Von der Leyen répond à la Hongrie et à la Pologne : la réforme migratoire se fera à la « majorité qualifiée »

Jean Delaunay

Von der Leyen répond à la Hongrie et à la Pologne : la réforme migratoire se fera à la « majorité qualifiée »

L’Union européenne est en train de réformer les règles communes qui régissent l’accueil et la relocalisation des demandeurs d’asile.

Ursula von der Leyen a clairement indiqué lundi à la Pologne et à la Hongrie que les décisions concernant la politique migratoire du bloc devaient être prises à la majorité qualifiée, quelques jours seulement après que les deux pays ont détourné un sommet des dirigeants pour protester contre un projet de réforme et exiger un vote à l’unanimité.

« C’est ce que disent les traités et c’est ce que nous avons fait », a déclaré le président de la Commission européenne lors d’une visite officielle à Madrid.

La dispute commencé le mois dernier lorsque les ministres de l’intérieur ont conclu un accord provisoire sur une proposition de règlement visant à établir un nouveau système de « solidarité obligatoire », qui donnerait aux États membres trois options pour gérer les nouveaux arrivants : accepter un certain nombre de demandeurs d’asile sur leur territoire, payer 20 000 € pour chacun demandeur rejeté ou financer un soutien opérationnel, tel que les infrastructures et les transports.

L’accord a été salué comme une percée majeure par la plupart des dirigeants européens, mais a été immédiatement accueilli la farouche opposition de la Hongrie et de la Pologne, deux pays qui ont longtemps adopté des positions dures sur la question de la migration.

La Hongrie et la Pologne regrettent que l’accord ait été conclu à la majorité qualifiée – au moins 15 États membres représentant 65 % de la population de l’UE – plutôt qu’à l’unanimité, qui permet l’exercice du droit de veto.

En réaction à ce qu’ils ont qualifié de décision « coup d’État », les gouvernements de Viktor Orbán et Mateusz Morawiecki exigent que toute autre mesure concernant la réforme de la migration soit prise par « consensus » et uniquement sur une « base volontaire ».

Mais von der Leyen a fermé la demande lundi, faisant appel aux règles de vote énoncées par les traités fondateurs.

« Le pacte pour la migration et l’asile : les premières parties importantes ont été décidées comme le traité (UE) nous le demande, à la majorité qualifiée, et cela vaut pour les autres paquets », a déclaré le président de la Commission européenne, évoquant le refonte en plusieurs parties proposée par son exécutif.

Von der Leyen a noté que l’UE était à un « point crucial » et qu’un changement d’atmosphère avait rapproché plus que jamais la réforme de la migration.

« Nous voulons avancer ensemble », a-t-elle déclaré.

Ses commentaires ont été prononcés lors d’un voyage à Madrid pour marquer le début de la présidence espagnole de six mois du Conseil de l’UE. S’exprimant à ses côtés, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a fait écho au sentiment du chef de la Commission.

« Eh bien, c’est sur les traités. Il n’y a pas de plus grande légitimité politique que de se conformer aux traités », a déclaré Sánchez interrogé sur la position hongroise-polonaise.

« Il y a effectivement une possibilité d’avancer avec des dossiers qui sont restés longtemps dans le tiroir et que, en ce moment, nous avons une vraie chance de boucler. »

Le dirigeant espagnol a appelé à une « approche constructive » des négociations entre le Conseil et le Parlement européen afin de parvenir à un accord final « positif pour tout le monde » et établissant un « équilibre » entre responsabilité et solidarité.

Sánchez a déclaré que la conclusion de l’accord pendant la présidence espagnole serait « très importante » et « symbolique » étant donné le rôle de l’Espagne en tant que pays de première ligne et son expérience directe des crises migratoires passées.

« Le plus important est de ne pas oublier que le défi de la migration irrégulière doit nous conduire à une réponse commune, une réponse européenne, et non une réponse qui soit un agrégat de réalités nationales », a déclaré Sánchez.

« Nous devons également surmonter ce dilemme. »

Laisser un commentaire

4 + cinq =