Santiago Abascal, leader of the far right VOX party

Milos Schmidt

Vox quitte l’ECR de Meloni et rejoint les « Patriotes pour l’Europe » d’Orbán

L’équilibre des pouvoirs au Parlement européen est à nouveau en train de changer, le parti d’extrême droite espagnol passant du groupe ECR dirigé par le parti de Meloni à une nouvelle alliance potentielle dirigée par le parti Fidesz d’Orbán.

Le parti d’extrême droite espagnol Vox, qui compte actuellement six députés européens, a officiellement annoncé qu’il quittait le groupe des Conservateurs et Réformistes européens (ECR) pour rejoindre une nouvelle formation potentielle dirigée par le parti Fidesz du Premier ministre hongrois Orbán.

L’alliance d’Orbán comprend déjà l’ANO tchèque, le Parti de la liberté autrichien (FPÖ) et le Chega portugais – mais il existe des règles pour devenir un groupe politique au Parlement européen, et les Patriotes pour l’Europe doivent encore remplir un autre critère.

S’ils remplissent le seuil d’au moins 23 députés européens, ils n’émanent pas d’au moins sept États membres – Orbán a encore besoin de deux nationalités supplémentaires pour remplir cette condition afin de constituer son groupe Patriotes.

Cette décision de dernière minute réduit l’écart entre le groupe ECR de Meloni, avec 78 députés – actuellement la troisième force politique – et les Libéraux, avec 76 députés.

Le leader de Vox, Santiago Abascal, a déclaré que la décision était une réponse à « l’opportunité historique » de lutter contre une coalition de forces de centre-droit, socialistes et d’extrême gauche.

Le parti d’extrême droite espagnol a exprimé sa gratitude au groupe ECR et, en particulier, son amitié avec le Premier ministre italien Giorgia Meloni et son parti, Fratelli d’Italia.

«Giorgia Meloni sera toujours une partenaire, une amie et une alliée de Vox», a déclaré le parti dans un communiqué de presse.

Mais ils l’ont abandonnée après que le groupe ECR a tenu sa réunion constitutive ce mercredi, lorsque l’eurodéputé Vox Hermann Tertsch a été élu vice-président du parti.

Le Hongrois Viktor Orbán a également tenté de convaincre le parti polonais Droit et Justice (PiS) de rejoindre son alliance « Patriotes pour l’Europe », mais en vain, a rapporté L’Observatoire de l’Europe mercredi.

Lundi prochain (8 juillet) sera une date cruciale pour l’extrême droite, puisque le groupe ID et l’alliance des patriotes doivent tenir leurs réunions constitutives – et un seul d’entre eux devrait survivre au défi.

Laisser un commentaire

dix-sept − 11 =