Sunday saw the second major anti-right march in Brussels since the EU elections, June 16, 2024

Jean Delaunay

4.500 personnes défilent à Bruxelles pour protester contre l’idéologie de droite

Il s’agit de la deuxième grande manifestation dans la capitale belge pour dénoncer l’extrême droite depuis les élections européennes du 9 juin qui ont vu les partis de droite, d’extrême droite et populistes remporter de grandes victoires aux urnes.

Plus de 4.000 personnes ont défilé à Bruxelles pour protester contre la droite politique et le racisme.

Organisée par la Coordination antifasciste de Belgique (CAB), la marche a rassemblé une vingtaine de mouvements et organisations sociaux.

Il s’agit de la deuxième grande marche dans la capitale belge pour dénoncer l’extrême droite depuis les élections européennes du 9 juin qui ont vu les partis de droite et d’extrême droite remporter une large victoire.

« Cette marche est importante aujourd’hui pour montrer un message d’espoir face aux messages de désespoir que l’extrême droite veut nous apporter », a déclaré Sixtine Van Outryve, membre du CAB.

« Il est important de montrer que nous sommes solidaires avec chacun, quelle que soit sa nationalité, quoi qu’il gagne, quoi qu’il fasse. Nous sommes unis et nous voulons une société qui ne nous divise pas. Une société qui n’exclut pas, un une société qui n’est ni raciste ni sexiste. »

« Beaucoup d’entre nous ont été choqués par les résultats des élections, qui montrent des percées de l’extrême droite au niveau européen », a déclaré Van Outryve, exprimant son inquiétude face à ce qu’elle a qualifié de tendance « alarmante » vers la normalisation du discours d’extrême droite.

Des manifestants anti-droite défilent dans le centre-ville de Bruxelles, le 16 juin 2024
Des manifestants anti-droite défilent dans le centre-ville de Bruxelles, le 16 juin 2024

Les partis de droite et d’extrême droite ont obtenu de gros résultats aux élections européennes, le résultat le plus spectaculaire étant obtenu en France. Le Rassemblement national de Marine le Pen est arrivé en tête des sondages avec plus de 31 % des voix, ce qui a incité le président Emmanuel Macron à dissoudre l’Assemblée nationale et à convoquer des élections anticipées.

En Italie, les Frères d’Italie de droite de Giorgia Meloni ont récolté le plus de voix (28,7 %) tandis qu’en Allemagne, l’Alternative für Deutschland (AfD) d’extrême droite s’est hissée à la deuxième place, devançant les sociaux-démocrates du chancelier Olaf Scholz à la troisième place.

Des victoires ont également été remportées par des partis de droite et populistes en Autriche, en Hongrie et en Bulgarie.

Les manifestants à Bruxelles ont tenu à montrer que la montée de l’extrême droite n’était pas « inévitable » et qu’il était important d’y faire face en construisant des alternatives sociales et démocratiques.

« Nous allons leur montrer que les jeunes ne sont pas entièrement séduits par l’extrême droite et que la majorité d’entre nous continue de lutter contre leurs idées », a déclaré Henri, un manifestant de 17 ans.

Laisser un commentaire

19 + sept =