Venise 2023 : qui remportera le Lion d'Or ?  Voici nos prédictions

Jean Delaunay

Venise 2023 : qui remportera le Lion d’Or ? Voici nos prédictions

C’est bientôt l’heure des récompenses… Voici nos pronostics pour la cérémonie de demain soir.

La 80e édition de la Mostra de Venise touche à sa fin avec la cérémonie de remise des prix prévue demain soir pour récompenser le meilleur de la sélection de cette année.

Ce fut une année forte et éclectique, et même si parmi les 23 films en compétition certains se démarquent, tout dépendra, comme toujours, des caprices du jury, emmené par le réalisateur américain Damien Chazelle (Coup du lapin, La La Land, Babylone).

Cette année, l’appel des réalisateurs est chargé, avec notamment Jane Campion (lauréate du Lion d’argent du meilleur réalisateur en 2021 pour Le pouvoir du chien), Laura Poitras (Citoyenfour et lauréat du Lion d’Or de l’année dernière, Toute la beauté et l’effusion de sang), Martin McDonagh (Trois panneaux d’affichage à l’extérieur du Missouri Ebbinget lauréat du meilleur scénario 2022 Les Banshees d’Inisherin), Mia Hansen-Løve (Les choses à venir, un beau matin), Santiago Mitre (L’étudiant, Argentine 1985) et Gabriele Mainetti (Paniquer). Ils sont rejoints par l’acteur palestinien Saleh Bakri (Wajib, Le Présent) et l’actrice chinoise Shu Qi (Millennium Mambo, l’assassin).

Celui qui remportera le prix du meilleur réalisateur parmi ce groupe impressionnant et, espérons-le, perspicace, pourra utiliser « Meilleur réalisateur de Venise – Promotion 2023 » sur ses cartes de visite.

Alors, sans plus attendre et avant les résultats de demain, voici nos pronostics. Espérons que nous en réussirons certains – à des fins de vantardise, ni plus ni moins.

Juste pour rappeler qu’aucune récompense conjointe n’est autorisée, ce qui signifie que si un film gagne dans une certaine catégorie, il est hors course pour un deuxième trophée.

Lion d’or (Leone d’Oro) – Meilleur film

Festival du Film de Venise
Pauvres choses

Va gagner : Pauvres choses (Yorgos Lanthimos)

Pourrait gagner : Zielona Granica (Green Border) (Agnieszka Holland)

Pendant que nous l’appelons pour Yorgos Lanthimos Pauvres chosesc’est en fait une course au coude-à-coude avec le film de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland Bordure verte pour le premier prix. Les deux sont devenus les films les plus mémorables de la 80e édition, et sauf bouleversement massif, c’est un tirage au sort entre les deux.

La décision dépendra de savoir si le jury souhaite faire une déclaration. Bordure verte est un réquisitoire incisif contre la crise persistante de l’UE et un rappel à ceux qui meurent encore aux frontières de l’Europe. Vous ne trouverez pas de film aussi urgent, et aussi cynique que cela puisse paraître, cette actualité risque d’influencer le vote. Cela ne veut pas dire que le film se résume simplement à un message digne d’intérêt – c’est un film brillamment réalisé et l’un des meilleurs de Hollande. Lisez notre critique complète.

Si Bordure verte remporte, ce sera la quatrième fois consécutive qu’une réalisatrice remporte le premier prix de Venise, après Chloé Zhao en 2020 (Pays nomade), Audrey Diwan en 2021 (Événement), et Laura Poitras l’année dernière (Toute la beauté et l’effusion de sang).

Cependant, nous misons sur le choix le plus évident : Pauvres choses. «Évident» dans le sens où vous pouvez parier que Lanthimos sera un favori lors de la prochaine saison de récompenses et que Venise a continué de faire ses preuves en tant que festival de lancement des Oscars au fil des ans.

Le film en lui-même est loin d’être évident et est absolument stupéfiant. Après avoir épaté Venise en 2018 avec Le favori, 2023 semble être l’année du principal exposant grec de la vague étrange. Le « casse-tête diabolique » de Lanthimos (comme le dit un personnage en référence à l’aventure qui lui échappe) utilise le langage des conventions gothiques pour parler du rôle des hommes et des femmes dans la société, et sa maîtrise habituelle du ton est un joie à voir. Il en va de même pour le scénario mordant et drôle de Tony McNamara, qui garantit que les zingers immensément citables ne manquent absolument pas. Thématiquement superposé, torride, stylistiquement exécuté et surtout amusant, il a tout pour plaire. Lisez notre critique complète.

