Von der Leyen a besoin de 361 voix pour conserver son poste.  Bonne chance avec ça.

Martin Goujon

Von der Leyen a besoin de 361 voix pour conserver son poste. Bonne chance avec ça.

BRUXELLES — En 2019, Ursula von der Leyen n’a obtenu son poste de présidente de la Commission européenne que par une très faible majorité au Parlement européen : neuf voix.

Cette année, le jeu des chiffres requis pour obtenir un second mandat d’un Parlement européen potentiellement beaucoup plus hostile après les élections européennes du 6 au 9 juin semble encore plus difficile. Il y a de fortes chances que le conservateur allemand n’obtienne tout simplement pas les voix.

Afin de remporter un nouveau mandat à la tête de l’UE depuis le 13e étage du siège de la Commission au Berlaymont à Bruxelles, von der Leyen doit surmonter deux obstacles politiques majeurs.

Premièrement, elle doit obtenir le soutien d’une majorité qualifiée des 27 dirigeants de l’UE autour de la table du Conseil européen lors d’une réunion post-électorale fin juin. Deuxièmement, elle doit obtenir au moins 361 voix parmi les 720 membres du Parlement européen pour confirmer le choix des dirigeants lors d’un vote secret ultérieur au Parlement.

Les choses sont plus faciles du côté du Conseil. Le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit de von der Leyen compte 12 chefs d’État et de gouvernement de l’UE dans ses rangs, dont on peut s’attendre à ce que tous se rallieraient à elle. Il y a toujours un risque que les choses tournent mal : le Français Emmanuel Macron pourrait choisir un autre candidat et le chancelier allemand Olaf Scholz est issu du camp socialiste. Pour l’instant, cependant, les dirigeants nationaux ne lui donnent pas une migraine politique déchirante : c’est le Parlement.

Les sondages suggèrent que le PPE de von der Leyen sera le plus grand groupe au Parlement après les élections, avec 170 sièges. Pour construire une majorité, elle devra ensuite offrir des cadeaux aux autres grands groupes centristes – les socialistes et les libéraux – dans les marchandages post-électoraux. Les accords dépendront des pays qui obtiendront les postes les plus élevés à Bruxelles – pensez aux rôles commerciaux et économiques au sein de la commission – et des partis politiques qui obtiendront des rôles de premier plan au sein des commissions parlementaires.

Mais même dans ce cas, nous devons sortir nos calculatrices et analyser comment les chiffres s’empilent. Vous pouvez parier que von der Leyen fera exactement cela.

Si elle parvient à obtenir le soutien du PPE, du groupe libéral Renew Europe et des Socialistes et Démocrates, cela représenterait quelque 390 sièges, selon les projections des sondages L’Observatoire de l’Europe.

Cela la ferait passer au-dessus du seuil de 361, mais ce n’est pas si simple. Les experts et les initiés politiques préviennent que même si les dirigeants des partis leur ordonnent de soutenir von der Leyen, il est probable qu’environ 10 % des législateurs de chacun de ces groupes s’y opposeront ou s’abstiendront le grand jour.

Un taux d’attrition de 10 pour cent ramènerait le total de von der Leyen à 351, soit 10 de moins que le nombre critique. Et c’est une estimation généreuse : selon les responsables politiques interrogés par L’Observatoire de l’Europe pour cet article, le taux de rébellion dépassera presque certainement 10 %, même au sein du propre PPE de von der Leyen. Lors des votes précédents, les rebelles opposés à la ligne du parti représentaient entre 13 et 28 pour cent.

En 2019, von der Leyen avait obtenu une majorité de neuf voix grâce au soutien du PPE, de Renew et du S&D. Elle a également remporté un certain nombre de voix auprès du parti Fidesz du Premier ministre hongrois Viktor Orbán et du parti conservateur Droit et Justice (PiS) polonais. Il n’y a aucune chance qu’elle obtienne ces deux camps cette fois-ci. Elle a poussé le PiS et le Fidesz à dénoncer leurs échecs en matière d’État de droit et son administration les a présentés comme les leaders du bloc. bêtes noires.

Un haut responsable du PPE a déclaré sous couvert d’anonymat que le patron devait se lancer dans une campagne de lobbying auprès de la Coalition civique de Donald Tusk en Pologne | Wojtek Radwanski/AFP via Getty Images

En ce qui concerne les socialistes et les libéraux, un nombre croissant de leurs députés pourraient abattre von der Leyen cette année parce qu’ils craignent qu’elle soit prête à envisager une alliance avec la Première ministre italienne d’extrême droite Giorgia Meloni. Ils l’accusent également d’édulcorer le programme vert de l’UE.

De plus, il existe des signes de danger rouge vif indiquant que le nombre de rebelles au sein de ses propres rangs du PPE pourrait être étrangement élevé. Les Républicains français – qui devraient compter six députés européens – ne la soutiennent pas, et les membres du PPE craignent un soutien fragile parmi leurs délégations italienne, espagnole et slovène. De manière inquiétante, lors du congrès du PPE destiné à la nommer à Bucarest en mars, 18 pour cent des 499 délégués qui ont voté ont dit « non » à von der Leyen.

