Ursula von der Leyen met with Renew Europe MEPs to discuss her potential second mandate.

Milos Schmidt

Ursula von der Leyen promet aux libéraux « aucune coopération structurée » avec le CRE de Meloni

Renew Europe compte actuellement 76 députés européens, dont Ursula von der Leyen a besoin pour obtenir la confirmation pour un second mandat.

Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne qui brigue une majorité pour un second mandat, a promis à la famille libérale de Renew Europe qu’elle n’établirait pas de « coopération structurée » avec le groupe de Giorgia Meloni.

« Nous avons eu de bons échanges avec Ursula von der Leyen. Des questions franches et difficiles de notre côté », a déclaré mercredi Valérie Hayer, l’eurodéputée française qui préside Renew Europe, à l’issue d’une rencontre entre les libéraux et la titulaire.

« Nous avons clairement fait savoir que nous n’acceptons aucun flirt avec l’extrême droite. Elle a pris des engagements. Nous allons bien sûr examiner cela de très près. »

Au cours de sa campagne de réélection, von der Leyen a fait sourciller lorsqu’elle a fait des ouvertures de plus en plus explicites au Premier ministre italien, qui contrôle fermement le groupe d’extrême droite des Conservateurs et Réformistes européens (ECR).

En raison de ses positions socialement conservatrices et de ses attaques contre la liberté de la presse, Meloni est considérée comme un anathème par Renew Europe et par les Socialistes & Démocrates (S&D), principal parti d’opposition à Rome. Au sein du Parti populaire européen (PPE), de centre-droit, Meloni est toutefois perçue comme une personnalité constructive et pragmatique, même si ses positions virent souvent à l’euroscepticisme.

Il est crucial que le PPE ne considère pas l’ensemble du ECR comme « d’extrême droite » comme le font les socialistes et les libéraux et préfère traiter le groupe en factions séparées : les Fratelli d’Italia de Meloni du côté positif, et le parti polonais Droit et Justice (PiS), du côté négatif.

Depuis les élections au Parlement européen, von der Leyen, qui appartient à l’aile modérée du PPE, a changé de ton et s’est engagée à construire une plateforme centriste et durable avec le PPE, le S&D et Renew, qui détiendraient ensemble une majorité de 400 sièges.

« Notre position est absolument claire, celle du groupe Renew. Nous devons former une coalition avec des groupes pro-européens, c’est clair. Pour nous, l’ECR n’est pas un groupe pro-européen », a déclaré Hayer. « Nous n’avons pas à conclure d’accord avec le groupe ECR. »

Interrogée pour savoir si von der Leyen s’était engagée à exclure le groupe ECR de sa future plateforme, Hayer a déclaré qu’elle « avait promis de construire une coalition comme elle l’a fait » lors de son premier mandat, soutenue par le PPE, le S&D et Renew.

Deux responsables de Renew ont déclaré que von der Leyen avait été plus explicite lors de la réunion à huis clos et avait promis « aucune coopération structurée » avec l’ECR au cours de son éventuel second mandat, une déclaration qui semble destinée à dissiper tous les doutes restants.

Se rendre au 361

Mais le candidat ne doit pas pour autant prendre pour acquis le soutien des 76 députés européens qui siègent au sein de Renew. Les délégations allemande, slovaque, portugaise et irlandaise sont considérées comme les plus sceptiques, selon L’Observatoire de l’Europe, en raison de la gestion par Ursula von der Leyen du recul démocratique en Hongrie de Viktor Orbán et en Slovaquie de Robert Fico.

Pendant ce temps, les six députés européens irlandais s’opposent à sa reconduction en raison de sa réponse à la guerre entre Israël et le Hamas, qui a été critiquée pour être excessivement pro-israélienne.

Des rébellions similaires entre partis sont attendues au sein du PPE (188 députés) et du S&D (136), ce qui laisse penser que von der Leyen pourrait ne pas obtenir les 361 voix dont elle a besoin pour un second mandat. Ce vide pourrait être comblé soit par les Verts (53), soit par le groupe ECR (78).

C’est là que réside le dilemme : se rapprocher trop des Verts déclencherait la colère de ses alliés conservateurs et se rapprocher trop de l’ECR aliénerait, à son tour, les progressistes. La remarque de mercredi suggère que les Verts, les plus fervents défenseurs du Pacte vert de von der Leyen, pourraient être l’option la plus sûre.

La présidente a déjà rencontré les S&D et Renew Europe. Elle doit rencontrer les Verts mercredi après-midi et le groupe ECR mardi prochain avant son vote de confirmation le 18 juillet. Ces rencontres permettent aux groupes de présenter leur liste de souhaits idéologiques et leurs projets favoris pour le cycle quinquennal.

Pour les libéraux, cela comprend la défense, la compétitivité, la réduction des formalités administratives, la protection des droits fondamentaux, l’action climatique et la gestion des migrations.

« Il n’y a pas de chèque en blanc », a déclaré Hayer. « Les priorités politiques de Renew doivent être intégrées au programme de travail de la Commission pour les cinq prochaines années. »

À l’approche de la date décisive, le président du PPE Manfred Weber a exhorté l’hémicycle à soutenir le candidat, à respecter le système des Spitzenkandidaten et à assurer la continuité politique dans un monde en proie à des crises.

« Si Ursula von der Leyen échouait, nous risquions de nous retrouver dans une Europe avec beaucoup d’instabilité », a déclaré M. Weber aux journalistes mercredi matin.

« Si Ursula von der Leyen échouait la semaine prochaine, il y aurait un homme heureux : Viktor Orbán. Et je ne veux pas faire ce cadeau à Viktor Orbán. »

Laisser un commentaire

2 + 3 =