Grand Prix du Jury

Festival du Film de Venise
Bordure verte

Va gagner : Green Border (Ageniezska Holland)

Pourrait gagner : La Bête (Bertrand Bonello)

Si Pauvres choses obtient le sommet, alors Agniezska obtiendra sûrement le deuxième prix pour son cri-du-cœur d’actualité. Il pose des questions vitales sur la responsabilité collective et l’inaction dans le paysage géopolitique dans lequel l’Europe – en tant que collectif – se trouve, et ce serait un bouleversement majeur si elle rentrait chez elle les mains vides.

Prix ​​spécial du jury

Festival du Film de Venise
Le mal n’existe pas

Va gagner : Aku Wa Sonzai Shinai (Le mal n’existe pas) (Ryûsuke Hamaguchi)

Pourrait gagner : Io Capitano (Matteo Garrone)

Après ce double-clic magistral de 2021 sur Roue de la Fortune et de la Fantaisie et l’oscarisé Conduire ma voiturele cinéaste japonais Ryûsuke Hamaguchi a surpris tout le monde en annonçant son nouveau film, Le mal n’existe pas. Il est sorti de nulle part et est entré directement dans la sélection du concours de Venise. Aucune plainte ici.

Le film suit un père et une fille qui vivent dans un petit village proche de Tokyo. Un jour, les habitants du village prennent conscience d’un projet de construction d’un site de glamping, un projet qui aura un impact négatif sur l’approvisionnement en eau local et mettra en danger l’équilibre écologique.

Cela semble simple, mais c’est tout le contraire. Énigmatique et allusive, la parabole de Hamaguchi n’offre pas de réponses faciles et est beaucoup plus difficile à vendre que ses films précédents. Cependant, Le mal n’existe pas est une sorte de film de vengeance doucement obsédant qui demande à être revu – et mérite d’être célébré.

Lion d’argent (Leone d’Argento) – Meilleur réalisateur

Festival du Film de Venise
Maestro

Va gagner : Bradley Cooper (Maestro)

Pourrait gagner : Bertrand Bonello (La Bête)

Ce n’est peut-être pas notre choix, mais nous parions que le jury ne résistera pas.

Pour son deuxième film seulement (après la première à Venise Une star est née), Cooper a évité la formule typique du biopic du berceau à la tombe en se concentrant sur une histoire d’amour s’étalant sur une décennie entre le compositeur sexuellement fluide Leonard Bernstein et l’actrice chilienne Felicia Montealegre (l’excellent Carey Mulligan). Il est génial dans le rôle de Bernstein et le film dégage une ambiance démodée de l’âge d’or d’Hollywood que quelqu’un comme le président du jury, Damien Chazelle, apprécierait.

Maestro était l’un des nombreux biopics en compétition cette année, et c’est une égalité entre le film de Cooper et celui de Sofia Coppola Priscille pour le trophée du biopic. Tous deux ont évité certains des tropes les plus fatigués du genre et ont rendu des hommages élégants et intimes. Dans le cas de Cooper, Maestro a montré qu’il n’était pas une merveille et qu’il était la vraie affaire autant derrière la caméra que devant. Nous prévoyons qu’il a de fortes chances de gagner. Lisez notre critique complète.

Il y a cependant une chance que le jury soit plus audacieux et choisisse le Français Bertrand Bonello pour La Bête, qui est beaucoup trop long mais un mélodrame de science-fiction formellement audacieux qui entremêle classicisme, modernité et quelques mots forts sur nos futurs suzerains de l’IA. Il serait notre choix, mais son croisement séculaire entre Atlas des nuages et Soleil éternel de l’esprit impeccable (largement adapté du roman d’Henry James de 1903 « La Bête dans la jungle ») pourrait être trop « là-bas » pour ce jury.

En parlant de La bête

Coupe Volpi de la meilleure actrice

Festival du Film de Venise
La bête

Va gagner : Léa Sedoux (La Bête)

Pourrait gagner : Jessica Chastain (Mémoire)

Cela pourrait si facilement revenir à Emma Stone, qui n’a jamais été aussi bonne dans Pauvres choses. Cependant, si le film remporte soit le Lion d’Or, soit le Grand Prix du Jury, cela met Stone hors course. Peu importe, car il ne fait aucun doute que son « joli petit attardé », hilarant et merveilleusement étrange, comme l’appelle un personnage, la mènera à la gloire dans les mois à venir.

Jessica Chastain serait un grand cri pour sa performance parfaite dans Michel Franco Mémoire. Elle incarne Sylvia, une assistante sociale et alcoolique en convalescence dont la rencontre surprise avec un lycéen a un impact profond sur sa vie structurée et rouvre certaines portes du passé. Chastain et Peter Sarsgaard sont tous deux excellents, et s’il y avait la possibilité de décerner un prix d’acteur commun, cela ne nous dérangerait pas. De plus, les deux interprètes sont au Lido pour le dernier jour de la compétition des films, après avoir bénéficié d’une dispense spéciale pour la première du film. C’est peut-être un signe… Pourtant, nous misons sur Mémoire gagner un autre prix – faites défiler vers le bas pour savoir lequel.

