Von der Leyen s'engage à rapprocher les économies des Balkans occidentaux et de l'UE alors que débute sa visite de quatre jours

Jean Delaunay

Von der Leyen s’engage à rapprocher les économies des Balkans occidentaux et de l’UE alors que débute sa visite de quatre jours

La chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est engagée lundi à rapprocher les économies des Balkans occidentaux et de l’Union européenne, alors qu’elle entamait une tournée de quatre jours dans la région.

S’exprimant dans les capitales de la Macédoine du Nord et du Kosovo, von der Leyen s’est engagée à doubler les économies des deux pays au cours de la prochaine décennie dans le cadre du plan de croissance de 6 milliards d’euros de l’UE pour les Balkans occidentaux, considéré comme un tremplin vers l’adhésion à l’UE.

Mais la voie vers l’adhésion à l’UE ne peut s’ouvrir que si des réformes politiques sont mises en œuvre dans les deux pays, selon von der Leyen.

À Pristina, elle a déclaré que le succès dépendait de la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo, qui sont devenues extrêmement tendues depuis qu’un policier kosovar a été tué par des troupes paramilitaires armées entraînées dans des bases militaires serbes fin septembre.

Le plan de croissance de l’UE permettra aux entreprises des Balkans occidentaux d’accéder au marché unique de l’UE dans sept secteurs en échange de réformes clés, notamment en garantissant une administration et des finances publiques saines, l’indépendance du système judiciaire et la répression de la corruption. La Commission publiera le 8 novembre une évaluation des progrès réalisés par les pays dans la mise en œuvre des réformes.

L’UE injectera également de l’argent dans des investissements stratégiques pour encourager de telles réformes et rapprocher les économies des deux blocs. La région des Balkans occidentaux pourrait ainsi voir son PIB augmenter de 10 %, a déclaré lundi von der Leyen.

« L’économie du Kosovo représente 27 % du revenu moyen de l’UE, il y a donc beaucoup de potentiel inexploité », a déclaré von der Leyen lors d’une conférence de presse conjointe à Pristina avec le président Vjosa Osmani.

« Nous devrions essayer de doubler votre économie d’ici une décennie », a-t-elle ajouté, faisant le même engagement plus tôt à Skopje auprès du Premier ministre nord-macédonien Dimitar Kovačevski. L’économie de la Macédoine du Nord représente 42 % du revenu moyen de l’UE.

Mais von der Leyen a souligné à Osmani et à Kovačevski que des réformes politiques doivent être mises en œuvre pour que les fonds soient décaissés dans le cadre du plan de croissance et pour que le processus d’adhésion à l’UE progresse.

Le « succès » dépend des réformes

Au Kosovo, von der Leyen a lancé un avertissement selon lequel les relations entre Belgrade et Pristina doivent être normalisées avant que Pristina puisse bénéficier du plan de croissance ou progresser sur la voie de l’adhésion à l’UE.

« Nous avons tous notre histoire », a déclaré von der Leyen. « L’histoire de l’élargissement est une histoire de pays sortis de la Seconde Guerre mondiale. C’est une histoire de paix, de réconciliation et de normalisation des relations, et c’est donc une condition préalable à l’adhésion à l’Union européenne. »

« Nous savons tous que nous ne pourrons réaliser tous ces progrès et tous ces succès que si le Kosovo et la Serbie normalisent leurs relations. Il est absolument crucial que les deux s’engagent et coopèrent », a-t-elle ajouté. « Et nous avons discuté ensemble de la possibilité que le Kosovo lance la procédure de création de l’Association des municipalités à majorité serbe. »

Les dirigeants de l’UE – dont le président français, la chancelière allemande et le premier ministre italien – n’ont pas réussi à trouver un accord lors des discussions de la semaine dernière sur les tensions croissantes entre Belgrade et Pristina.

Le bloc souhaite que le Kosovo établisse une soi-disant association de municipalités à majorité serbe dans le nord du pays et que la Serbie « reconnaisse de facto » le Kosovo, qu’elle continue de considérer comme sa province malgré la déclaration d’indépendance du Kosovo en 2008.

Von der Leyen rencontrera mardi le président serbe Aleksandar Vučić à Belgrade.

Skopje, quant à elle, a déjà pris des mesures pour amender sa constitution afin de reconnaître la minorité bulgare vivant sur son territoire et revoir chaque année ses relations avec Sofia, dans le cadre d’un accord négocié par la France visant à lever le veto de la Bulgarie à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE.

Mais ces changements sont bloqués par le principal parti d’opposition conservateur, le VMRO-DPMNE.

« Les premières mesures ont été prises au sein de votre parlement – ​​et c’est une bonne nouvelle », a déclaré von der Leyen en référence à la réforme constitutionnelle de la Macédoine du Nord. « Maintenant, j’espère que toutes les parties saisiront cette opportunité pour aller de l’avant. Parce qu’il existe désormais un véritable élan, dans toute l’Union européenne et dans les pays qui souhaitent rejoindre l’Union européenne, en faveur du processus d’élargissement. »

Laisser un commentaire

douze − 11 =