Reconnaissant cette préoccupation quant à l’obtention du soutien total de la base du PPE lors d’un vote secret, un haut responsable du PPE a déclaré sous couvert d’anonymat que le patron devait lancer une campagne de lobbying auprès de la Coalition civique de Donald Tusk en Pologne et du Partido Popular en Espagne.

« Elle (von der Leyen) doit retrousser ses manches et appeler tout le monde. Elle doit continuer à le faire jusqu’à la fin de la campagne. Elle doit faire beaucoup d’efforts pour faire de l’Espagne une réalité. Elle doit redoubler d’efforts pour faire de la Pologne une réalité. Cela demande de la planification », a déclaré la source du PPE.

Dans le camp dissident français du PPE, François Xavier Bellamy, membre des Républicains, a déclaré que si la présidente de la Commission européenne n’est pas réélue « ce sera grâce au combat que nous avons mené et qui l’a mise en minorité au sein du Parti populaire européen ». son propre parti.

Bellamy ne représente qu’un petit nombre de législateurs, mais sa suggestion selon laquelle d’autres délégations nationales pourraient également s’opposer à von der Leyen – couplée au soutien qui lui a été loin d’être massif lors de la conférence d’investiture à Bucarest en mars – laisse entrevoir le risque d’un déficit considérable. .

Von der Leyen courtise assidûment la Première ministre italienne Meloni, dont elle aura besoin du soutien à la fois à la table du Conseil et au Parlement, mais cela semble être une stratégie qui pourrait bien se retourner contre elle. Plus elle se rapproche des Conservateurs et réformistes européens (ECR) de Meloni, plus elle perdra de voix des socialistes et des libéraux.

Le soutien de Meloni sera crucial pour sa nomination au Conseil, mais sa valeur est moins évidente au Parlement où son parti, les Frères d’Italie, est en passe de remporter seulement une dizaine de sièges, soit bien moins que la force combinée du Fidesz et de Droit et Justice.

Ces 10 voix seraient presque certainement contrebalancées par la perte des voix des socialistes, dont beaucoup, notamment au sein du parti social-démocrate de Scholz en Allemagne, se retourneraient contre von der Leyen pour son alliance avec Meloni.

Les Socialistes et Démocrates (S&D), Renew et les Verts ont déclaré qu’ils ne soutiendraient pas la réélection de von der Leyen si elle concluait un accord avec les alliés d’extrême droite de Meloni au Parlement. Il s’agit peut-être ou non d’une menace vaine – les termes d’un tel accord pourraient ne pas être rendus publics et le vote est secret – mais cela soulève néanmoins des inquiétudes quant au niveau de soutien au Parlement.

Von der Leyen courtise assidûment le Premier ministre italien Meloni | Andreas Solaro/AFP via Getty Images

Si von der Leyen abandonne tout espoir de recevoir le soutien du groupe ECR, elle aura besoin du soutien non seulement de Renew et du S&D, mais aussi des Verts, pour combler le déficit. Avec les Verts dans la liste, la base de soutien projetée pour von der Leyen serait de 432 voix – plus que suffisant pour franchir le seuil, même en tenant compte d’un taux d’attrition considérable.

Mais rien n’est moins prévisible que le type de soutien qu’elle peut attendre des Verts, qui n’ont pas soutenu von der Leyen de manière systémique en 2019. S’adressant à L’Observatoire de l’Europe, le député vert allemand Daniel Freund a souligné que les Verts avaient travaillé en étroite collaboration avec von der Leyen. der Leyen tout au long de son mandat et pourrait encore offrir son soutien à sa réélection, même si un tel soutien viendrait en échange d’une « liste de revendications ».

« La question est : qu’obtiendrons-nous si nous concluons un accord pour travailler avec elle ? Il a demandé. « En tant que Verts, nous avons une longue liste de revendications sur des choses que nous aimerions changer. »

« Si nous poursuivons le Green Deal, l’État de droit, si tel est son programme, je prédis que c’est quelque chose que les Verts peuvent mettre en œuvre », a-t-il ajouté.

Pourtant, ces mêmes engagements des Verts pourraient s’avérer toxiques pour le soutien de von der Leyen parmi les conservateurs, qui se sont spécifiquement rebellés contre les aspects clés du Green Deal au cours de la dernière année de son mandat, à savoir l’élimination progressive du moteur à combustion et une loi sur la restauration de la nature.

Pour ajouter à l’incertitude, von der Leyen devra probablement conclure de tels accords dans le cadre d’une course folle aux négociations qui suivront les réunions du Conseil européen de fin juin. Plusieurs groupes politiques font pression pour que la confirmation du prochain président de la Commission ait lieu en juillet, lors de la dernière session plénière avant les vacances d’été – ce qui lui laisse une fenêtre extrêmement étroite pour construire un accord de coalition potentiellement très complexe entre Renew, S&D, le Le PPE et les Verts.

Alors que d’autres factions ont fait pression pour que l’accord soit conclu en juillet, Freund s’est montré ouvert à prolonger le délai jusqu’en septembre – ce que le président du parti PPE, Manfred Weber, a également réclamé. Plus de temps pourrait donner à von der Leyen une certaine marge de manœuvre pour éviter une humiliation au Parlement.

« Von der Leyen ne prend pas de risques », a ajouté Freund. « Elle ne voudra pas abandonner le chemin de la honte du Parlement. »

Laisser un commentaire

vingt − 11 =