Walter Baier: Established parties have allowed far right to flourish

Jean Delaunay

Walter Baier : Les partis établis ont permis à l’extrême droite de prospérer

Alors que l’UE se prépare à voter aux élections européennes, les grands enjeux pour Walter Baier, le principal candidat de la gauche européenne, sont la crise du coût de la vie, la guerre à Gaza et la montée de l’extrême droite. Il discute de ces préoccupations et d’autres avec Aïda Sánchez Alonso dans The Global Conversation.

Après dix ans à la présidence du Parti communiste autrichien, Walter Baier a été choisi par le groupe de la Gauche européenne pour mener sa contestation lors des élections européennes de juin.

Il a déclaré qu’il avait accepté ce rôle parce qu’il était « engagé en faveur d’une Europe sociale et pacifique ».

Mais l’ombre de la guerre plane sur l’Europe depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Pour faire face à cette agression, de nombreux gouvernements européens augmentent leur production d’armements, non seulement pour soutenir l’Ukraine mais aussi pour renforcer leur propre défense.

Alors pourquoi le groupe de gauche appelle-t-il à moins de militarisation ?

« Les États membres de l’Union européenne ont dépensé 270 milliards d’euros pour l’armement », a déclaré Baier à Global Conversation. « Comparez cela avec les dépenses d’armement de la Russie, par exemple, qui s’élèvent à environ 100 milliards d’euros, et ils sont en guerre. Donc, je veux dire, personne ne peut dire que nous ne sommes pas suffisamment équipés.

« Et nous nous demandons si c’est suffisant ou pas ? Nous avons 15 000 ogives nucléaires dans le monde, ce qui permettrait de détruire la planète 150 fois. Est-ce suffisant, ou n’est-ce pas suffisant ?

Cessez-le-feu en Ukraine et sanctions contre Israël

Baier appelle l’Ukraine et la Russie à entamer des négociations de cessez-le-feu avec la participation de l’UE et des États-Unis. Mais sur la question de savoir si Kiev devrait céder du territoire dans le cadre d’un futur accord avec la Russie, il est moins clair :

« Je dirais que ce n’est pas à moi de donner des conseils ni à la gauche de concevoir l’accord de paix. Nous devons respecter les décisions du peuple ukrainien et du gouvernement ukrainien. »

Une autre guerre qui préoccupe les Européens est le conflit à Gaza. La gauche appelle à des sanctions contre Israël et accuse l’UE de faire deux poids, deux mesures en ne prenant pas le même type de mesures sévères qu’elle a imposées à la Russie :

« En ce qui concerne la nature de ces sanctions, je dirais par exemple qu’il serait pertinent de suspendre l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël », dit Baier.

« Pas pour toujours, mais tant que le gouvernement israélien n’acceptera pas le droit des Palestiniens à Gaza à la sûreté et à la sécurité et tant qu’ils poursuivront cette terrible guerre contre les civils, nous ne pourrons pas faire comme si de rien n’était. »

Inflation et inégalités

La gauche place la montée de l’inflation et les inégalités sociales au centre de sa campagne. Bien qu’il s’agisse de préoccupations largement répandues, les sondages suggèrent que le groupe n’a pas réussi à en tirer parti. Baier affirme que les résultats finaux pourraient suggérer le contraire :

« Tout d’abord, les élections ne sont pas encore terminées. Et nous verrons le résultat. Je pense que la combinaison des questions sociales et écologiques est au premier plan de l’ordre du jour. Et cela vaut la peine de le mentionner dans cette enquête Eurobaromètre, qui vous citez, la migration arrive à la septième place », ajoute-t-il.

« Il y a, pour ainsi dire, une énorme mystification. Les vrais problèmes des Européens sont le logement abordable, la sécurité de l’emploi, l’égalité sociale dans la mise en œuvre du Green Deal. Et nous nous concentrerons sur cela lors de la campagne électorale. Et j’en suis presque sûr. que dans un certain nombre de pays, nous verrons de très bons résultats. »

Montée de l’extrême droite

Cependant, avant le vote, des sondages indiquent que c’est l’extrême droite dans de nombreux pays qui semble prête à obtenir de bons résultats. Baier reproche au centre-droit de laisser fleurir le discours extrémiste :

« (Dans) une large mesure, cela a à voir avec la légitimation de l’agenda de l’extrême droite par les partis établis. Regardez le discours sur la migration. Il est présenté comme une question de sécurité. C’est l’agenda de l’extrême droite. de s’opposer au discours d’extrême droite en disant : « Non, c’est une question d’humains, c’est une question de solidarité et c’est une question d’équité ». Les partis établis intègrent le discours d’extrême droite dans leur propre récit.

« Et la preuve la plus récente en est le pacte migratoire décidé aujourd’hui au Parlement européen et au Conseil européen, qui est en réalité la négation du droit d’asile individuel. Et cela ne fait que légitimer ce que dit l’extrême droite. Et C’est mal. C’est stratégiquement mauvais. C’est moralement mauvais, car cela signifie adopter le discours de l’extrême droite, c’est tout simplement dommage.

Laisser un commentaire

deux × cinq =