Il s’agit donc de Léa Seydoux, qui est géniale comme trois versions de Gabrielle dans La bête: 2044 Gabrielle, qui envisage de subir une intervention en 2044 pour « purifier » son ADN ; 2014 Gabrielle, le mannequin auditionnant pour des rôles et attirée par un incel de 30 ans (George MacKay) ; 1910 Gabrielle, pianiste dans le Paris Belle Epoque. Même si l’alchimie fait souvent défaut entre les deux protagonistes, force est de constater que Seydoux est le point d’ancrage du film qui divise largement.

Avant de quitter cette catégorie, mention spéciale pour Behi Djanati Ataï dans Bordure verte, qui est le cœur battant du film compatissant hollandais. Sa performance en tant que réfugiée afghane Leila est dévastatrice.

Coupe Volpi du meilleur acteur

Festival du Film de Venise
La terre promise

Va gagner : Mads Mikkelsen (Bastarden – The Promised Land)

Pourrait gagner : Mark Ruffalo (Poor Things)

Si Bradley Cooper ne remporte pas le prix du meilleur réalisateur, il pourrait alors avoir une chance pour son interprétation étrange du rôle de Leonard Bernstein. Mark Ruffalo pourrait le faire aussi, s’il y avait un bouleversement et Pauvres choses pas gagner le meilleur gong. Il y a aussi une mince chance que Caleb Landry Jones soit en lice pour son solide tour Arthur-Fleck de cette année dans le très imparfait Homme-chien.

Pourtant, la Volpi Cup de cette année devrait être celle de Mads Mikkelsen à perdre.

Parce que nous sommes de grands fans de Mads. Son tour en tant que capitaine pauvre du XVIIIe siècle en mission pour conquérir la rude bruyère dans l’excellent Bastarden (La Terre Promise) prouve une fois de plus que si vous voulez qu’un homme de premier plan élève un matériau déjà solide à la grandeur, c’est votre Danois.

Golden Osella – Meilleur scénario

Festival du Film de Venise
Mémoire

Va gagner : Mémoire (Michel Franco)

Pourrait gagner : Bastarden (The Promised Land) (Anders Thomas Jensen, Nikolaj Arcel)

Même si Anders Thomas Jensen et Nikolaj Arcel méritent plus que ce qu’ils obtiendront probablement lors de la cérémonie de remise des prix de demain, leur formidable adaptation de « Kaptajnen og Ann Barbara » d’Ida Jessen pourrait être un choix judicieux.

Cependant, Michel Franco impressionne par l’impact Mémoire, ce qui fait mal au ventre. Le réalisateur a toujours été impressionnant dans la mise en scène de brusques explosions de violence à l’écran, et ici, il utilise ses mots. Ils restent percutants et parfois déchirants, mais aussi étonnamment tendres. La façon dont il aborde le sujet des abus sexuels, de la démence, du déni et Fête La dynamique familiale à tous les niveaux est bien jugée et constitue un ajout incroyablement mémorable au concours de cette année.

Ce serait vraiment dommage que le film n’obtienne pas le prix du meilleur scénario, ni même l’un des prix d’interprétation pour Chastain ou Sarsgaard.

Prix ​​Marcello Mastroianni – Meilleur jeune acteur ou jeune actrice

Festival du Film de Venise
Priscille

Va gagner : Cailee Spaeny (Priscilla)

Pourrait gagner : n’importe lequel des bons doggos de Dogman.

Sofia Coppola Priscille était la chose la plus éloignée du biopic édenté et approuvé par le domaine qu’il aurait pu être. Au lieu de cela, il s’agissait d’une adaptation sensible et captivante des mémoires de Priscilla Presley de 1985, « Elvis and Me », au centre de laquelle se trouve le tour non caricatural de Cailee Spaeny, 25 ans, en tant que protagoniste.

Vous avez peut-être aperçu Spaeny dans Mauvais moments à l’El Royalecomme la jeune Lynne Cheney dans Vice, ou dans des séries comme Devs ou Mare of Easttown. Cependant, c’est sans aucun doute sa grande chance, montrant qu’elle est capable d’assumer une grosse production et de mener à bien la mission. Le prix Marcello Mastroianni porte son nom partout.

La Mostra de Venise tire sa révérence samedi 9 septembre. Restez à l’écoute d’L’Observatoire de l’Europe Culture pour les résultats des récompenses demain et cliquez ici pour un rappel de notre couverture quotidienne de la 80e édition de cette année.

Laisser un commentaire

onze − quatre =