Vous voulez déménager en Europe ?  Voici tous les pays où vous pouvez demander un visa nomade numérique

Jean Delaunay

Vous voulez déménager en Europe ? Voici tous les pays où vous pouvez demander un visa nomade numérique

Tous les visas de travail à distance actuellement disponibles en Europe, y compris la durée du séjour, les frais de demande et les conditions de revenu.

Partout en Europe, les pays capitalisent sur le travail à distance en proposant des visas nomades numériques.

Depuis la pandémie, beaucoup d’entre nous jouissent de la liberté de travailler de n’importe où.

Reconnaître le potentiel d’augmenter leur signalement tourisme industries, des pays allant de la Croatie à l’Espagne facilitent l’obtention d’une résidence temporaire tout en travaillant pour une entreprise étrangère.

Non seulement cela aide à combler les lacunes de la basse saison dans les destinations dépendantes du tourisme, mais cela offre aux citoyens non européens la tranquillité d’esprit et la possibilité de travailler légalement à distance.

Visas nomades numériques aider les pays d’accueil à combattre également d’autres problèmes, de la fuite des cerveaux au vieillissement de la population.

Si vous cherchez à déménager en Europe, à travailler à distance et à obtenir le droit de voyager dans l’espace Schengen, un nomade numérique visa pourrait être juste le billet.

Voici une comparaison des travail à distance visas actuellement – ou bientôt – disponibles en Europe, y compris la durée de resterles frais de dossier et les conditions de revenus.

Certains ont été spécifiquement conçus pour les travailleurs à distance tandis que d’autres sont des visas existants qui ont été adaptés aux personnes qui souhaitent travailler tout en voyageant.

Quels sont les visas nomades numériques disponibles en Europe ?

Albanie : pour une nature époustouflante et un faible coût de la vie

Durée du visa : Un an, avec possibilité de renouvellement jusqu’à cinq ans

Frais d’inscription: Basé sur la réciprocité

Exigence de revenus : Estimation 9 800€/an

Les nomades numériques peuvent demander un albanais permis de séjour qui leur permet d’y séjourner et d’y travailler jusqu’à un an. Introduit début 2022, le « Permis Unique » peut être renouvelé jusqu’à cinq fois de suite.

Les travailleurs à distance doivent présenter la preuve d’un contrat de travail pour une entreprise à l’extérieur du pays qui leur permet de travailler à distance, ainsi que les qualifications pertinentes. Ils doivent également avoir un compte bancaire local, un contrat de logement, une assurance maladie et un casier judiciaire vierge, ainsi qu’une preuve de fonds pour subvenir à leurs besoins.

Croatie : Pour un soleil non freiné par les difficultés fiscales

Durée du visa : Un an, avec possibilité de renouvellement

Frais d’inscription: Environ 60 €

Exigence de revenu : Environ 2 300 €/mois

La Croatie a lancé son permis de séjour d’un an pour les nomades numériques en 2021. Le programme est ouvert aux citoyens non membres de l’UE/EEE travaillant dans les «technologies de la communication» – soit par l’intermédiaire de leur propre entreprise enregistrée à l’étranger, soit en tant que employé à distance pour une entreprise en dehors de la Croatie.

À condition qu’ils n’aient pas besoin d’un visa touristique pour entrer en Croatie, les travailleurs à distance peuvent demander un permis de séjour d’un an après leur arrivée. Les membres de la famille proche peuvent également demander la résidence temporaire.

Les travailleurs à distance ne sont actuellement pas soumis à l’impôt sur le revenu en Croatie.

Chypre : Pour les plages méditerranéennes et l’histoire ancienne

Durée du visa : Un an, avec possibilité de renouvellement pour deux ans

Frais d’inscription: 70 €

Exigence de revenu : 3 500 €/mois

Ouvert aux ressortissants hors UE, Chypre‘s visa de travail à distance lancé en 2021 avec un plafond de 100 nomades. En 2022, le gouvernement a relevé ce plafond à 500 visas.

Pour être éligible, vous devez travailler pour un employeur enregistré en dehors de Chypre.

Les nomades numériques sont autorisés à amener leur famille avec eux, bien que ces personnes ne soient pas autorisées à travailler à Chypre.

République tchèque : Pour un logement abordable et des châteaux de conte de fées

Durée du visa : Jusqu’à un an

Frais d’inscription: 200 €

Exigence de revenu : Doit avoir 5 000 € sur votre compte bancaire

Travailleurs à distance peut demander une licence commerciale ou indépendante à long terme en République tchèque. Connu familièrement sous le nom de visa «zivno» (abréviation de Zivnostenske opravneni ou autorisation commerciale), il est destiné aux citoyens non européens qui sont indépendants ou dirigent leur propre entreprise.

Il nécessite des liens avec une entreprise en République tchèque, il peut donc être utilisé par ceux qui ont l’intention d’obtenir un travail indépendant local tel que l’enseignement.

