Von der Leyen vise un second mandat mais a encore besoin d'un accord

Martin Goujon

Von der Leyen vise un second mandat mais a encore besoin d’un accord

BRUXELLES — Ursula von der Leyen se bat pour parvenir à un accord politique qui la maintiendrait à la tête de la Commission européenne pour les cinq prochaines années, ses conservateurs étant prêts à remporter les élections européennes.

Au milieu d’une forte hausse du soutien à l’extrême droite, le Parti populaire européen de von der Leyen était en passe de remporter le plus grand nombre de sièges parmi tous les groupes au Parlement, le décompte des voix étant toujours en cours.

Si, dans les jours et les semaines à venir, elle remporte la nomination pour un second mandat parmi les dirigeants européens, von der Leyen aura alors besoin du soutien de 361 députés européens du Parlement nouvellement élu. Cela impliquera de conclure des alliances avec d’autres partis du centre, de gauche ou même – potentiellement – ​​plus à droite.

Elle a déclaré dimanche soir qu’elle chercherait d’abord le soutien des socialistes et des libéraux, qui l’ont soutenue pour son premier mandat.

Mais elle devra probablement aller au-delà de ces groupes pour obtenir le soutien dont elle a besoin. Cela pourrait impliquer des choix précaires : elle pourrait chercher le soutien des Verts, mais s’aliénerait alors probablement certains de ses propres conservateurs du PPE qui s’opposent aux mesures climatiques clés du Green Deal.

Si elle choisit de continuer à courtiser le groupe d’extrême droite des conservateurs et réformistes européens, dirigé par l’Italienne Giorgia Meloni, von der Leyen risque de rebuter les socialistes et les libéraux.

Le centre et la gauche seront probablement particulièrement sensibles à toute alliance avec des partisans de la ligne dure après que l’extrême droite ait stupéfié les dirigeants centristes en France et en Allemagne et réalisé des gains substantiels dans de nombreuses autres grandes économies européennes lors des élections.

Von der Leyen a souligné dimanche que « le centre tient ». Étant donné que les extrêmes de gauche et de droite ont gagné du soutien, elle a ajouté : « Le résultat implique une grande responsabilité pour les partis du centre. »

Sur le papier, les chiffres jouent jusqu’à présent en sa faveur. Au total, ces trois groupes – le PPE, les Socialistes & Démocrates et Renew – devraient désormais totaliser 407 sièges au Parlement européen, selon les chiffres actualisés. Il lui suffit de 361 voix pour que sa nomination soit approuvée.

Cependant, tous les députés du PPE ne la soutiendront pas, notamment les politiciens français du PPE qui la considèrent comme une loyaliste non pas envers la famille politique, mais envers leur rival, le président français Emmanuel Macron.

Les experts et les responsables du parti estiment que plus de 10 pour cent des députés de chacun des trois groupes centristes – y compris son propre PPE – s’y opposeront ou s’abstiendront.

Des marchandages frénétiques en coulisses devraient véritablement démarrer à mesure que la poussière retombe sur le résultat des élections. Von der Leyen aura l’occasion de faire valoir son point de vue directement auprès des dirigeants allemand, français et italien lors du sommet du G7 qui s’ouvre jeudi en Italie.

Les dirigeants de l’UE se réuniront lundi prochain à Bruxelles, suivi d’un autre sommet à la fin du mois pour parvenir à des accords sur les postes les plus élevés des institutions européennes, notamment les présidences du Parlement et du Conseil européen. Le discours de Von der Leyen constituera une paire de mains sûres au milieu des troubles politiques et sécuritaires.

Ce ne sont pas seulement les chiffres parlementaires qui détermineront le sort de von der Leyen.

On ne sait toujours pas qui les 27 dirigeants nationaux du Conseil européen soutiendront comme choix préféré pour le poste le plus élevé. Bien qu’il s’agisse du plus grand groupe politique au Parlement, le PPE n’est représenté que par 12 de ces dirigeants – et aucun d’entre eux n’est issu de puissances traditionnelles telles que l’Allemagne, la France, l’Italie ou l’Espagne.

Un haut responsable du groupe Renew du président français Emmanuel Macron, s’exprimant dimanche, a lancé l’idée de remplacer von der Leyen par la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, également issue du PPE.

« De nombreux députés européens ont fait campagne contre elle (von der Leyen) », a déclaré le responsable, alors que Metsola est « appréciée de tout le monde ».

Le candidat socialiste Nicolas Schmit, en revanche, a signalé la volonté de son groupe de travailler avec von der Leyen pour trouver une majorité.

Il n’y a « aucune possibilité pour nous, sociaux-démocrates, de coopérer avec ceux qui veulent démanteler, qui veulent affaiblir cette Europe que nous avons construite (pendant) plusieurs décennies », a déclaré Schmit, qui fait également partie de la Commission du premier mandat de von der Leyen.

Laisser un commentaire

vingt + dix-neuf =