annuelle des prix dans le bloc est passée d’un pic de 10,6 % en octobre 2022 à 2,9 % le mois dernier.

Laisser un commentaire

8 − 6 =