Estonie : pour une infrastructure de pointe numérique à petit budget

Durée du visa : Un an, avec possibilité de prolongation de six mois

Frais d’inscription: 100 €

Exigence de revenu : 3 500 €/mois

Estonie a lancé son visa de nomade numérique à l’été 2020. Il permet aux personnes travaillant à distance pour des entreprises à l’étranger – ou aux indépendants ayant des clients principalement à l’étranger – de rester en Estonie jusqu’à un an à la fois. Vous pouvez demander un visa supplémentaire de six mois après l’expiration de votre visa initial.

Les candidats doivent avoir gagné au moins 3 500 € nets par mois au cours des six mois précédant leur candidature.

Si vous restez en Estonie plus de six mois, vous acquerrez la résidence fiscale et serez assujetti aux impôts locaux.

Le pays propose également la « résidence en ligne », qui permet aux entrepreneurs distants d’accéder numériquement aux services en ligne de l’Estonie sans fournir de résidence. Cela peut être utilisé pour gérer une entreprise en ligne, accéder à des services bancaires et déclarer des impôts en Estonie sans y vivre.

Finlande : pour une nature intacte dans le pays le plus heureux du monde

Durée du visa : Six mois

Frais d’inscription: 400 €

Exigence de revenu : 1 220 €/mois

Le visa de travail indépendant de la Finlande est ouvert aux entrepreneurs non européens qui sont indépendants ou qui dirigent une entreprise indépendante. Les candidats doivent satisfaire à l’exigence de revenu minimum et prouver qu’ils ont des moyens.

Grèce : pour les îles et le soleil toute l’année

Durée du visa : Un an, avec possibilité de prolongation avec un permis de séjour

Frais d’inscription: 75 €

Exigence de revenu : 3 500 €/mois

L’année dernière, Grèce a lancé un programme permettant aux citoyens non européens de vivre et de travailler à distance dans le pays. Pour être agréé, vous devrez justifier de ressources suffisantes d’un revenu mensuel d’au moins 3 500 €.

Les nomades numériques ne sont pas autorisés à travailler ou à devenir indépendants pour des entreprises grecques dans le cadre de ce programme.

Hongrie : Pour les thermes et la vie économique

Durée du visa : Un an, avec possibilité de prolongation

Frais d’inscription: 110 €

Exigence de revenus : 2 000 €/mois

Le visa « carte blanche » de la Hongrie est ouvert aux non-UE nomades numériques employés à distance à l’extérieur du pays. Vous devez rester dans le pays pendant au moins 90 jours sur une période de 180 jours et serez exonéré d’impôt en Hongrie pendant les six premiers mois.

Vous n’êtes pas autorisé à travailler pour une entreprise hongroise dans le cadre de ce régime.

Islande : pour les explorateurs de plein air aux revenus élevés

Durée du visa : Six mois

Frais d’inscription: 86 €

Exigence de revenu : 7 075 €/mois

IslandeLe visa de longue durée pour travail à distance de s’adresse aux personnes à revenu élevé gagnant plus de 7 000 € par mois, soit en tant qu’employés d’une entreprise étrangère, soit en tant que travailleurs indépendants. Le visa dure six mois et les candidats ne seront pas considérés comme des résidents fiscaux pendant cette période.

Vous n’êtes pas autorisé à travailler pour des employeurs islandais avec ce visa.

Italie : pour une vie décontractée et des paysages spectaculaires

Durée du visa : Un an, avec possibilité de renouvellement

Frais d’inscription: À confirmer

Exigence de revenu : À confirmer

Un nouveau visa pour les nomades numériques a été signé en italien loi en mars 2022. Cependant, les détails doivent encore être finalisés.

On pense qu’il s’adresse aux travailleurs hautement qualifiés. Les candidats devront probablement remplir une série d’exigences, notamment avoir une assurance maladie et un casier judiciaire vierge. Ils doivent également être conformes à l’impôt dans Italie avant de postuler.

Lettonie : pour des kilomètres de forêts et une belle architecture

Durée du visa : Un an, possibilité de renouveler pour une deuxième année

Candidature gratuite : À confirmer

Exigence de revenus : Au moins 2 857,50€/mois

Le gouvernement letton a annoncé des plans pour un visa de nomade numérique en 2022. La législation est actuellement en cours de modifications avant de pouvoir devenir officielle.

Les autorités ont cependant déclaré qu’après cinq ans en tant que résident légal de Lettonieles nomades numériques peuvent demander la citoyenneté.

Les candidats doivent également être citoyens ou résidents d’un pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) tel que les États-Unis, le Canada ou le Royaume-Uni.

Malte : Pour des hivers doux et des journées sur l’eau

Durée du visa : Un ans

Frais d’inscription: 300 €

Exigence de revenu : 2 700 €/mois

MalteLe permis de séjour nomade de s’adresse aux travailleurs à distance et aux indépendants qui travaillent pour des entreprises à l’étranger. Le permis d’un an est ouvert aux ressortissants de pays tiers.

