Volkswagen logo is seen at a new and used vehicles dealership in Palatine, Ill., Tuesday, March 20, 2024. (AP Photo/Nam Y. Huh)

Milos Schmidt

Volkswagen riposte aux tarifs douaniers imposés par l’UE sur les véhicules électriques chinois

Les constructeurs automobiles allemands tels que Volkswagen et BMW mettent de plus en plus en garde contre les effets négatifs potentiels des tarifs douaniers de l’UE sur la compétitivité future de l’industrie automobile européenne, ainsi que sur leurs propres opérations en Chine.

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a récemment dénoncé le projet de l’UE d’imposer des droits d’importation allant jusqu’à 38 % sur les véhicules électriques chinois, soulignant qu’ils auraient des effets négatifs sur l’industrie automobile européenne.

L’entreprise a souligné que cela porterait atteinte à la compétitivité des constructeurs automobiles européens à long terme.

L’UE a annoncé ces augmentations de tarifs en juin dernier, invoquant des inquiétudes concernant les fabricants chinois de véhicules électriques recevant des subventions du gouvernement, leur permettant ainsi de vendre leurs véhicules à des prix injustement bas dans l’UE, par rapport aux constructeurs automobiles européens.

Ces conclusions sont le fruit d’une enquête de neuf mois menée par l’UE sur les subventions chinoises, en vertu du règlement sur les subventions étrangères (FSR).

Ces nouveaux droits de douane comprennent une taxe de 19,9 % sur le constructeur chinois de véhicules électriques Geely, une taxe de 17,4 % sur BYD et une autre de 37,6 % sur SAIC. Ces droits s’ajoutent aux droits de douane de 10 % auxquels sont déjà soumises les importations automobiles chinoises et qui sont entrés en vigueur le 5 juillet.

Cependant, les constructeurs automobiles européens, et surtout allemands, comme BMW et Volkswagen, ont riposté, craignant d’être eux aussi confrontés à des droits de douane de rétorsion de la part de la Chine sur leurs vastes opérations en Chine.

Actuellement, les constructeurs automobiles occidentaux en Chine, tels que Tesla, Audi, BMW et Mercedes-Benz, bénéficient d’avantages tels que des taux d’imposition plus bas, des subventions, un accès plus facile au capital, des coûts fonciers réduits et des prix compétitifs pour les batteries au lithium.

Si ces avantages disparaissent en cas d’escalade de la guerre commerciale entre l’UE et la Chine, cela pourrait également contraindre ces entreprises européennes à modifier globalement leurs modèles commerciaux, en particulier si elles sont obligées de chercher ailleurs pour installer des usines de production alternatives.

Cela pourrait être un coup dur particulièrement pour les constructeurs européens de véhicules électriques, qui ont déjà vu la demande nationale faiblir en raison de leurs prix plus élevés et de l’attrait des véhicules électriques chinois moins chers.

En outre, le marché chinois est l’un des plus gros consommateurs de véhicules à moteur à combustion allemands. La diminution des avantages accordés par le gouvernement chinois rendrait donc plus difficile pour les constructeurs automobiles européens de continuer à profiter de l’un de leurs principaux marchés.

Les constructeurs automobiles européens et les groupes environnementaux ont également souligné que les droits de douane sur les véhicules électriques risquent de ralentir encore davantage les objectifs environnementaux et de neutralité carbone de l’UE. En effet, les véhicules électriques chinois étant de plus en plus chers et les consommateurs étant toujours aux prises avec l’augmentation du coût de la vie, moins de personnes seront susceptibles d’acheter des véhicules électriques.

Les tarifs douaniers de l’UE pourraient-ils conduire à une guerre commerciale entre l’UE et la Chine ?

Il existe également une possibilité très réelle que la Chine impose des droits de douane en représailles sur d’autres secteurs européens et que les tensions actuelles dégénèrent en une véritable guerre commerciale. La Chine a déjà prévenu qu’elle imposerait des droits de douane supplémentaires sur des produits tels que le porc, les produits laitiers et le brandy en provenance de l’UE.

Concernant la récente enquête de l’UE sur la réglementation relative aux subventions étrangères (FSR), la Chambre de commerce chinoise auprès de l’UE (CCCEU) a déclaré dans un communiqué : « La FSR a été utilisée comme une arme par l’UE et fonctionne comme une forme de coercition économique.

Le FSR est également autorisé à enquêter sur les subventions reçues par les filiales de sociétés mères d’un autre pays, généralement le pays d’origine de la société. À ce propos, le CCCEU a déclaré : « Cette approche désavantage intrinsèquement les filiales européennes d’investisseurs chinois, les privant d’un traitement égal par rapport aux entreprises soumissionnaires locales.

« De telles pratiques discriminatoires à l’encontre des entreprises chinoises non seulement freinent leur enthousiasme à l’égard de la participation aux appels d’offres de l’UE, mais engendrent également un scénario perdant-perdant pour les deux parties, en termes de collaboration commerciale, de fusions et acquisitions et d’investissements greenfield.

« Nous exhortons l’UE à reconnaître objectivement les contributions des entreprises chinoises à la transition verte et au développement social de l’Europe et à veiller à ce que les entreprises chinoises bénéficient d’un environnement équitable, juste et non discriminatoire dans lequel elles peuvent opérer. »

Laisser un commentaire

8 + cinq =