German soldiers fire a Patriot weapons system at the NATO Missile Firing Installation, in Chania, Greece, on Nov. 8, 2017.

Jean Delaunay

Von der Leyen soutient les efforts de la Pologne et de la Grèce en faveur d’un « bouclier de défense aérienne » européen

Les Premiers ministres Tusk et Mitsotakis ont déclaré que le bloc devait se protéger face aux tensions qui couvaient à la périphérie de l’Europe.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a indiqué qu’elle soutiendrait l’appel des premiers ministres polonais et grec en faveur d’un « bouclier de défense aérienne européen » si elle obtenait un second mandat à la tête de l’exécutif européen.

S’exprimant jeudi lors du débat électoral de l’Union européenne de radiodiffusion, von der Leyen a approuvé « un bouclier de défense aérienne pour toute l’Europe, comme celui proposé par Mitsotakis et Tusk ».

Cela intervient après que le Polonais Donald Tusk et le Grec Kyriakos Mitsotakis ont adressé une lettre à von der Leyen appelant à un bouclier aérien à l’échelle de l’UE qui fournirait à l’espace aérien du bloc une protection contre « les menaces entrantes, notamment les avions, les missiles, les drones et autres ».

Les dirigeants préviennent que l’Union européenne a besoin d’une « initiative audacieuse » pour montrer à ses « amis et ennemis » qu’elle « prend sa défense aérienne au sérieux ».

« L’Europe sera en sécurité tant que le ciel au-dessus d’elle sera sûr », peut-on lire dans la lettre des premiers ministres.

« Nous devons développer un système de défense aérienne hautement performant, qui agira comme un moyen de dissuasion crédible contre tous les agresseurs possibles. Qui servira de bouclier pour nos citoyens et nos forces militaires, au cas où la dissuasion échouerait – protégeant ainsi tous les États membres de l’UE et tous les Citoyens européens. »

Tusk et Mitsotakis appartiennent à la même famille politique européenne que von der Leyen, le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit. Le PPE est largement en tête des sondages avant les élections européennes de juin, ce qui donne à von der Leyen de solides chances de rester président de la Commission pour les cinq années à venir.

Elle a fait du renforcement des capacités de défense de l’Europe un principe central de son programme électoral, créant des synergies entre les industries de défense des États membres, qui sont désormais structurées selon des lignes nationales et se sont révélées insuffisantes pour fournir à l’Ukraine les armes et les munitions dont elle a besoin pour résister à la pleine puissance de la Russie. -invasion à grande échelle.

Des patriotes recherchés

La nécessité de renforcer la défense aérienne de l’UE a été mise en évidence lors d’un sommet des dirigeants de l’UE en avril, lorsque Kiev a directement appelé les États membres du bloc à faire don de certains de leurs propres systèmes pour l’aider à repousser les missiles lancés depuis la Russie.

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre néerlandais par intérim Mark Rutte ont exhorté les États membres à examiner de près leurs stocks et à envisager d’envoyer leurs propres systèmes de défense aérienne à Kiev.

L’Allemagne avait fait don d’un système de défense aérienne Patriot, l’un des systèmes les plus sophistiqués de ce type, à l’Ukraine début avril, après que le chancelier Scholz ait cédé sous la pression des alliés.

L’Espagne, la Grèce et, dans une moindre mesure, les Pays-Bas, la Suède et la Roumanie – les pays de l’UE qui ont leurs propres Patriotes – ont depuis subi des pressions pour fournir leurs systèmes à l’Ukraine. Mais les capitales hésitent, de peur d’affaiblir leur propre défense.

Kiev ne dispose pas d’un nombre suffisant de Patriots et s’appuie plutôt sur d’autres systèmes de défense, notamment des missiles sol-air (SAM) de l’ère soviétique, tels que les S-300.

La Pologne elle-même dispose de deux systèmes Patriot, mais ils sont considérés comme nécessaires compte tenu de la proximité du pays avec la Russie et de l’enclave russe de Kaliningrad.

Fin avril, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que les alliés avaient « cartographié les capacités existantes dans l’ensemble de l’alliance », ajoutant que certains systèmes pourraient être mis à la disposition de l’Ukraine.

Mais depuis lors, les capitaux ne sont pas venus, de peur de rendre l’UE elle-même vulnérable.

Tusk et Mitsotakis abordent cette « vulnérabilité » dans leur lettre, ajoutant que le renforcement de la capacité de l’UE à défendre son ciel agirait comme un « catalyseur » pour « la poursuite de la modernisation des industries européennes de défense et de sécurité ».

Laisser un commentaire

un × quatre =