Von der Leyen mène une campagne acharnée contre le loup

Martin Goujon

Von der Leyen mène une campagne acharnée contre le loup

Depuis que son poney bien-aimé Dolly a été tué par le loup GW950m en Basse-Saxe en Allemagne en septembre 2022, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est concentrée sur la dégradation du statut de protection du grand carnivore.

Mais la force de sa croisade personnelle incessante – qui s’est traduite par un lobbying politique au plus haut niveau – fait sourciller les diplomates européens à Bruxelles. Ils décrivent son attention sur le grand méchant loup comme « étrange », « bizarre », « déroutante » et définitivement « insistante ».

« (La protection du loup) n’est pas une question très importante et pourtant von der Leyen en fait une question politique clé », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe un diplomate d’un pays de l’UE ayant requis l’anonymat pour s’exprimer franchement. « L’attention politique et les raisons qui la sous-tendent sont un peu exagérées. »

L’enjeu est de savoir si le statut de protection du loup doit être réduit de « strictement protégé » à « protégé », permettant aux animaux d’être tués plus facilement s’ils menacent le bétail.

En apparence, il s’agit d’une question technique qui devrait être débattue par les experts nationaux au sein des groupes de travail du Conseil de l’UE. Mais au fond, c’est hautement politique – le Parti populaire européen de centre-droit de von der Leyen veut se présenter comme le défenseur des agriculteurs – et c’est aussi très personnel.

Quelques semaines après la mort de Dolly, von der Leyen a réclamé une « analyse approfondie » de la menace des loups par la Commission européenne. Un an plus tard, en décembre 2023, une proposition était sur les bureaux des pays européens visant à dégrader effectivement le statut de protection de l’animal. Et von der Leyen n’a pas relâché la pression.

« Le président de la Commission européenne fait pression pour qu’une décision soit prise rapidement » sur ce sujet, a déclaré un expert national au courant des pourparlers qui a requis l’anonymat pour parler des discussions à huis clos sur le lupin. « Cela a été très perturbateur. »

L’expert a expliqué qu’il y avait des pressions pour que les ambassadeurs de l’UE donnent des orientations politiques sur le dossier en mars, avant le début des travaux techniques proprement dits. Il s’agit d’une démarche « particulière » pour un dossier sur le statut de protection d’une espèce, a déclaré un diplomate d’un deuxième pays de l’UE.

Les deux diplomates cités ci-dessus, ainsi qu’un autre d’un pays tiers de l’UE, ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la pression était forte pour parvenir rapidement à un accord sur ce dossier.

À plusieurs reprises, von der Leyen a également évoqué personnellement la question avec Alexander De Croo, Premier ministre belge, qui assure actuellement la présidence tournante de l’UE et est chargé de superviser l’évolution du dossier au Conseil.

Le porte-parole de la Commission européenne, Eric Mamer, a déclaré que c’était tout à fait normal.

« Le président de la Commission est en contact régulier avec le Premier ministre belge dans le cadre de sa fonction de présidence du Conseil. Dans ce contexte, ils discutent, entre autres sujets, de l’avancement des propositions de la Commission qui sont débattues par les colégislateurs afin de discuter d’éventuelles zones d’atterrissage », a déclaré Mamer. « Le Président a ainsi discuté de nombreux dossiers avec le Premier ministre De Croo… et le statut de protection des loups n’est qu’un dossier parmi d’autres dans ce contexte. »

Deux diplomates européens ont reconnu qu’il n’était pas inhabituel que la Commission travaille à huis clos et défende bec et ongles une proposition pour la faire passer.

«C’est un jeu équitable», a déclaré le premier diplomate. « La Commission peut faire preuve de force. « 

La proposition de la Commission déclasse le statut de protection du loup de « strictement protégé » à « protégé », citant « de nouvelles données sur l’augmentation des populations et leurs impacts ».

« La concentration de meutes de loups dans certaines régions européennes est devenue un réel danger, notamment pour le bétail », a déclaré von der Leyen lors de la publication de la proposition.

Selon les propres estimations de la Commission, il y a environ 20 000 loups en Europe et 0,06 pour cent des moutons des éleveurs en sont victimes chaque année.

Si elle est approuvée, la proposition donnera aux autorités nationales plus de flexibilité pour accorder des dérogations pour tuer les loups problématiques – par exemple lorsqu’ils menacent le bétail des agriculteurs – mais les pays seront toujours tenus de garantir que l’animal reste dans un bon état de conservation.

Les écologistes critiquent le fait que la conservation du loup soit utilisée à des fins politiques.

Sabien Leemans, responsable politique de la biodiversité au sein du bureau politique européen du Fonds mondial pour la nature à Bruxelles, a déclaré que « le loup n’est pas dans un état de conservation favorable dans la plupart des régions biogéographiques d’Europe » et a dénoncé une « décision politiquement motivée » de von von der Leyen, qui se propose pour un deuxième mandat à la tête de la Commission européenne.

Le loup est un problème clé dans certaines circonscriptions rurales de pays comme l’Allemagne, l’Autriche, la Finlande, l’Espagne, la France ou la Roumanie. En proposant d’assouplir les règles de l’UE pour éliminer les loups, von der Leyen défend une politique qui plaira aux agriculteurs, une circonscription clé qui a été ciblée par sa famille politique, le Parti populaire européen de centre-droit, pendant la campagne électorale européenne.

Mais Leemans estime que ce n’est pas la bonne solution. « En autorisant la chasse au loup, vous ne résolvez pas le problème de l’abattage du bétail, cela ne peut être résolu qu’en mettant en œuvre des mesures préventives », a-t-elle déclaré, ajoutant que le loup est utilisé comme « un bouc émissaire politique pour (…) les problèmes qui surviennent ». auxquels les agriculteurs sont confrontés, qui sont authentiques.

Au Conseil, les gouvernements de l’UE sont extrêmement divisés sur ce sujet, les ministres de l’Agriculture étant largement favorables à une réduction de la protection du loup, tandis que les ministres de l’Environnement mettent en garde contre cette pratique, invoquant des inquiétudes quant à la conservation à long terme de l’animal.

Un quatrième diplomate, originaire d’un pays qui soutient la proposition de la Commission visant à dégrader le statut de protection du loup, a déclaré qu’il aimerait « que cela soit fait », mais a reconnu qu’il n’y avait actuellement « pas de majorité claire dans un sens ou dans l’autre ».

De l’autre côté de la table, rien ne presse. « Nous ne voyons pas vraiment l’intérêt de faire cela pour le moment », a déclaré un cinquième diplomate, originaire d’un pays opposé à la proposition. « Nous estimons que beaucoup d’informations sont encore nécessaires pour poursuivre ce (dossier) et prendre une décision éclairée. »

Fin mai, le ministre autrichien de l’Agriculture Norbert Totschnig, membre du parti populaire autrichien de centre-droit et appartenant à la même famille politique que von der Leyen, a de nouveau appelé la présidence belge à « finaliser rapidement les discussions sur le statut de protection des les loups pour offrir la flexibilité nécessaire » aux agriculteurs.

Mais la Belgique résiste à la pression.

« Nous avons reçu des commentaires d’un certain nombre d’États membres demandant davantage de données scientifiques. Certains pays ont déclaré que le sujet n’était pas encore suffisamment mûr pour faire l’objet d’un vote, d’autres ont souligné la nécessité de plus de flexibilité», a déclaré une personne travaillant à la présidence belge. « Nous avons donc conclu que nous devions continuer à y travailler », ont-ils ajouté.

Laisser un commentaire

9 − 7 =