À l’origine, on avait dit aux nomades qu’ils bénéficieraient d’une exonération fiscale tant qu’ils continueraient à payer des impôts chez eux. Cependant, il y a eu des complications juridiques avec cette promesse qui sont actuellement en cours de résolution.

Vous voulez faire de Malte votre résidence permanente ? Un nouveau Startup Residence Scheme annoncé en 2023 accorde un permis de séjour de trois ans aux ressortissants de pays tiers qui réalisent un investissement d’au moins 25 000 € dans le pays. Si l’entreprise réussit, cela peut être prolongé de cinq ans et pourrait éventuellement conduire à une résidence à long terme.

Monténégro : Pour des randonnées intrépides et un coût de la vie peu élevé

Durée du visa : Deux ans, avec possibilité de renouvellement pour deux autres

Candidature gratuite : À confirmer

Exigence de revenu : À confirmer

Monténégro a annoncé son visa de nomade numérique pour les citoyens non européens en 2021 et a déclaré qu’il introduirait les premières étapes du programme cette année. Cependant, les applications ne seront pas disponibles avant 2025 environ.

Les participants peuvent utiliser le programme pour vivre dans le pays jusqu’à quatre ans. Les nomades numériques sont éligibles à des allégements fiscaux, bien que les détails restent à confirmer.

Norvège : Pour l’alpinisme et les affaires locales

Durée du visa : Jusqu’à deux ans

Frais d’inscription: 600 €

Exigence de revenu : 3 000 €/mois

Les nomades numériques non européens éligibles peuvent demander un permis de séjour et un visa d’entrepreneur indépendant pour vivre et travailler à distance en Norvège. Les candidats doivent avoir au moins un client norvégien et sont tenus de payer des impôts locaux dans le cadre du programme.

Portugal : pour les côtes sauvages et les week-ends œnologiques

Durée du visa : Un ans

Frais d’inscription: À confirmer

Exigence de revenus : 2 800 €/mois

Le 30 octobre 2022, le Portugal va lancer son visa nomade numérique, officiellement appelé « visa de séjour pour l’exercice d’une activité professionnelle dispensée à distance hors du territoire national ».

Il est ouvert aux citoyens non européens qui sont employés ou indépendants par une entreprise en dehors du Portugal.

Le nouveau régime est une alternative au visa «D7» existant, qui s’adresse aux retraités et aux personnes à «revenu passif».

Roumanie : Pour les longues randonnées et les séjours économiques

Durée du visa : Un ans

Exigence de revenu : 3 950 €/mois (trois fois le salaire brut moyen de la Roumanie)

RoumanieLe visa nomade numérique de s’adresse aux citoyens non européens. Les candidats doivent avoir une assurance maladie, un casier judiciaire vierge et une preuve de revenus supérieurs à 3 300 € par mois provenant d’une entreprise située en dehors de la Roumanie.

Le président roumain Klaus Iohannis a récemment signé un nouveau projet de loi visant à clarifier les exigences fiscales pour les nomades numériques.

Ceux qui séjournent pour de longues périodes seront exonérés de l’impôt sur le revenu, de la sécurité sociale et des cotisations d’assurance maladie sociale.

Pour bénéficier du dispositif, les travailleurs étrangers ne peuvent excéder un séjour de 183 jours dans le pays sur une période de 12 mois consécutifs.

Les nomades numériques ayant leur résidence fiscale dans un autre pays ne sont pas tenus de payer des impôts en Roumanie dans le cadre du régime.

Espagne : pour les escapades à la plage et les allégements fiscaux

Durée du visa : Un an, avec possibilité de renouvellement jusqu’à cinq ans

Frais d’inscription: Varie selon les pays, généralement autour de 80 €

Exigence de revenu : Actuellement 2 334 €/mois

EspagneLe visa de nomade numérique tant attendu est entré en vigueur en février 2023. Le programme offre aux citoyens non européens la possibilité d’y vivre et d’y travailler jusqu’à cinq ans.

Il est ouvert aux personnes qui travaillent à distance pour des entreprises non espagnoles, qu’il s’agisse de travailleurs indépendants avec plusieurs clients ou de travailleurs employés par une seule entreprise.

Ils doivent être en mesure de prouver qu’ils sont qualifiés ou expérimentés dans leur domaine.

Les parents proches, comme les enfants et les conjoints, sont autorisés à rejoindre le titulaire du visa dans le pays avec une preuve de fonds suffisants.

Des avantages fiscaux seront accordés aux travailleurs à distance, à condition qu’ils gagnent moins de 600 000 € par an. Ils paieront une taxe de 15 % pendant les quatre premières années de leur séjour au lieu des 24 % habituels.

Laisser un commentaire

douze − 9 =