Palestinians line up for a free meal in Rafah, Gaza Strip, Friday, Feb. 16, 2024.

Jean Delaunay

17 Palestiniens morts dans une frappe aérienne israélienne à Khan Younis

Toutes les dernières nouvelles sur la guerre Israël-Hamas.

Une frappe aérienne israélienne a tué mardi au moins 17 personnes dans la ville de Khan Younis, dans le sud de Gaza, ont annoncé des responsables palestiniens, alors que les négociations sur un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas se sont terminées sans aucune avancée.

Les premiers intervenants de la Défense civile ont diffusé des images de sauveteurs tirant des morts et des blessés des décombres d’une maison, dont un enfant avec du sang sur le visage qui ne bougeait pas. L’hôpital européen voisin a indiqué mardi avoir reçu 17 corps dans la nuit.

L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué qu’elle menait des raids ciblés sur les infrastructures des militants à Khan Younis tout en tentant d’évacuer les civils de la zone.

Les derniers décès ont porté le bilan palestinien total de la guerre de près de cinq mois à 30 631, selon le ministère de la Santé de Gaza. Il ne fait pas de différence entre les civils et les combattants dans ses chiffres, mais affirme que les femmes et les enfants représentent environ les deux tiers du total des victimes. Plus de 72 000 personnes ont été blessées.

Les États-Unis et la Jordanie larguent des fournitures humanitaires par voie aérienne

Les États-Unis et la Jordanie ont effectué un autre largage humanitaire au-dessus du nord de la bande de Gaza, largement isolé par les forces israéliennes depuis des mois.

Le commandement central américain a déclaré que des avions C-130 de l’armée de l’air ont largué mardi 36 800 repas au-dessus du nord de Gaza, le deuxième largage américain depuis samedi.

Les groupes humanitaires affirment qu’ils ne peuvent plus distribuer d’aide alimentaire dans le nord de Gaza en raison de l’effondrement de l’ordre public.

Les groupes humanitaires affirment que les largages aériens sont une mesure coûteuse et de dernier recours qui ne peut pas remplacer les livraisons terrestres. Ils ont appelé à un cessez-le-feu humanitaire et à ce qu’Israël ouvre les points de passage vers le nord de Gaza.

On estime que jusqu’à 300 000 Palestiniens sont restés dans le nord de Gaza, première cible de l’offensive israélienne après l’attaque du Hamas du 7 octobre, malgré les ordres d’évacuation israéliens répétés. Beaucoup survivent désormais en mangeant du fourrage pour animaux et en cherchant de la nourriture dans les bâtiments démolis. L’ONU affirme qu’un quart des 2,3 millions d’habitants de Gaza meurent de faim.

L’armée israélienne affirme qu’elle n’impose aucune limite au montant de l’aide humanitaire entrant à Gaza. Mais les groupes humanitaires affirment que la distribution est gravement entravée par les hostilités en cours, la difficulté de coordination avec l’armée israélienne et l’effondrement des forces de sécurité après que les frappes aériennes israéliennes ont chassé les forces de police dirigées par le Hamas des rues.

L’UNICEF affirme qu’au moins 10 enfants sont morts dans le nord de Gaza à cause de la malnutrition et de la déshydratation

Au moins 10 enfants seraient morts dans le nord isolé de Gaza à cause de la déshydratation et de la malnutrition, a indiqué l’UNICEF.

Adele Khodr, directrice régionale de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a déclaré lundi dans un communiqué qu’« il y a probablement davantage d’enfants qui se battent pour leur vie quelque part dans l’un des rares hôpitaux restants de Gaza, et probablement encore plus d’enfants dans le nord incapables de le faire ». obtenir des soins. »

Elle a ajouté que « ces morts tragiques et horribles sont causées par l’homme, prévisibles et entièrement évitables ».

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré dimanche que 15 enfants étaient morts de faim à l’hôpital Kamal Adwan, dans le nord de Gaza, et que six autres, dans l’unité de soins intensifs, risquaient de mourir de malnutrition et de déshydratation. Il n’était pas clair si les enfants souffraient de problèmes de santé sous-jacents qui augmentaient leur vulnérabilité.

Dans l’ensemble de Gaza, plus de 576 000 personnes – un quart de la population – sont à deux doigts de la famine, selon l’ONU. Le nord de Gaza a été particulièrement durement touché. On estime que plusieurs centaines de milliers de Palestiniens y sont restés, et nombre d’entre eux ont été réduits à manger du fourrage animal pour survivre. Selon l’ONU, un enfant de moins de deux ans sur six souffre de malnutrition aiguë dans le nord du pays.

Laisser un commentaire

deux + 15 =