Julie Johansen from Too Good To Go

Jean Delaunay

VivaTech 2024 : des entreprises technologiques et des start-ups présentent des solutions d’IA pour lutter contre le gaspillage alimentaire et hydrique

Alors que l’entrepreneuriat d’impact était l’un des principaux axes de travail de VivaTech à Paris, mesurer l’impact environnemental sera un défi pour les Green Tech, estiment les experts.

La plateforme anti-gaspi Too Good To Go, qui permet à 95 millions d’utilisateurs internationaux de profiter d’invendus alimentaires à des prix avantageux, a présenté à VivaTech une nouvelle solution basée sur l’intelligence artificielle (IA) conçue pour aider les détaillants en alimentation à éviter le gaspillage alimentaire.

« Il existe de grands volumes de produits alimentaires qui contiennent de nombreuses données. Prix, modes de consommation, localisation, saisonnalité… Nous traitons ces données afin de nous assurer que les aliments sont au bon moment, au bon prix, au bon moment. au bon moment, pour être sûr qu’il soit vendu », a déclaré Julie Johansen, directrice commerciale de Too Good to Go, à L’Observatoire de l’Europe Next.

L’entreprise basée au Danemark revendique une approche « gagnant-gagnant-gagnant » : de l’argent pour l’utilisateur, du profit pour l’entreprise et un bénéfice pour la planète.

Un rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement a révélé plus tôt cette année que les ménages gaspillaient plus d’un milliard de repas par jour en 2022 dans le monde.

« Nous devenons de plus en plus une entreprise d’IA et de technologie. Nous examinons de plus en plus la tarification dynamique et analysons les données des consommateurs, afin que nos colis soient plus pertinents pour les consommateurs », a-t-elle ajouté.

Too Good to Go compte environ 160 000 partenaires fournissant des produits alimentaires aux consommateurs dans 17 pays d’Europe et d’Amérique du Nord, et arrivera bientôt en Australie.

Fortement financé mais risque de greenwashing

Le climat et les technologies vertes font actuellement partie des systèmes les plus financés, selon Adrien Chaltiel, co-fondateur d’Eldorado, une plateforme française de financement de l’innovation.

« Nous savons que nous avons besoin de nouveaux types d’entreprises qui ne soient pas basées sur une hypercroissance, avec des critères que nous ne connaissons pas encore vraiment. Cela créera de nouveaux emplois et attirera d’autres types de talents », a déclaré Chaltiel.

Alors que de nombreuses entreprises présentent à VivaTech des solutions pour réduire leurs émissions de carbone ou promouvoir la biodiversité, le risque de greenwashing reste élevé.

« L’un des défis du secteur des technologies vertes à mesure qu’il mûrit sera de standardiser la mesure de son impact environnemental », a déclaré Chaltiel.

« C’est bien plus compliqué que la finance, qui repose sur des chiffres ».

D’autres start-ups à la recherche de solutions vertes

Tenchijin, start-up spécialisée dans le traitement IA des données satellitaires, s’est donné pour mission de prévenir non pas le gaspillage alimentaire, mais le gaspillage d’eau.

À l’aide d’images spatiales, l’entreprise analyse l’environnement autour des conduites d’eau, comme l’humidité, la température et l’état de la terre. Il compile également des informations sur les canalisations et l’historique des fuites.

Les techniques d’apprentissage profond permettent à Tenchijin d’évaluer l’état des conduites d’eau. Elle affirme que ses clients japonais, principalement des villes, ont considérablement réduit leurs coûts d’inspection.

« Si nous avons moins de pertes, nous réduisons également nos besoins en eau potable », a déclaré Yuhei Urabe, responsable du développement commercial mondial chez Tenchijin.

En France, la perte d’eau dans les canalisations est en moyenne de 20 pour cent, selon Urabe.

Cette année, le grand groupe énergétique français EDF sponsorise un espace de 1 500 mètres carrés appelé « Impact Bridge », qui rassemble des start-ups et des ONG apportant des solutions environnementales.

Dans ce grand hall se trouve Bioteos, qui fabrique des purificateurs d’air à base de microalgues destinés aux cafétérias et aux stations de métro.

« Les algues se nourrissent de composés organiques volatils pour croître et stocker les particules fines. Elles contribuent également à limiter les pics de CO2. L’air sort de la machine complètement dépollué », précise Jamil Benabbou, responsable mécanique chez Bioteos.

Bioteos, qui vient de lever son premier tour de table après trois années de recherche et développement, propose désormais ses solutions dans la région lilloise et compte proposer ses machines dans toute la France.

« Apporter des bénéfices à tous, partout »

Certaines grandes entreprises faisaient également la promotion des technologies vertes à VivaTech. La branche française du géant chinois de la technologie Huawei France promeut la protection de l’environnement à travers son initiative TECH4ALL, qui regroupe des projets technologiques en faveur de l’humanité et de la biodiversité.

« Nous pensons que notre responsabilité n’est pas seulement de faire du bien, mais aussi d’apporter ce bénéfice à tout le monde, partout », a déclaré Minggang Zhang, directeur général adjoint de Huawei France.

En Norvège, Huawei s’est associé à un partenaire pour protéger le saumon sauvage, dont la population a été réduite de moitié en raison de la prolifération d’une espèce envahissante, le saumon du Pacifique.

Une caméra sous-marine dotée d’une technologie de reconnaissance permet d’identifier l’espèce envahissante et de la détourner au moyen d’une barrière mécanique vers un aquarium, l’empêchant ainsi de remonter le courant pour se reproduire.

D’autres projets concernent la protection des cétacés en mer d’Irlande et des récifs coralliens à Maurice.

Laisser un commentaire

7 − quatre =